AFP

Travers : "Arrêtons de penser que le Racing n’a pas de public"

Travers : "Arrêtons de penser que le Racing n’a pas de public"

Le 21/04/2018 à 10:35Mis à jour Le 21/04/2018 à 10:40

La question du public a toujours été un sujet sensible du côté du Racing 92. Son entraîneur des avants Laurent Travers est monté au créneau juste avant la finale pour défendre ses supporters et appeler à l’union sacrée autour des Ciel et Blanc.

Rugbyrama : Le fait de jouer cette demi-finale en France vous fait-il vous sentir favori ?

Laurent Travers : Les gens diront qu’on part favori du fait qu’on reçoive mais on reçoit à Bordeaux. On ne l’a pas choisi. Et vu le contexte actuel avec les grèves, on peut dire que nos adversaires sont même peut-être avantagés. Ils ont la possibilité d’avoir des avions sur des lignes directes. C’est dans ce sens-là que la compagnie aérienne irlandaise a fait tout cela. Nous, on n’aura pas de TGV ni rien, c’est comme ça.

Supporter du Munster

Supporter du MunsterIcon Sport

On attend beaucoup d’Irlandais à Bordeaux…

L.T. : J’espère qu’il y aura quand même pas mal de Français et que le côté patriotique prendra le dessus en faveur du Racing. J’ose espérer une chose, c’est que la France soit derrière nous car nous sommes le dernier représentant français et on fera tout pour représenter au mieux notre championnat.

" On est fier de nos supporters et on fera tout pour eux "
Supporter Racing

Supporter RacingIcon Sport

Est-ce frustrant de ne pas pouvoir compter sur la même ferveur populaire qu’au Munster ?

L.T. : Contrairement à ce qui est dit, notamment qu’il n’y a pas de seizième homme au Racing, il suffit de regarder la moyenne de spectateurs sur nos cinq derniers matchs à domicile. Elle est supérieure à 20 000 et moi, j’attends de voir celle des autres clubs. Regardez aussi le nombre de supporters qui se sont déplacés à Clermont (environ 800, ndlr). Donc arrêtons de penser que le Racing n’a pas de public. C’est vrai que cette image est tenace mais je peux vous assurer qu’on a de plus en plus de supporters, qu’ils sont très fidèles, qu’on est fier d’eux et qu’on a qu’une envie, c’est de les avoir avec nous et de faire ce qu’il faut pour eux dimanche à Chaban-Delmas.

Les détracteurs du Racing évoquent aussi une certaine passivité dans les tribunes…

L.T. : Certains disent qu’on a un public de spectateurs et non de supporters. Mais il ne faudrait pas oublier qu’avant de devenir supporter, on a tous été des spectateurs. Et ce n’est qu’après avoir adhéré au rugby qu’on est devenu des supporters. Je me répète mais nous, on est fier de nos supporters et on fera tout pour eux.

Contenus sponsorisés
0
0