Icon Sport

Elstadt : "Je ne veux pas être catalogué comme un joueur craint"

Elstadt : "Je ne veux pas être catalogué comme un joueur craint"

Le 11/12/2019 à 10:36

CHAMPIONS CUP - Le solide deuxième ou troisième-ligne sud-africain Rynhardt Elstadt constitue l’un des atouts agressivité des Toulousains. Au moment de réaffronter le MHR et ses compatriotes Sud-Afs, l’international Boks qui va sur ses trente ans se livre.

Rugbyrama : Vous considérez-vous un peu champion du monde, vous qui avez pris part au dernier Rugby Championship et à la préparation avec l’Afrique du Sud qui a ensuite remporté le Mondial au Japon ?

Rynhardt Elstadt : Ce fut un souvenir incroyable de porter le maillot des Springboks, de participer à leur aventure avec une superbe ambiance et de sacrés joueurs. Je suis très heureux que les garçons aient réussi une belle Coupe du monde jusqu’à la remporter au final.

Que pensez-vous de la folie qui accompagne dorénavant la carrière de votre coéquipier et compatriote Cheslin Kolbe ?

R.E. : C’est un phénomène ! C’est l’un de mes meilleurs amis. Cheslin est un exemple en tant qu’être humain, sur et en dehors du terrain. C’est une personne tout ce qu’il y a de plus simple. Modeste et ne ramenant jamais la couverture à lui malgré tous les trophées qu’il est en train d’accumuler.

Vous vous apprêtez à affronter à nouveau un club de Montpellier où il y a beaucoup de vos compatriotes. Est-ce une source de motivation ?

R.E. : J’adore jouer contre ces joueurs que je connais, qui sont des copains ou contre lesquels j’ai déjà joué en Afrique du Sud un peu plus tôt dans ma carrière. Il y a toujours une grande rivalité entre nous et j’aime ce genre de choses et cet affrontement.

" Encore plus de pression à Montpellier"

Vous avez su gagner dans des conditions difficiles le premier des deux matches de poule contre le MHR. Était-ce une victoire décisive pour la qualification en quarts de finale ?

R.E. : Ce succès nous a fait beaucoup de bien mentalement. Evidemment que cette victoire était capitale pour rêver participer à des phases finales mais notre objectif est avant tout de maintenir un haut niveau de performance tous les weekends, quel que soit l’adversaire ou la compétition.

Ayant déjà gagné le weekend passé contre cette même équipe, vous déplacez-vous chez elle sans pression ou avec beaucoup d’ambition ?

R.E. : Avec beaucoup plus de pression qu’au premier match contre eux à domicile ! En gagnant là-bas, nous ne serions pas loin d’obtenir la qualification pour les phases finales européennes. Mais on ne se fixe pas d’objectifs démesurés, nous joueurs, et nous prenons les différentes étapes comme elles viennent.

Beaucoup de joueurs étrangers évoluant en France confient apprécier cette compétition de Champions Cup qui les change du rude Top 14. Et vous ?

R.E. : C’est en effet bien différent du championnat. Il y a plus de vitesse et davantage de moments décisifs à négocier. D'autres types de joueurs aussi. Le niveau est peut-être un peu plus élevé et il vous permet de vous étalonner en tant qu’équipe. Après, à titre personnel, j’apprécie beaucoup ce Top 14 qui est exigeant et traduit bien la mentalité française à travers le rugby qui y est proposé.

Vous n’étiez pas très connu à votre arrivée en France. Aujourd’hui, vous êtes craint en Top 14. Est-ce une fierté ?

R.E. : C’est génial d’avoir pu m’adapter mais je ne veux pas être catalogué uniquement de la sorte, labellisé comme tel ou tel type de joueur, comme un international ou quoi que ce soit. Je veux juste être moi-même, travailler dur et ainsi donner le meilleur toutes les semaines. Ma fierté, mon plaisir, c’est d’être sur le pré tous les weekends ou presque, dans la mesure du possible.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés