Icon Sport

Holmes : "Du mal à supporter les images de l’Australie en feu"

Holmes : "Du mal à supporter les images de l’Australie en feu"

Le 08/01/2020 à 17:31Mis à jour Le 08/01/2020 à 17:42

CHAMPIONS CUP – Le demi d’ouverture et buteur australien Zack Holmes n’est pas inquiet après les deux contre-performances du Stade Toulousain en Top 14. L’Australien est plein d’ambition avant de retrouver la scène européenne ce weekend, tout en ayant une pensée pour son pays en proie au feu.

Rugbyrama : Tout d’abord, Zack, en tant qu’Australien, pouvez-vous nous dire un petit mot sur les incendies qui ravagent votre pays actuellement ?

Zack Holmes : C’est très dur ce qui se passe chez moi. J’ai du mal à supporter les images que je vois et les articles que je lis à ce sujet, d’autant que je suis loin et que j’y ai des amis et ma famille. Heureusement, ces derniers sont plutôt situés vers Perth où je suis né et qui est un peu moins touché que l’Est du pays, comme les provinces de New South Wales ou de Victoria. J’espère qu’on va parvenir à venir à bout de ces feux et de cette catastrophe.

Revenons au rugby : au-delà des deux derniers résultats du Stade Toulousain avec un nul et une défaite, comment expliquer que votre jeu est moins performant en ce moment ?

Z.H. : C’est une somme de détails. Nous avons offert des actions d’essais à deux bons adversaires qui ont su en profiter avec efficacité. On a clairement donné trop de points. Peut-être aussi est-ce qu’il y a moins de vitesse en raison des sorties de rucks ralenties en ce moment ? C’est vrai aussi que nous avons du mal, nous trois-quarts, à faire parfois les bons choix, à créer ou trouver des espaces quand on attaque, à accélérer davantage ou jouer debout. Nous avons davantage de difficultés à faire le break sur certaines actions mais je suis optimiste par rapport à notre travail en semaine. Ça va changer.

Psychologiquement, comment abordez-vous cette autre compétition qui reprend avec le sprint final ?

Z.H. : Le timing me parait bon. Cela peut nous permettre de repartir de l’avant sur tout autre chose, d’autant qu’en Coupe d’Europe, on est dans le momentum. La série de huit matches sans défaite toutes compétitions confondues nous avait donné de la confiance qui n’a pas été altérée par ces deux derniers résultats.

" Gagner pour recevoir en quarts"

Quels sont les enjeux de ce voyage chez les Irlandais du Connacht ?

Z.H. : La qualification. Il est important de remporter cette rencontre en déplacement puis éventuellement de faire un six matches gagnés sur six dans cette poule afin de recevoir en quarts de finale. C’est un but de notre saison.

Que pensez-vous de votre adversaire de ce weekend, les Irlandais du Connacht ?

Z.H. : La pression est surtout sur leurs épaules. Il leur faut absolument nous battre s’ils veulent se qualifier pour les phases finales. Pita Ahki, qui a évolué une saison au Connacht, nous a expliqué qu’il faudrait s’attendre à une grosse entame de leur part et que la qualité du terrain va dépendre de la météo. Le scénario du match en dépendra aussi. Et on ne nous annonce pas du beau temps. Quoi qu’il en soit, nous aurons à nous adapter.

Les conditions hivernales semblent vous poser davantage de problème que la saison dernière ?

Z.H. : C’est une question d’adaptation en effet car cela peut remettre en cause votre tactique. L’essentiel devient alors peut-être inconsciemment de simplement remporter le match. Personnellement, en tant qu’ouvreur, cela fait plus de quatre ans que j’évolue en France et donc en Europe. Donc je commence à être habitué.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés