Icon Sport

Urios : "Ca me coûte 5 bouteilles de champagne !"

Urios : "Ca me coûte 5 bouteilles de champagne !"
Par Rugbyrama

Le 15/01/2018 à 15:08Mis à jour Le 16/01/2018 à 12:12

Christophe Urios s’est présenté apaisé en conférence de presse, hier soir, pourtant, il avait à cœur de faire passer plusieurs messages.

Malgré la large victoire de son équipe 39-0, Christophe Urios a tenu à rester lucide concernant ce résultat. “On ne s’est pas baladé quand même ! On a été très efficace, on a fait des fautes, mais je crois que ce soir, on avait surtout envie de défendre.” Vexés après la large défaite à Agen, les Tarnais avaient à cœur de remettre l’église au centre du village.

“C’est une victoire qui me coûte 5 bouteilles de champagne, c’était le défi du match, une bouteille par essai.” Un défi qui a donné des idées aux arrières castrais. Il n’aura fallu qu’une minute à Benjamin Urdapilleta pour inscrire le premier essai. Thomas Combezou, pour sa part, aura droit à deux bouteilles.

" Un message à tous ces cons !"

"Oui, c'est encore possible de se qualifier, je crois que c'est un bon message à tous ces cons qui disent qu'on ne joue pas la Coupe d'Europe." C'est sur ces mots que Christophe Urios entame la conférence de presse d'après-match. Le manager du CO à de quoi être fier, la performance parfaite de son équipe lui permet de conserver une maigre chance de qualification. “C’est possible de se qualifier, on a des regrest, mais seulement par rapport au premier match. Si on avait été mieux arbitré ce jour-là, on aurait gagné."

Kylian Jaminet (Castres Olympique) lors du match contre les Leicester Tigers le 14/01/2018

Kylian Jaminet (Castres Olympique) lors du match contre les Leicester Tigers le 14/01/2018Icon Sport

Pour rappel, le CO avait concédé le nul 17-17 à domicile contre le Munster. “Si c'était à refaire, on ferait pareil, mais bon il reste un match encore.” Un dernier match et pas des moindres pour les Castrais qui devront se déplacer au Munster, premier de sa poule, mais qui doivent gagner pour se qualifier.

Par Baptiste Barbat

Contenus sponsorisés
0
0