Icon Sport

Shingler - Botia : la victoire passera par eux

Shingler - Botia : la victoire passera par eux
Par Rugbyrama

Le 30/03/2018 à 13:12Mis à jour Le 30/03/2018 à 14:34

Avant le quart de finale vendredi soir entre les Scarlets et La Rochelle, nous nous sommes intéressés aux deux troisièmes lignes, Aaron Shingler et Levani Botia. Deux joueurs aux profils différents mais qui seront néanmoins essentiels, même capitaux pour leur équipe.

Résumer le match au duel Botia - Shingler serait une grave erreur. Premièrement car les clés de cette rencontre sont nombreuses, notamment dans la faculté des Rochelais à prendre la mesure de l'évènement. Pourtant, sans Victor Vito et Jason Eaton, tous les deux blessés, c'est à Botia de montrer la voie à cette équipe inexpérimentée. En face, Aaron Shingler est un sacré client. En pleine confiance après son Tournoi des 6 Nations réussi avec le Pays-de-Galles, il devrait poser de nombreux problèmes aux Jaune et Noir.

La puissance : avantage Botia

Shingler, 1m98 pour 105 kilos et Levani Botia 1m83 pour 105 kilos sont deux troisièmes-lignes très puissants. Le Gallois, très bon coureur, fait bien souvent mal aux défenses adverses et monopolise les défenseurs pour offrir des espaces à ses coéquipiers. Botia possède lui cette force en un contre un. Il est capable de renverser n’importe quel joueur, qu’il soit pilier ou ailier. À son arrivée à La Rochelle, le Fidjien évoluait plus dans un jeu d’évitement, style qui a évolué au fil du temps. Désormais, le Rochelais est très intéressant proche de la ligne d’avantage. Il est capable de percer des défenses au ras du ruck et a notamment marqué un de ses essais en Champions Cup comme cela. Avec 11 défenseurs battus contre 2 depuis le début de la compétition, Botia met sa puissance au service du collectif peut-être davantage que Shingler.

Levani Botia (La Rochelle)

Levani Botia (La Rochelle)Icon Sport

La défense : avantage Shingler

52 plaquages et seulement deux manqués, Shingler est impressionnant en défense. Avec un taux de réussite de 96,3 % dans ce domaine, il est l’un des meilleurs plaqueurs de la compétition. Durant le Tournoi des 6 Nations, il a réussi à garder cette qualité sur un niveau encore supérieur et vendredi soir, il devrait une nouvelle fois sortir le bleu de chauffe en défense. Pour Botia, c’est un peu différent. Le troisième-ligne a manqué 9 plaquages sur 31 tentés. Moins précis dans l'art du plaquage, il est sans doute victime de son activité offensive où il perd énormément d’énergie. En somme, le Gallois est supérieur défensivement. Mais contre les Scarlets, c'est Zeno Kieft qui sera le "serial plaqueur" des Jaune et Noir.

Chris Farrell face à Josh Navidi (à gauche) et Aaron Shingler (à droite)

Chris Farrell face à Josh Navidi (à gauche) et Aaron Shingler (à droite)Icon Sport

L’activité : avantage Botia

Un ancien centre repositionné en troisième-ligne, Patrice Collazo avait vu juste l’an dernier en faisant ce choix. À Toulouse, pour sa première titularisation comme flanker, le Fidjien avait étonné par son activité sur le terrain et sa faculté à toucher beaucoup de ballons. Depuis le début de la Champions Cup, Botia a parcouru 254 mètres ballon en main. Une statistique qui démontre parfaitement l’importance du Rochelais dans le jeu de son équipe. En l’absence de Vito, il devrait être le dynamiteur du jeu rochelais avec son compère Afa Amosa. Shingler lui n’a parcouru « que » 81 mètres. Dans ce domaine, Levani Botia semble supérieur au Gallois.

L’expérience : avantage Shingler

Comme l’ensemble de son équipe, Botia découvre cette année la Champions Cup avec La Rochelle. L’année dernière, il disputait sa première demi-finale de Top. L’ancien centre a connu la Pro D2 et s’est également construit dans le sillage de son club. Pour Shingler, l’expérience parle très nettement en sa faveur. À 30 ans, il a disputé 33 matchs de Coupe d’Europe dont 23 comme titulaire. Au club des Scarlets depuis le début de sa carrière, il a joué 119 matchs de Pro 14 (anciennement Pro 12) et a porté 16 fois le maillot du Pays-de-Galles notamment durant le dernier Tournoi des 6 Nations.

Levani Botia a pour sa part participé à la Coupe du monde 2015 avec les Fidji, disputant deux matchs de poule avec son pays. Une expérience que ne possède pas Aaron Shingler. Mais il serait de mauvaise foi de ne pas reconnaitre que l’expérience penche en la faveur du Gallois, qui connaît parfaitement ces rencontres européennes et ces matchs couperets qui se jouent bien souvent sur des petits détails.

Efficacité dans les rucks : avantage Botia

C’est LA grande force de Levani Botia. Il est sans doute un des trois meilleurs gratteurs du Top 14. Le Rochelais a cette capacité à se remettre très vite sur ses appuis pour disputer presque toujours le ballon. Shingler n’est également pas en reste mais est efficace dans un registre un peu différent. Sa grande taille l’empêche d’avoir ce profil de plaqueur - gratteur, mais bien souvent , il n’hésite pas à ralentir les ballons. Malgré cela, Botia est selon nous supérieur dans ce domaine. Sa faculté à récupérer des ballons sera une des clés du match et pourrait permettre aux hommes de Patrice Collazo d'avoir à négocier des turnovers intéressants.

Levani Botia et Victor Vito (Stade rochelais), face à l'Ulster - 22 octobre 2017 - Champions Cup

Levani Botia et Victor Vito (Stade rochelais), face à l'Ulster - 22 octobre 2017 - Champions CupGetty Images

Résultats : 3 à 2 pour Botia

Le Rochelais remporte ce duel, mais les deux joueurs se valent clairement. Nous aurions pu mettre également en avant la qualité de sauteur en touche de Shingler, arme que Botia n’a pas à son actif. Mais au vu des statistiques sur la phase de poules de la compétition, Botia devance son adversaire du soir. Avec deux essais au compteur, il sait également être décisif et renverser la situation. Si la rencontre ne manque pas de duels alléchants (Priso-Lee, Patchell-Sinzelle, Parkes-Aguillon), les performances de Shingler et de Botia seront scrutés et un mauvais match de l'un des deux pourrait compromettre la qualification de son équipe.

Paul Arnould.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0