Icon Sport

Clermont doit terminer le travail avant de regarder ailleurs

Clermont doit terminer le travail avant de regarder ailleurs

Le 14/01/2020 à 15:38

CHAMPIONS CUP - Déjà qualifiée pour les quarts de finale, l’ASM doit l’emporter samedi au Stoop et compter sur un faux pas d’un autre leader de poule pour recevoir. Pour les Clermontois, il faudra d’abord se focaliser sur ce match piège avant de voir ce qu’il en est sur les autres terrains.

"On est bien mâchés car c’est le match où il y a eu le plus d’intensité cette saison. On est content quand ça gagne, on a assuré la qualification contre l’Ulster mais maintenant on sait ce qu’il faut faire pour recevoir. Mais cela ne dépendra pas que de nous." A l’image d’Alexandre Lapandry, arcade suturée mais sourire du devoir accompli aux lèvres, les Clermontois doivent vitre remettre ça samedi au Stoop de Twickenham face aux Harlequins pour conserver une chance de jouer à la maison début avril. Pas le temps de contempler leur performance XXL contre l’Ulster, qu’il faut déjà remplir la deuxième partie du contrat : recevoir ce quart de finale au Michelin.

Mais ce privilège ne dépend pas que du succès de l’ASM chez les Londoniens samedi. "Les calculs sont simples : il faut gagner et après que le Racing perde aux Saracens explique Lapandry. C’est comme ça… On est en quart, à nous de bien conclure notre phase de groupe et on verra bien. Mais on sait que c’est très important de jouer au Michelin un match couperet, c’est plus favorable." Le flanker international cite le match Saracens-Racing 92 car c’est là, qu’a priori, l’un des leaders de poule pourrait être mis en échec. Car les autres surprises devront venir d’Exeter qui reçoit La Rochelle, de Toulouse qui reçoit Gloucester ou de Trévise qui reçoit le Leinster pour que l’ASM finisse dans les quatre premiers de poule.

On ne sait jamais, sur un malentendu… En attendant de voir ce qu’il se passera ailleurs, les Clermontois n’ont pas oublié qu’ils avaient déjà un match à gagner à Londres face à une équipe qui n’a plus rien à jouer. Et c’est là que réside le piège… "On s’attend à un match dur car même si les Quins ne jouent pas la qualification, ils ne vont rien lâcher rappelle Lapandry. Ils jouent les Saracens la semaine suivante donc ils auront envie de bien se préparer. Ils ne vont pas lâcher, au contraire. On les connait, ils voudront faire un bon galop d’essai. S’ils peuvent nous taper… Il ne faudrait pas tomber dans le piège. A nous de faire un gros match et de maîtriser ce que l’on peut maîtriser."

Et Lapandry de rappeler ce camouflet survenu le 13 janvier 2018 face à Northampton (défaite 34-21). Alors que les Saints n’avaient rien à jouer, les Auvergnats étaient passés complètement à côté de leur match et n’avaient validé leur quart à domicile que lors de la 6e journée.

" On va se livrer au maximum sur notre rencontre contre les Harlequins et il se passera ce qu’il se passera. Ce que font les autres, cela nous importe peu."

Pour éviter le couac, les hommes de Franck Azéma veulent continuer sur la dynamique de la victoire contre l’Ulster. "On a envie d’aller chercher une nouvelle victoire déclarait l’entraîneur en chef. On ne pense pas aux autres matches. On va se livrer au maximum sur notre rencontre contre les Harlequins et il se passera ce qu’il se passera. Ce que font les autres, cela nous importe peu. Cela ne veut pas dire que ce sera plus facile de recevoir. On se concentre sur notre qualification et on veut garder le leadership que l’on a eu sur le terrain contre l’Ulster lors des deux semaines à venir. On va voir notre capacité à enchaîner. Cela passe par ce match aux Harlequins dans un contexte assez similaire que ceux que nous avons connus en Ulster ou à Bath. On sait où on met les pieds. Le weekend dernier aussi ils n’avaient rien à jouer et ils ont gagné à Bath. Cette équipe veut enchaîner Bath, Clermont et les Saracens de la meilleure des façons. Il faut rester consistant jusqu’au bout."

Le programme de l’ASM pour les quarts de finale se dessinera d’abord samedi à 16h15 chez les Harlequins, un endroit où elle avait gagné en janvier 2014 (13-16). Les joueurs clermontois ne sont pas supporters des Saracens ou des autres équipes opposées aux autres leaders de poule. Après tout, ils n’avaient qu’à gagner en Ulster… "Ne pas avoir les cartes en main pour recevoir, cela prouve l’exigence de cette compétition rappelait Franck Azéma. Pour l’instant, nous avons fait quatre sur cinq. On va essayer d’aller chercher une nouvelle victoire mais les autres aussi on le droit de faire un bon parcours."

Avant de regarder les autres matches dans leur canapé et notamment ce Saracens-Racing 92, qui pourrait les concerner en premier lieu en cas de succès à Londres, les Jaune et Bleu ont une phase de groupe à terminer. "C’est dur de jouer une équipe qui n’a rien à perdre rappelle simplement Isaia Toeava. C’est une équipe de très grande qualité avec des internationaux et chez-elle, elle aura envie de se surpasser. Ce sera compliqué samedi comme cela l’est tous les weekends. C’est un autre challenge et on doit finir le job."

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0