Icon Sport

18 mois que Clermont attend ça

18 mois que Clermont attend ça

Le 14/11/2019 à 16:04

CHAMPIONS CUP - Vainqueurs de la Challenge Cup la saison dernière, les Clermontois retrouvent la Champions Cup et une poule relevée. Avec quelles certitudes et quelles ambitions ? Décryptage.

Basculer sur l’Europe après la claque toulousaine

Après la claque reçue à Toulouse (34-8), l’ASM n’a pas envie de tendre l’autre joue. Elle sait que le moindre faux pas dans cette compétition peut être fatal. "Si contre les Harlequins, on ne met pas les bons ingrédients on n’existera pas avouait Morgan Parra. La clé c’est le combat." Encore une fois cette saison, l’entame a été préjudiciable. Pour autant, le groupe a basculé sur autre chose. "Nouvelle semaine, nouvelle compétition, nouveau match résumait Fritz Lee. Il faut que l’on contrôle le match dans les vingt premières minutes, avec une grosse défense. Démarrer à la maison est une bonne chose aussi. C’est un gros test pour nous." Clermont compte déjà des blessés avec Cancoriet et Van Tonder forfaits pour plusieurs mois.

Avec Lapandry sonné et Iturria encore juste c’est toute la troisième-ligne qui est affaibli malgré le retour de Fischer. Pour le reste, Penaud est encore blessé à la bouche et Vahaamahina est suspendu. Pour Franck Azéma, le parfum de l’Europe a toujours quelque-chose de particulier et il attend une réaction. "Il y a de la colère après notre match à Toulouse mais aussi de l’excitation de retrouver cette Champions Cup. C’est un mélange de peur par rapport à ce match au Stadium et une mise en éveil avec cette équipe des Harlequins qui connait cette compétition et retrouve ses cadres. C’est ce mélange-là qui va nous amener sur une grosse performance samedi je l’espère."

Des retrouvailles excitantes

Non qualifiée la saison dernière, l’ASM a profité de sa saison en Challenge Cup pour décrocher son premier titre européen depuis 2007. Cela ouvre l’appétit avant de retrouver une compétition un peu plus conforme à son standing… "Nous n’avons jamais gagné cette épreuve, cela fait 18 mois que l’on attend ça explique Fritz Lee. On va voir où on en est au niveau collectif et individuel car le match à Toulouse ne reflète pas notre niveau. Nous avons confiance dans notre système, dans les joueurs que nous avons et nous avons l’équipe pour aller loin. Jouer une finale à Marseille serait superbe mais pour l’instant nous sommes focalisés sur la première journée."

Challenge Cup - Les joueurs de Clermont qui font la haie d'honneur aux Harlequins

Challenge Cup - Les joueurs de Clermont qui font la haie d'honneur aux HarlequinsIcon Sport

Depuis le quart de finale perdu au Michelin contre le Racing en avril 2018, tout le monde attend ça. "Cela fait un an et demi que nous n’avons pas joué un match de Champions Cup alors que l’an dernier nous avions l’effectif pour la jouer mais malheureusement nous étions en Challenge explique Morgan Parra. Aujourd’hui nous avons la chance de retrouver cette grande compétition avec une poule relevée et des matches à haute intensité comme contre les Harlequins."

Une poule homogène

L’Ulster, Bath et les Harlequins. Comme la poule de La Rochelle, c’est une poule joueuse avec de sacrés noms dans chaque équipe. Henderson, Stockdale, McGrath ou Murphy pour l’Ulster, champion d’Europe en 1999, Joseph, Watson, Roberts, Priestland et une troisième-ligne du tonnerre Louw, Underhill, Faletau pour Bath, champion en 1998 et Martin Landajo, Brown, Robshaw, Care, Clifford, Marler, Sinckler et la pépite Marcus Smith pour les Harlequins, qui n’a jamais gagné cette épreuve. "Il y a une demie douzaine d’internationaux dans chaque équipe, elles sont très bien calibrées et peuvent toutes prétendre à se qualifier rappelle Franck Azéma. Il n’y a pas d’équipe faible. Ce sera très compétitif et tout comptera dans cette compétition on le sait."

L’ASM commence sa campagne européenne au Michelin face aux Quins avant de se déplacer en Ulster. "Ces équipes anglo-saxonnes ne lâchent jamais rien rappelle Morgan Parra. Même menées de vingt points. L’an dernier face aux Quins, on mène mais ils restent au contact et peuvent gagner le match à la fin. Ces équipes adorent ces rendez-vous et ne jouent pratiquement que pour ça. On veut se qualifier et si possible recevoir en quart. On sait que c’est une grosse poule."

Enfin l’année de Clermont ?

Vainqueurs de la Challenge Cup la saison dernière, les Jaunards voudront encore une fois toucher le Graal après trois échecs en finale. "L’an dernier nous avons respecté la Challenge Cup en allant le plus loin possible expliquait Franck Azéma. Cette saison c’est la même chose. Cela passe d’abord par une qualification en quart de finale. Mais déjà avant ça, chaque point compte. C’est un format très court et c’est excitant." Les Saracens, pris la main dans le pot de confiture, seront-ils aussi forts ? Les Irlandais qui ont fait pâle figure au Mondial seront-ils au rendez-vous ? On peut donc se poser la question : cette saison peut-elle être celle de l’ASM ?

Après une Coupe du monde qui modifie de nombreux paramètres pour plusieurs équipes, il restera encore de sérieux clients avec Toulouse, Exeter, Glasgow, le Munster et d’autres outsiders français et britanniques mais Clermont connait cette compétition sur le bout de ses doigts et son groupe de joueurs arrive à maturité. Il est certain que si les Sarries, le Leinster et Toulouse jouent à leur niveau, cela promet une belle bataille et Clermont devra jouer son meilleur rugby. Mais les phases finales sont encore loin pour toutes ces équipes et pour l’ASM…

"Cela va être plus relevé cette année, il va falloir y mettre tous les ingrédients et batailler jusqu’au bout explique Rabah Slimani. Tout le monde a les crocs pour jouer cette Champions Cup. Je vais vous dire la même chose que l’an dernier : l’objectif c’est de gagner cette Coupe."

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0