Icon Sport

Champions Cup - Mathieu Bastareaud : "Si ça continue comme ça, l'équipe ne va pas s'en sortir"

Bastareaud : "Si ça continue comme ça, l'équipe ne va pas s'en sortir"

Le 20/10/2018 à 20:10Mis à jour Le 22/10/2018 à 16:17

CHAMPIONS CUP - De retour sur les terrains après un mois de suspension, Mathieu Bastareaud n'a pu éviter la débâcle du RCT à Edimbourg, ce samedi (40-14). Le centre refuse pour autant d'être alarmiste et cherche des raisons d'espérer. Même si la qualification tient désormais du miracle.

Rugbyrama : Nous avons l'impression que Toulon était impuissant. Avez-vous eu le même ressenti sur le terrain ? Comment l'expliquez-vous ?

Mathieu Bastareaud : Non, je n'ai pas senti l'équipe impuissante. Mais nous leur donnons quand même vingt-six points, voilà. Le collectif a été indiscipliné. Nous avons tenté de contester leurs ballons car ils voulaient jouer plus vite. A mon sens, nous n'avons pas été assez récompensés sur ce point. Après, nous avons vu qu'avec un peu de vitesse, il y avait la possibilité de les mettre en difficulté. Mais il y a trop de points de donnés, que ce soit par des fautes, des erreurs défensives alors que l'équipe est en place, des montées dans un sens ou dans l'autre. Face à des joueurs de telle qualité, ça ne pardonne pas. Edimbourg a été beaucoup plus réaliste, surtout en première mi-temps. Quand tu rentres à 26 à 7, c'est dur de revenir. Après, je trouve que la deuxième période est bonne. Mais il manque la passe supplémentaire, il y a encore des problèmes de conservation... Ce qu'il y a de bien, dans le rugby, c'est qu'on peut toujours faire mieux. A nous de donner un peu plus.

L'équipe est dans une spirale négative de résultats, de certitudes. Comment le vivez-vous ?

M.B. : Le manque de confiance est là. Forcément car il n'y a pas de résultats positifs. Sur les attitudes, je n'ai pas grand-chose à reprocher à mes hommes. Elles sont plutôt bonnes. Mais quand nous sommes dans les 22 mètres adverses, il y a un manque d'organisation qui empêche de scorer. Les occasions, elles arrivent mais il faut travailler la conclusion. Parce que si ça continue, l'équipe ne va pas s'en sortir. Il faut franchir un cap, se lâcher. Ce n'est pas facile car il n'y a pas la confiance. Et c'est dur de revenir le lundi la tête dans les chaussettes et de repartir. Mais il ne faut pas lâcher, la saison est encore longue.

La Coupe d'Europe, c'est fini pour vous désormais ?

M.B. : Ca va être dur, c'est sûr, mais tant qu'il y a des matchs, nous devons les jouer à fond. C'est un respect qu'il faut avoir vis-à-vis de nous, de nos supporters, de la compétition. On ne peut pas se permettre de laisser filer des matchs sous prétexte que l'équipe est pas loin d'être éliminée.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0