Icon Sport

Nouvelle victoire bonifiée du MHR face à Glasgow

Nouvelle victoire bonifiée du MHR face à Glasgow
Par Rugbyrama

Le 17/12/2017 à 11:00Mis à jour Le 17/12/2017 à 11:01

Montpellier Hérault Rugby décroche dix points en deux matchs contre les Ecossais. Le coup parfait. Les Héraultais se relancent donc dans la course à la qualification et se rassurent encore sur leur force de caractère. Moins dans leur progression rugbystique.

Ombres et lumières

Il y a toujours deux lectures à un succès : "Ce qu’il faut retenir, c’est qu’on a affronté une équipe qui est venue chez nous sans pression pour tout jouer. C’est un contexte de match très facile pour eux car ils n’ont aucun stress. (…) Je vous le garantie c’était vraiment très dur de les affronter. Je pense donc vraiment qu’il faut retenir cette victoire bonifiée. Je suis très content de ce résultat." Julien Bardy pose un regard sincère et pragmatique sur ce triomphe essentiel pour le MHR dans la course à la qualification. En deux journées, Montpellier vient de reprendre en main son destin européen, là où beaucoup le voyait déjà condamné après deux premières journées ratées.

Avec treize points, les Cistes doublent le Racing 92 et Toulon (meilleure goal-average) dans la course aux trois meilleurs de poules. Ils ne sont pour l’instant devancés que par l’Ulster (meilleur goal-average), et même si les Saracens venaient à battre Clermont aujourd’hui, ils seraient troisièmes et virtuellement qualifiés. Vern Cotter apprécie : "On prend cinq points. On est encore vivant. On a fait un match similaire devant Exeter, où l'on est passé à côté. On a fait ce qu'il fallait dans ce match même si ce n'est pas parfait. Avec treize points, et deux matches à jouer, il reste une chance de qualification. Si on fait ce qu'il faut lors du prochain match, on peut se qualifier."

Encore une “finale” avant l’heure pour les Héraultais à la mi-janvier, qui iront défier Exeter dans son antre, avant de recevoir dans la foulée le Leinster. Lors d’un sommet décisif ou d’une rencontre sans enjeux pour les Irlandais, si ces derniers poursuivent leur démonstration de force. La mission reste donc difficile pour les hommes de Cotter, mais ils ont encore prouvé samedi qu’ils avaient le caractère nécessaire pour déjouer tous les pièges dans l’adversité : "Je suis content de l'état d'esprit car l'équipe a montré du caractère. On a réussi à s'adapter devant une belle formation qui a proposé un jeu différent du dernier match. Même si en début de rencontre, il nous a manqué un peu d'énergie au regard du match réalisé à Glasgow."

33% de plaquages ratés !

En effet, Montpellier a comme d’habitude raté son entame de match en encaissant trois essais en moins de vingt minutes : "Certes, mais malgré les nombreux temps de jeu de Glasgow (et une possession supérieure, 56%), c’est nous qui avons marqué souvent. (…) Les deux premiers essais sont bien joués de la part de Glasgow. Ils nous font tourner la mêlée, derrière on fait un mauvais ruck et ils récupèrent le ballon. Notamment sur le second (essai). Ils ont eu cette stratégie de nous maintenir sous pression dans notre camp lors du premier acte car ils avaient le vent. Ils ont réussi, mais je trouve aussi qu’on a bien géré nos temps faibles", explique Kélian Galletier, qui a officialisé hier après-midi sa prolongation de trois ans dans son club de cœur.

François Steyn (Montpellier)

François Steyn (Montpellier)Icon Sport

Alors, pour trouver une seconde lecture, plus négative de ce triomphe, il faut avancer des chiffres. A l’image par exemple, de ce pourcentage très élevé de plaquages ratés, 33% (37 sur 21), qui fait réagir Louis Picamoles : "C’est trop ! On ambitionne beaucoup moins de placages ratés, c’est certain. Malgré la qualité de l’adversaire, il y en a beaucoup qu’on aurait pu éviter." Lucide le capitaine héraultais reconnaît sans détour, que Montpellier devra afficher beaucoup plus de maîtrise dans son jeu, s’il souhaite poursuivre l’aventure en Champions Cup. Et aussi, confirmer une progression collective entamée depuis deux rencontres, stoppée net dans le contenu samedi : "Nous devrons augmenter notre niveau de jeu si on veut avoir une chance de se qualifier. On s'est mis en difficulté tout seul en n'étant pas au niveau en première période. (…) On s'aperçoit que l'on est puni dès que l'on lève un peu le pied. (…) C'est un peu le point noir du match. On a manqué de précision dans notre jeu et on a vite paniqué lors de la première période. On a offert les deux premiers essais. Depuis le début de saison, on est très gentils avec nos adversaires. Il va falloir que cela soit un peu plus dur pour eux de marquer des essais."

Car les défenses ne seront pas toujours aussi perméables que celle des Warriors et que les Cistes ne pourront donc pas marquer à chaque fois cinq essais pour se sauver. Autre ombre au tableau : la blessure au genou d’Aaron Cruden, qui passera des examens complémentaires aujourd’hui : "Je vais attendre pour savoir et me prononcer, mais il semble que ça soit quelque chose qu’il ait déjà eu. J’espère que ce ne sera pas trop grave", conclut Vern Cotter. Entre ombres et lumières, le MHR s’est donc offert le droit de rêver, en réaffirmant son mental d’acier, sans pour autant se rassurer sur la qualité de son jeu.

Par Julien Louis

Contenus sponsorisés
0
0