Icon Sport

Champions Cup - Toulon - Montpellier : centres d’intérêt

Toulon - Montpellier : centres d’intérêt

Le 07/12/2018 à 17:08Mis à jour Le 07/12/2018 à 17:13

CHAMPIONS CUP - Samedi (16h15), le MHR, troisième à trois longueurs du leader Newcastle, doit créer l’exploit. En s’imposant pour la première fois de son histoire à Mayol afin de reprendre son destin européen en main. Un immense défi pour les Héraultais d’Arthur Vincent, qui fera lui face à deux All Blacks.

"Fekitoa en treize, ça reste une belle référence ! On a tous vu petit ses actions où il met soit des "culs", soit des offloads ou alors il fait la différence avec ses appuis. Je m’en souviens très bien. Et il pourrait aussi y avoir Savea au centre, même s’il est plus ailier… C’est vraiment du “lourd” !" Les yeux brillants, Arthur Vincent ne peut cacher son admiration pour Malakai Fekitoa, le All Black aux vingt-quatre sélections qui le faisait rêver il y a encore quelques années. Mais du haut de ses dix-neuf ans, le jeune centre ne perd pas de vue ses priorités : "Après le match, j’en parlerai et j’en rigolerai avec mon papa qui en aura pris plein les yeux j’espère. Et on se dira : “Mince, c’était Fekitoa quand même !" Mais avant la rencontre il ne faut pas se focaliser sur un joueur. On doit rester au sein du groupe au service du collectif et ne surtout pas sortir en tant qu’individu."

Champions Cup - Malakai Fekitoa et Julian Savea (Toulon) contre Newcastle, seront titulaires au centre face à Montpellier

Champions Cup - Malakai Fekitoa et Julian Savea (Toulon) contre Newcastle, seront titulaires au centre face à MontpellierIcon Sport

En quelques mots, l’enfant de Mauguio résume parfaitement cette maturité précoce, quasi palpable dans ses propos, qui lui permet d’évoluer plus vite que les autres. Anthony Floch, son ancien coach chez les Espoirs, explique: "Arthur est très mature pour son âge. Ce qui m’a étonné chez lui, c’est qu’il est vraiment très demandeur et c’est un gros travailleur. Quand il fait une erreur, il demande pourquoi et ne l’a refait plus derrière. Il a largement les “épaules” et le niveau pour démarrer à Mayol. Il faut juste qu’il se lâche samedi, comme il a commencé à le faire à Agen." Se “lâcher” lors de son baptême du feu à Mayol, où votre équipe va jouer en grande partie son avenir européen… Un sacré défi !

"Je n’ai jamais joué à Mayol, c’est un stade mythique. Mais il faut savoir passer au-dessus de ça…", lance-t-il sans trembler.

(Arthur) Vincent et Vincent (Martin) font la paire !

Le champion du monde des moins de vingt ans, aligné en numéro douze samedi, fêtera sa cinquième titularisation cette saison. Et démarrera pour la première fois une rencontre à côté de l’ancien toulonnais, Vincent Martin : "On se connaît de mieux en mieux et nous avons de plus en plus de complicité au travers des entraînements. J’espère qu’elle se traduira sur le terrain. Nous sommes deux joueurs plus tournés vers l’évitement, mais qui peuvent aussi avoir de bonnes courses rentrantes. On est plus des joueurs de ballon, de vitesse, plus que des puncheurs qui aiment de duel homme à homme."

Top 14 - Arthur Vincent (Montpellier) contre le Stade Français

Top 14 - Arthur Vincent (Montpellier) contre le Stade FrançaisIcon Sport

Moins denses physiquement que leurs homologues, Malakai Fekitoa et Julian Savea, les deux Héraultais devront s’accrocher en défense pour stopper les charges de ces attaquants racés. Mais, s’ils sont moins “clinquants” sur le papier, ils auront eux-aussi des arguments à faire valoir. Vincent Martin retrouve pour la deuxième fois cette année son poste de prédilection où il avait été excellent contre Edimbourg. Et Arthur Vincent, qui sort d’une belle performance face à Agen et d’une entrée convaincante contre Clermont, peut faire des différences selon l’ancien arrière Floch : "Arthur apporte beaucoup de fraîcheur. Il sent les coups et “pue” le rugby. C’est un centre très fort sur l’évitement, qui est capable de se décaler pour rentrer ensuite sa course, et s’investit aussi beaucoup sur le jeu sans ballon."

Des profils tournés vers l’évitement

Un élément imprévisible, à l’instar de Johan Goosen positionné en numéro dix, qui devra apporter samedi de la fraîcheur (comme Giudicelli, Immelman, Sanga et Tcheishvili) et un peu d’insouciance à un collectif en manque d’assurance. Et aider aussi le MHR à faire évoluer son jeu, en misant sur ses nouveaux profils, pour surprendre à nouveau. Anthony Floch poursuit: "Je pense qu’il va falloir y venir. Un peu changer le jeu, car les équipes en face s’adaptent. Après, ils l’ont déjà vu. Je connais Vern (Cotter, NDLR), c’est un bon entraîneur et il va changer les choses…"

Top 14 - Vincent Martin (Montpellier) contre Toulon le 14 avril 2018

Top 14 - Vincent Martin (Montpellier) contre Toulon le 14 avril 2018Icon Sport

Une évolution attendue mais toujours retardée par l’inconstance de Montpellier et son manque de précision ballon en main cette saison Le centre confirme : "Je pense qu’il nous manque de la précision dans tout ce qu’on fait. Notamment en fin de match où notre gestion n’a pas été bonne à Newcastle par exemple… Mais il faut désormais qu’on la trouve sur quatre-vingt minutes." Le temps presse. Car Montpellier ne peut pas se permettre de concéder une cinquième défaite sur ses six derniers matchs à Toulon samedi, sous peine d’entrer en pleine crise de confiance. Avant de recevoir le RCT pour un second round et de défier Grenoble dans son antre lors d’un match décisif en Top14… Arthur Vincent et Montpellier font face à un tournant. A eux de bien le négocier.

Contenus sponsorisés
0
0