Icon Sport

Toulouse, un épouvantail craint et respecté par les Racingmen

Toulouse, un épouvantail craint et respecté par les Racingmen

Le 29/03/2019 à 15:49

CHAMPIONS CUP - Leader incontesté du Top 14, le Stade toulousain plane sur le championnat français. Surclassés il y a à peine plus d’un mois par les Rouge et Noir à Paris La Défense Arena (29-34), les Racingmen savent ce qui les attend dimanche en quart de finale de la Champions Cup.

À la question "Craignez-vous ce Stade toulousain ?", Dimitri Szarzewski répond sans détour : "Bien sûr ! Qui ne le craindrait pas en ce moment ?" Et le talonneur et capitaine du Racing 92 d’étayer son propos : "Ils sont sur une très belle dynamique et en pleine confiance donc on se doit de craindre cette équipe toulousaine. C’est aujourd’hui la référence, ils sont très efficaces et plaisants dans leur jeu. Il y a énormément de continuité, ils arrivent à se faire des passes et à créer énormément de soucis dans les défenses adverses. On est prévenu et on sait à quoi s’attendre."

Dimitri Szarzewski (Racing 92) contre Toulouse

Dimitri Szarzewski (Racing 92) contre ToulouseIcon Sport

Les Franciliens ont conscience qu’aucun club français n’a pu faire tomber ces Rouge et Noir depuis Castres il y a six mois presque jour pour jour. Une éternité à l’échelle d’une saison ! Ils se rappellent surtout avoir échoué eux-mêmes dans cette entreprise, au cœur de la fenêtre internationale. Le score final (29-34) n’avait pas reflété l’écart réel entre les deux équipes ce jour-là. "Ils nous ont montrés d’énormes qualités sur notre terrain, se souvient Maxime Machenaud, alors en tribune. On est prévenu, on sait qu’un match de très haut niveau nous attend. Ils sont leaders du championnat et ont battu cette saison le Leinster, champion en titre (28-27 à Ernest-Wallon, ndlr), donc ils partent favoris face à nous."

" Les Toulousains représentent une grosse menace pour nous"

La deuxième meilleure équipe de la phase de poules, vice-championne d’Europe, se sentirait donc outsider au moment de recevoir la septième, qui n’a plus joué un quart de finale européen depuis 8 ans ? Un brin d’intox mêlé a du factuel, quand même, alors que le Stade toulousain, qui compte vingt points de plus que le Racing 92 en Top 14, va récupérer ses internationaux : "Au lieu de peur, je parlerais plus d’excitation à l’idée de jouer ce type de match, tempère le deuxième ligne irlandais Donnacha Ryan. C’est aussi pour vivre ces moments qu’on joue au rugby."

Donnacha Ryan (Racing 92) contre Agen

Donnacha Ryan (Racing 92) contre AgenIcon Sport

"Les Toulousains sont fantastiques ces derniers temps et agréables à voir jouer. Ils nous ont aussi battu facilement il y a moins de deux mois. Ils représentent donc une grosse menace pour nous. Les joueurs sont en pleine confiance, ils ont compris comment bien jouer ensemble et ils sont très bien coachés. De notre côté, la seule chose qui dépendait de nous pour se donner les meilleures chances de passer cet obstacle était de travailler le mieux possible cette semaine à l’entraînement et d’en tirer de la confiance. C’est ce qu’on a su faire, je crois, grâce à des très bonnes séances d’entraînement." Un bon début pour espérer casser net l’élan des invincibles Haut-Garonnais.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés