Icon Sport

Champions Cup - Montpellier : le tournant des ambitions

Montpellier : le tournant des ambitions
Par Rugbyrama

Le 10/10/2018 à 09:29Mis à jour Le 10/10/2018 à 09:44

CHAMPIONS CUP - Samedi à 16h15, les Héraultais reçoivent Edimbourg au GGL Stadium pour leur rentrée européenne. Eliminés dès la phase de poules l’an dernier par le futur champion, Le Leinster (Exeter second et le MHR troisième), ils visent cette saison au minimum, la qualification pour les quarts de finale.

Cinq ans déjà. En 2012/2013, le MHR de fabien Galthié atteignait pour la première fois de son histoire les quarts de finale de feu la H Cup, en sortant d’une poule relevée (Toulon, Sale et Cardiff). Avant de tomber au Michelin quelques semaines plus tard face au Clermont (36-14) de Vern Cotter et Nathan Hines. Le coach des avants héraultais fouillent dans ses souvenirs : "Je me souviens encore de cette rencontre à laquelle j’ai pu participer sur le terrain puisque j’étais encore joueur à l’époque. Je me souviens même avoir concédé trois pénalités lors de cette opposition". Mais il atteindra la finale avec les Jaunards cette année là (défaite face à Toulon)….

Mais l’exploit du club à la fleur de Ciste restera classé sans suite. En six participations à la plus haute compétition européenne depuis 2011/2012, ils ne décrochèrent donc qu’une qualification. Mais réussirent à s’adjuger en 2015/ 2016, sous l’ère Jake White, le titre en Challenge face aux Harlequins. “Plongés” dans une poule de la mort l’an passé, en compagnie du futur roi d’Europe (le Leinster), du champion d’Angleterre sortant (Exeter) et des imprévisibles Warriors de Glasgow, les Bleu et Blanc terminaient troisièmes malgré un double succès face aux Ecossais porteur d’espoir.

Objectif quart de finale : gare au faux-départ !

Une déception, qu’ils ne veulent pas revivre cette saison. Et de la bouche de son président Mohed Altrad ou de son manager Vern Cotter, le MHR vise clairement les “quarts” cette saison. Un objectif prioritaire pour une équipe “constellée” de talents qui doit enfin se mettre au niveau de cette compétition, en prenant la mesure d’une poule qui paraît plus abordable. Kélian Galletier tempère : "Il me semble que Newcastle a joué les phases finales du championnat anglais l’an passé et qu’Edimbourg, c’est comme Glasgow, on aura la moitié de la sélection d’Ecosse face à nous. Et je ne parle même pas de Toulon qu’on vient d’affronter pour la première fois. Alors non, il n’y a pas de poule facile en Champions Cup. (…) L’important est de bien aborder ce premier match face à Edimbourg, de bien le jouer pour le gagner. On ne peut pas se permettre de perdre car cela compliquerait la suite de la compétition. Si l’équipe n’est pas performante sur les deux premières journées elle ne sera quasiment plus qualifiable. Comme cela est arrivé l’année dernière (deux défaites : au Leinster et à domicile contre Exeter). On a joué au niveau du Leinster et d’Exeter, mais deux défaites, c’est rédhibitoire."

Top 14 - Kélian Galletier (Montpellier) face à Toulon

Top 14 - Kélian Galletier (Montpellier) face à ToulonIcon Sport

Le message du flanker est clair : faux pas interdit pour Montpellier face à Edimbourg samedi. Le deuxième ligne Nicolaas van Rensburg confirme : "C’est une compétition qui est très courte et la moindre erreur à domicile peut être fatale à l’équipe. Pour nous qualifier, on devra donc rester invaincus chez nous et saisir toutes les occasions qui se présentent à l’extérieur." Les Héraultais, qui restent sur une série de trois succès consécutifs en championnat (Toulouse, Perpignan et Toulon), montent en puissance au meilleur des moments et semblent supérieurs à leurs opposants sur le papier.

" Une équipe qui ressemble à Glasgow, en plus structurée"

Edimbourg, un adversaire que le MHR n’a jamais encore affronté et qui est à l’heure actuelle quatrième de la conférence B du Pro14, avec trois victoires et trois défaites au compteur. Une formation prise au sérieux par les Cistes et Nathan Hines, qui a porté les couleurs de cette équipe durant six saisons (de 1999 à 2005) : "C’est une équipe qui marche bien même si elle a eu du mal à démarrer la saison. Ils jouent vite, sont très bien organisés et restent tout le temps dans leur système. Et ils se connaissent très bien car ils jouent ensemble aussi en sélection. Ils ont de nombreux jeunes talentueux et d’excellents entraîneurs, dont Richard Cockerill qui amène un jeu un peu plus dur et Duncan Hodge (coach de l’attaque, NDLR), qui a passé trois ans avec Vern (Cotter) avec la sélection écossaise. Ils sont patients et je le répète, jouent très vite. Ils ressemblent à Glasgow mais sont selon moi beaucoup plus structurés dans le jeu."

Samedi, les Héraultais devront donc s’adapter à la vitesse adverse pour résister en défense avant de tenter de faire la différence grâce à leur pack plus puissant. Et la prestation réalisée face à Toulon dimanche (succès 29-17) est rassurante sur ces points. Privés de Johan Goosen (entorse aggravée, deux à trois mois d’absence) et d’Aaron Cruden (déchirure mollet) samedi, ils pourront peut-être compter sur le retour anticipé de François Steyn (lésion biceps) pour prendre les rênes à l’ouverture (si le Sud-Africain est forfait, Darmon reste le seul dix valide mais Dumoulin, Pienaar ou Serfontein peuvent évoluer au poste). Et s’appuyer aussi sur le probable renfort de Nemani Nadolo (cheville, absent contre le RCT) afin de faire des différences sur son aile (Nagusa indisponibles quatre à six semaines, déchirure ischios).

Top 14 - Alexandre Dumoulin (Montpellier) pourrait débuter à l'ouverture contre Edimbourg

Top 14 - Alexandre Dumoulin (Montpellier) pourrait débuter à l'ouverture contre EdimbourgIcon Sport

Le MHR semble donc avoir toutes les cartes en main pour réussir ses débuts européens. A lui de le prouver sur le pré. Un impératif pour rester ambitieux…

Par Julien LOUIS

Contenus sponsorisés
0
0