Eurosport

Champions Cup - Romain Ntamack (Toulouse) : "Écrire notre propre histoire"

Ntamack : "Écrire notre propre histoire"

Le 09/10/2018 à 18:54Mis à jour Le 10/10/2018 à 09:25

CHAMPIONS CUP - Quelques jours avant d’entamer leur Champions Cup sur la pelouse de Bath (samedi), une compétition que le club retrouve cette saison, le Toulousain Romain Ntamack est bien placé pour évoquer le glorieux passé stadiste sur la scène européenne mais aussi les espoirs des Rouge et Noir dans cette édition.

Rugbyrama : Vous allez disputer le premier match de Champions Cup de votre carrière. Le voyez-vous comme un passage important dans votre carrière ?

Romain NTAMACK : Je n’y avais pas spécialement pensé mais je crois que c’est dans la continuité de ce que je vis. Après le Top 14, il y a la Coupe d’Europe. C’est une compétition que je veux connaître, dans laquelle j’ai envie de m’exprimer. J’ai donc hâte d’y être, de commencer cette aventure à Bath. Je suis très heureux de jouer davantage que la saison dernière, surtout que le début de saison a été assez bon pour le club. Il faut confirmer ces résultats.

Quand on est né dans ce club, qu’on y a grandi comme vous et qu’on connaît l’histoire du Stade toulousain dans cette compétition, y a-t-il un rapport particulier avec la Coupe d’Europe ?

R.N. : Oui, j’ai toujours joué au Stade toulousain, donc j’ai toujours vu la Coupe d’Europe comme un moment important de la saison. Le club était habitué à en être une tête d’affiche. Je ressens donc beaucoup de joie. On n’entre pas dans cette compétition pour juste figurer mais aussi pour jouer notre carte à fond, pour montrer aux autres écuries que Toulouse est toujours en vie.

Y a-t-il une attente singulière quand on est le Stade toulousain ?

R.N. : Nous serons forcément attendus mais je ne parle pas d’obligation de résultats, plutôt de porter fièrement le maillot du Stade toulousain en Coupe d’Europe. Tous les joueurs ont envie de réaliser une belle campagne.

Romain Ntamack (Toulouse)

Romain Ntamack (Toulouse)Icon Sport

Votre père vous a-t-il parlé de la Coupe d’Europe ?

R.N. : Un peu. Déjà, l’an dernier quand Cardiff était dans la même poule de Challenge, il m’avait raconté quelques souvenirs contre cette équipe. Après, il m’en a surtout parlé comme d’une belle compétition, avec de beaux moments à vivre. J’espère en connaître autant que lui.

Avez-vous un souvenir précis qui vous revient quand on évoque cette compétition ?

R.N. : Je n’étais pas né mais j’avais revu des images de la première finale de 96, contre Cardiff. J’avais vraiment apprécié. Plus tard, je dirais le dernier titre européen du club en 2010. J’espère qu’il y en aura d’autres.

La pression du passé glorieux est-elle lourde à porter ?

R.N. : Non, on ne se le rappelle pas entre joueurs. Nous sommes fiers du passé mais, aujourd’hui, c’est notre génération, notre aventure. C’est un autre temps et c’est à nous d’écrire notre propre histoire. Ce qui s’est passé avant est beau mais on a aussi envie que les gens soient fiers de nous dans quelques années.

Romain Ntamack et Carl Axtens (Toulouse)

Romain Ntamack et Carl Axtens (Toulouse)Icon Sport

L’an dernier, vous aviez participé à la Challenge Cup. Sentez-vous un changement de dimension ?

R.N. : Il est vrai que c’est un ton au-dessus. C’est la grande Coupe d’Europe, avec des clubs emblématiques. Que ce soit Bath, le Leinster ou les Wasps, ce sont des équipes qui comptent en Europe, qui ont beaucoup de titres et de sélections dans leur effectif. Il faudra prendre un maximum de plaisir et mettre de l’envie sur le terrain.

Est-ce l’excitation qui prime ?

R.N. : Oui, il y en a, surtout que le club ne participait pas à la Champions Cup l’an passé. Le fait d’y revenir nous rend impatient d’entamer la compétition. Ce sera un gros match samedi. On le prépare avec l’espoir de faire un bon résultat.

Vous sentez-vous prêts à rivaliser avec les trois adversaires de la poule ?

R.N. : On le verra sur le terrain. Mais on se sent bien, on a réalisé un bon début de championnat et ce seront des rencontres de haut niveau, un cran au-dessus de celles de Top 14 mais on s’entraîne tous les jours pour disputer ce genre de matchs. On a hâte et on va essayer d’emmagasiner un maximum d’expérience.

Contenus sponsorisés
0
0