Icon Sport

Champions Cup - Le Racing veut la pole

Le Racing veut la pole
Par Marc Duzan via Midi Olympique

Le 15/01/2019 à 12:13

CHAMPIONS CUP - Sauf catastrophe, le Racing 92 devrait profiter de ce dernier match de la phase aller face aux Scarlets pour valider un bon début de saison et accrocher un quart de finale à domicile. Gare au péché d'orgueil, toutefois...

Passés les cinq premiers rounds de la compétition continentale, la question n'est pas de savoir si le Racing 92 va accéder ou non aux quarts de finale de la Champion's Cup. La question est de savoir ce qui pourrait vraiment empêcher le club des Hauts de Seine d'offrir à la Paris-La Défense-Arena, sortie de terre à l'automne 2017, son tout premier match de phase finale.

Et quoi ? Qu'on le veuille ou non, il faudrait un ahurissant concours de circonstances, une vaste épidémie de grippe au Plessis-Robinson et, in fine, un accident industriel sans précédent pour que les Ciel et Blanc, 21 points sur 25 possibles depuis le coup d'envoi du tournoi, soient battus par des Gallois qui n'ont plus rien à jouer depuis des lunes. Au vrai, si les Franciliens l'emportent samedi avec le bonus offensif, ils seront seuls en lutte avec les Saracens pour arracher la place de numéro 1 de la phase aller : "C'est en effet l'objectif, disait Laurent Labit la semaine dernière. Meilleur sera notre classement, meilleur sera le tirage au sort".

Champions Cup - Virimi Vakatawa (Racing 92) contre l'Ulster

Champions Cup - Virimi Vakatawa (Racing 92) contre l'UlsterIcon Sport

Comprenez que lorsque le premier de la phase régulière affronte le huitième (Glasgow, l'Ulster ou Montpellier, allez savoir...), il est très rare, voire carrément impossible, qu'il passe à la trappe.

Un feu d'artifice ?

Dès lors, à quoi faut-il s'attendre face aux Scarlets ? Pour être honnête, on ne serait pas surpris que ce match atteigne des sommets en termes de points et d'essais marqués: de façon générale, Llanelli est la province galloise proposant le plus de jeu et le fait qu'elle n'ait aujourd'hui plus rien à espérer -ou à craindre- en Champion's Cup devrait donc décupler les ambitions des coéquipiers de Ken Owens, ce talonneur international repositionné depuis quinze jours en numéro 8, en raison de la pénurie qui touche le club à ce poste.

A Nanterre, Owens devrait d'ailleurs être l'un des rares internationaux gallois à démarrer la rencontre: Rhys Patchell, Leigh Halfpenny, Sam Hidalgo-Clyne ou l'ancien Clermontois Jonathan Davies seront tous laissés au repos, histoire de préparer au mieux le Tournoi des 6 Nations. En face, le Racing 92 alignera sans aucun doute sa meilleure équipe du moment, Finn Russell à l'ouverture, Henry Chavancy et Virimi Vakatawa au milieu du terrain, Guram Gogichashvili sur la gauche de la mêlée , Juan Imhoff, Simon Zebo et Brice Dulin au fond du terrain. Au poste de numéro 8, Antonie Claassen sera quant à lui chargé de trier les ballons pour sa charnière.

Champions Cup - Simon Zebo (Racing 92) contre les Scarlets

Champions Cup - Simon Zebo (Racing 92) contre les ScarletsIcon Sport

Avec quinze feuilles de matchs sur dix-neuf possibles, le troisième ligne international (34 ans, 6 sélections) est l'avant le plus utilisé par Laurent Travers depuis le début de saison. Une nouvelle fois excellent à Belfast la semaine dernière, Antonie Claassen a accueilli le récent échec des négociations du club francilien avec le All Black Kieran Read comme un cadeau du ciel et, selon toute vraisemblance, poursuivre son aventure de deux saisons supplémentaires.

Dans la mesure où le fils du grand Wynand -capitaine des Springboks dans les années 80- évolue à son niveau habituel et qu'il soit imité par Virimi Vakatawa, le grand bonhomme du récent déplacement en Irlande du Nord (un essai et une passe décisive), le Racing devrait se prémunir d'une sortie de route qui ferait tâche. Alors pas de blague, hein ?

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0