Icon Sport

Un sommet offensif ?

Un sommet offensif ?
Par Rugbyrama

Le 15/12/2017 à 09:15

Samedi (14h) à l’Altrad Stadium, les Héraultais accueillent les Glasgow Warriors pour le second round. Vainqueurs avec le bonus en Ecosse (22-29) vendredi dernier, ils veulent rééditer la même performance demain pour rester en vie dans la course à la qualification.

Lancé dans une course à handicaps depuis ses deux défaites inaugurales (au Leinster et contre Exeter), Montpellier a remporté sa première “finale” à Glasgow vendredi. Un succès bonifié, qui l’a totalement relancé dans la course aux meilleurs seconds de poule. Avec huit points, les coéquipiers de Jesse Mogg pointent toujours à la troisième place de la poule 3, à égalité de point avec les Chiefs (meilleur goal-average pour eux). Mais les champions d’Angleterre ont mis un genou à terre dimanche et cela fait les affaires du MHR selon l’Australien : "Exeter a perdu contre le Leinster à domicile et nous avons désormais une meilleure chance de nous qualifier. Pour cela, on devra marquer quatre essais chez nous pour décrocher le bonus face à des Warriors revanchards."

Cinq points. Voilà l’objectif des Cistes demain contre Glasgow, qui espèrent que dans le même temps, les Britanniques reviendront bredouilles d’Irlande, pour s’emparer ainsi seuls de la seconde place. Et prendre position dans la lutte aux meilleurs deuxièmes de poule, dont seuls trois élus seront récompensés (le MHR est pour l’instant virtuellement 4e avec huit points, à égalité avec l’Ulster, mais avec un moins bon goal-average) : "On s’était dit qu’on avait quatre finales à jouer. Nous sommes toujours en vie et il n’en reste donc plus que trois. Et celle que je redoute le plus et celle de samedi. Nous rejouons la même équipe, qui n’a plus rien à perdre n’y à gagner. Elle va donc jouer, tout jouer. Quand à nous, il ne faut surtout pas se relâcher… ", prévient Kélian Galletier. Car un nouveau faux-pas serait cette fois-ci fatal aux Héraultais, qui s’étaient offerts un sursis décisifs après les deux premières journées, grâce à trois bonus décrochés. Et s’ils valident leur mission demain, ils s’offriraient un nouveau match à la vie à la mort chez les Chiefs à la mi-janvier (week-end du 12 au 14)…

Ryan Wilson (Glasgow Warriors)

Ryan Wilson (Glasgow Warriors)Icon Sport

Attention aux Warriors revanchards

Chaque chose en son temps. Vern Cotter n’autorise aucune projection à ses joueurs, car ils se méfient au plus au point de la réaction des Ecossais blessés dans leur orgueil : "C’est un match de revanche pour eux. Ils viennent chez nous avec l’ambition de gagner la partie. Ce sont de bons compétiteurs, on est prévenu. (…) Là, ils doivent penser qu’ils sont passés à côté de leur match à la maison et ils vont vouloir montrer un autre visage." Boostés par le retour de plusieurs éléments clés absents à l’aller (Turner a lui été suspendu 4 semaine suite à son mauvais geste sur Picamoles à l’aller) : "A mon avis, Callum Gibbins et le talonneur, Fraser Brown, vont venir renforcer l’effectif, comme d’autres joueurs absents vendredi. Il y a aussi Alex Dunbar, un numéro douze très puissant que je connais bien et Lee Jones qui n’a pas joué. Je m’attends donc à affronter une équipe encore plus forte."

Une formation, déjà éliminée de la Champions Cup (seulement un point décroché), qui jouera donc l’esprit libéré. Un danger pour les Cistes, car les Warriors, joueurs par nature, risquent de se lancer dans des raids offensifs incessants samedi pour prendre de vitesse les colosses de l’Hérault. Et in fine, les épuiser.

Privé de Benjamin Fall (coude, ménagé), touché à l’aller, de Wiaan Liebenberg (fracture poignet, 3 mois) et de plusieurs cadres blessés de longue date (Willemse, Pienaar, Camara, Guillamon, Dumoulin, Kubriashvili et Jan. Du Plessis), le MHR alignera tout de même sa grosse équipe, pour éviter un excès de confiance rédhibitoire. Et poursuivre sa montée en puissance opérée depuis le déplacement à La Rochelle.

Leonardo Sarto  (Glasgow Warriors) & Benoit Paillaugue (Montpellier Hérault Rugby)

Leonardo Sarto (Glasgow Warriors) & Benoit Paillaugue (Montpellier Hérault Rugby)Icon Sport

La clé du succès ? La même qu’à l’aller : conservation du ballon dixit Jesse Mogg: "On devra priver de balles les Ecossais comme on a su le faire chez eux, tout en étant très performants sur nos attaques. Il ne faudra pas hésiter à envoyer du jeu pour les déstabiliser en enchaînant au maximum les séquences. Tout en essayant de couper la relation collective des Warriors avec son maître à jouer, Finn Russell. Nous devons lui laisser le moins de temps possible pour s’organiser, car tout se passe réellement autour de lui dans leur jeu. " Place au choc des attaquants !

Par Julien Louis

Contenus sponsorisés
0
0