Icon Sport

Champions Cup – Lyon : un challenge nommé Saracens

Lyon : un challenge nommé Saracens

Le 19/10/2018 à 14:55Mis à jour Le 19/10/2018 à 16:02

CHAMPIONS CUP - Opposés aux Saracens, après leur défaite inaugurale face à Cardiff, les Lyonnais savent combien leur défi du week-end sera relevé. Mais derrière ce challenge se cache une envie de sans cesse progresser, le plus rapidement possible, afin de rivaliser au plus haut niveau.

Quelques minutes après la défaite à Gerland face à Cardiff, pour le premier match de Champions Cup de l’histoire du LOU, Pierre Mignoni avait reconnu de suite que son équipe "est là pour grandir et apprendre." Pour preuve de cette inexpérience collective au plus haut niveau européen, le fait d’avoir eu à son avantage la possession et l’occupation, un 100% en conquête et de n’avoir concédé que six pénalités, le tout sans parvenir à gagner. Lyon a été pris au dépourvu face à un arbitrage différent, exemple de ce qui lui manque encore pour franchir un palier. Et il ne faut pas croire que cela se fera en quelques entrainements.

La jeune garde dans l’antre des Saracens

L’entraineur de la mêlée David Attoub assure que le staff "se sert de cette défaite (vs Cardiff) pour apprendre et construire le groupe. Je suis convaincu que les joueurs vont faire en sorte que ça se passe bien (aux Saracens). Ils ont tous une carte à jouer et quelque chose à montrer." Et ce groupe sera porté par Dylan Cretin, capitaine malgré ses 21 ans. "Quand on fait partie du groupe, il n’y a pas de différence d’âge. Tu peux dire ce que tu veux tant que c’est pour faire progresser les autres", lance le troisième ligne, sous-entendu que les jeunes ont plus que jamais un rôle et une carte à jouer. Qui plus est sans pression ce week-end avec les Kaabèche (22 ans), Seguret (20 ans), Barassi (20 ans) ou Delord (19 ans), tous du voyage.

" Il faut y aller avec la bonne peur, pas celle qui tétanise "

Compréhensible, ce choix de faire tourner l’équipe est assumé avec l’ambition de voir l’équipe se montrer performante en termes de contenu. "C’est un super challenge d’aller jouer les meilleurs, d’aller se confronter à ce qui se fait de mieux en Europe voire dans le monde. On veut faire une bonne performance et assurer la continuité en préparant le déplacement à Bordeaux", insiste David Attoub. L’excitation était perceptible comme la sincérité de vouloir rivaliser. "Il faut y aller avec la bonne peur, pas celle qui tétanise. Il faut avoir une bonne crainte et y aller avec enthousiasme", poursuit Dylan Cretin qui avoue tirer profit de ces matches à haute intensité "qui changent du Top 14 et font progresser."

Top 14 - Dylan Cretin (Lyon)

Top 14 - Dylan Cretin (Lyon)Icon Sport

" Si on y va pour bien figurer, pas la peine de monter dans l’avion "

Car plus que jamais, ces Lyonnais seront scrutés dans ce genre de rencontres plus que jamais proches de ce que l’on peut rencontrer sur un test match. Felix Lambey, Dylan Cretin, Patrick Sobela et Pierre-Louis Barassi sont dans les 23 contre les Champions d’Europe 2016 et 2017, alors qu’ils viennent justement d’être sélectionnés avec les Barbarians.

Au même titre que Barassi, Xavier Mignot est lui aussi concerné tandis qu’il figure dans la liste des Bleus à VII, et assure que "pour toute l’équipe, c’est un beau challenge. On y va avec la volonté de gagner. Si on y va pour bien figurer, ce n’est pas la peine de monter dans l’avion. On sait que ça va être très compliqué", martèle l’ailier. Mais c’est le moment idéal pour se distinguer.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0