Icon Sport

Toulouse craquera-t-il dans les rucks face au Leinster ? Nous avons analysé les stats

Toulouse craquera-t-il dans les rucks face au Leinster ? Nous avons analysé les stats
Par Rugbyrama

Le 14/05/2022 à 09:47Mis à jour

CHAMPIONS CUP - Pourquoi cette question ? Tout simplement car le Stade toulousain est l’une des équipes qui a perdu le plus de ballons dans les rucks cette saison, que ce soit en Top 14 ou en Champions Cup. Cette zone de jeu est véritablement le talon d’Achille du champion d’Europe en titre et peut permettre, ce samedi, au Leinster de récupérer de nombreuses possessions voire même des pénalités.

21. C’est le nombre de turnovers concédés, en moyenne, par match, par le Stade toulousain en Champions Cup cette saison. La statistique semble affolante et met clairement en évidence le point faible des Rouge et Noir. Samedi dernier encore, les hommes d’Ugo Mola, pourtant si présents en attaque, étaient parfois, nul part dès lors qu’il s’agissait de plonger tête la première dans les rucks. Même si les Irlandais du Munster sont presque sans concurrence sur la scène européenne dès lors qu’il s’agit de gratter des ballons, le problème des Haut-Garonnais est plus profond.

Turnovers concédés, en moyenne, par match, cette saison, en Champions Cup

Un problème qui ne date pas d’hier

Déjà en début de saison, les rucks représentaient le principal défaut des Stadistes. Au bout de la septième journée de Top 14, le pourcentage de ballons conservé dans ce secteur de jeu n’était que de 90%. Depuis, rien ne semble avoir concrètement changé et le problème persiste. Ce fardeau que se traîne les Toulousains ne cesse de les handicaper et peut même devenir fatal surtout lorsqu’il s’agit de matchs de phases finales, comme maintenant, contre la redoutable équipe du Leinster. Pour Julien Marchand, le constat est, certes, véridique mais ne semble pas non plus aussi inquiétant qu’il pourrait l’être : “Face au Leinster, il faudra être simplement efficace sur les zones de rucks et essayer de nous, joueurs, nous connecter un peu plus vite sur les rucks, encaisser le moins de points et le moins de pénalités. Ce sont des basiques du rugby. Parce qu’à ce niveau-là, contre une équipe comme le Leinster, on va le payer directement notamment par des turnovers où ils peuvent finir rapidement dans notre camp. Il y a plein de choses qu'il va falloir faire pour essayer de faire en sorte qu’ils ne viennent pas dans notre camp.“

Un Stade toulousain trop rapide...

Mais comment expliquer ce phénomène ? Comme l’a justement évoqué le capitaine stadiste, les joueurs toulousains doivent se “connecter un peu plus vite dans les rucks” simplement car ils ont moins tendance à suivre les avancées de leur coéquipiers comparé aux autres équipes. Les porteurs de balle Rouge et Noir se retrouvent souvent esseulés une fois tombée au sol, permettant ainsi aux adversaires d’amorcer des turnovers. L’essentiel du problème réside là. Car une fois en place dans les mêlées spontanées, les déblayeurs de la ville rose sont presque indélogeables.

Mais il est important de préciser que parallèlement au nombre de turnovers concédés, le Stade est l’équipe de Champions Cup qui réalise le plus de passes après contact (82 depuis le début de la compétition) et l’une qui transperce le plus. En moyenne, les joueurs présidés par Didier Lacroix, réalisent 15 passes après contact par match. Personne ne fait mieux. Il paraît donc “plus logique” que les renforts tardent à venir et que le nombre de ballons perdus dans les rucks soit plus élevé.

Passes après contact, en moyenne, par match, cette saison, en Champions Cup

Le Leinster entre attaques virevoltantes et pragmatisme

Face aux quintuple champions d’Europe toulousains, il y en aura des quadruples : ceux du Leinster. Les Irlandais de la province de Dublin concède moins de turnovers que leur rival français, “seulement” 15 par match en moyenne et ont, en plus, des statistiques en attaque supérieurs à n'importe quelle équipe. Avec 61 franchissements, 172 défenseurs battus, 5582 mètres parcourus, 303 points inscrits, le Leinster est incontestablement la meilleure attaque de cette Champions Cup, et perd pour autant moins de ballons dans les rucks que Toulouse.

Avantage Leinster ?

On pourrait donc se dire que le Stade perdra forcément la bataille des mêlées spontanées, ce samedi. Mais un indicateur vient contredire cette conclusion hâtive. Les deux équipes réussissent presque autant de turnovers l’une que l’autre par match. L’avantage, aussi minime soit-il, est tout de même en faveur de Toulousains qui en gagnent, en moyenne, 6,6 contre 5,7 pour le Leinster. En prenant cette donnée en compte, il y aurait donc une égalité sur le secteur des rucks entre les deux géants du rugby européen, sachant qu’il y a des bons gratteurs de part et d'autre. Doris, Porter, O’Mahony, pour ne citer qu’eux du côté des “boys in blue” ; Marchand, Cros, Jelonch ou Mauvaka dans le camp des joueurs d’Ernest Wallon.

Turnovers réussis, en moyenne, par match, cette saison, en Champions Cup
Contenus sponsorisés