Icon Sport

Nyanga : "Le plan était parfait !"

Nyanga : "Le plan était parfait !"

Le 22/04/2018 à 20:17Mis à jour Le 22/04/2018 à 20:38

Le numéro 8 du Racing ne pouvait que se féliciter de la demi-finale survolée d'entrée par son équipe face au Munster (27-22).

Rugbyrama : Le plan était il parfait, au moins pour les quarante premières minutes ?

Yannick Nyanga : Oui, le plan était parfait. En tout cas, nous aimerions que ça se passe comme ça tout le temps. Nous étions tous prêts et tous concernés pour faire une super première mi-temps et ça s'est produit.

Comment avez-vous vécu la deuxième mi-temps finalement assez bizarre ?

Y.N : Oui, à 27-3, nous nous sommes retrouvés surpris d'avoir autant d'avance. C'était très spécial. Nous ne savions pas trop comment réagir. Alors, nous avons connu un moment de flottement. nous avons eu moins de ballons. Mais nous avons fait preuve de solidarité en défense, ce qui est notre fond de commerce.

Quels sont vos premiers sentiments ?

Y.N : Nous avions très bien préparé le match. Quand nous sommes comme ça, en équipe. Nous sommes inséparables. Oui, nous les avons complètement déstabilisés.

Teddy Thomas (Racing 92) vs Munster

Teddy Thomas (Racing 92) vs MunsterIcon Sport

Avez vous souffert en fin de rencontre ?

Y.N : Oui, mais notre défense fut très forte sur leurs occasions. Nous les avons écoeurés. Oui, ils sont revenus à la fin, mais c'était trop tard.

Qui de l'importance de Donnacha Ryan ?

Y.N : Oui Donnacha fut très important pour nous après l'avoir été pour eux autrefois. Il nous a aidés à nous organiser pour les contrer en l'air et pour les empêcher de déclencher leurs fameux ballons-portés. Il s'est révélé très précieux.

Allez-vous savoir gérer les émotions avant la finale du 12 mai ?

Y.N : Nous allons vivre un sacré dilemme entre le championnat et la Coupe d'Europe. Pour l'instant, c'est à cette dualité que nous pensons. Mais nous espérons que, comme en 2016, l'Espagne va nous réussir. Mais j'ai vu ma performance du Leinster. Ils ont roulé sur leurs adversaires avec une entame terrible. Pour nous, il faudra gravir une marche supplémentaire. C'est vrai que nous avons perdu la deuxième mi-temps. Mais dans un match à élimination directe, ça n' a pas une grande importance.

L 'émotion fut-elle facile à gérer ?

Y.N : L'émotion, ne doit jamais prendre le pas sur l'inspiration. Ou alors, l'émotion, on doit la lâcher sur les plaquages, ou les déblaiements et retrouver toute notre lucidité quand nous sommes loin du ballon. C'est ce qui est dur dans le sport de haut niveau.

Comment expliquez-vous votre première mi-temps superbe ?

Y.N : Notre possession fut de qualité avec presque tous nos ballons sur touche et nous avons respecté le plan de jeu et Teddy et Virimi ont fait des différences.

Laurent Labit (Racing 92)

Laurent Labit (Racing 92)Icon Sport

Votre entraîneur Christian Labit a parlé d'une façon particulière d'attaquer leur défense, resserré au milieu, plus friable sur les extérieurs....

Y.N : Oui, nous avions vu des choses à la vidéo. Je crois que nous pouvons être fier d'avoir su appliquer les leçons de nos séances sur le terrain, ce n'est pas toujours facile.

Contenus sponsorisés
0
0