Icon Sport

L’Irlande en force, l’Angleterre écartée, le Racing unique représentant français en demies

L’Irlande en force, l’Angleterre écartée, le Racing unique représentant français en demies

Le 02/04/2018 à 11:29Mis à jour Le 02/04/2018 à 11:44

Les quarts de finale de la Champions Cup ont tenu toutes leurs promesses en termes d’intensité, de suspense et de spectacle. Retour sur un week-end qui a consacré les deux provinces irlandaises, été difficile pour les Français et fatal au tenant du titre.

Les Scarlets redonnent vie au rugby gallois

Neuf ans, soit une petite éternité qu’une province galloise n’avait plus atteint le dernier carré de la grande coupe d’Europe. Llanelli a mis fin à cette disette et rendu un peu de fierté à tout un pays : "Il y a eu un travail énorme fait par l’ensemble du club pour arriver à ce niveau, a commenté, heureux, l’arrière Leigh Halfpenny au sortir du duel remporté face aux Maritimes vendredi (29-17). On a vu ce match contre La Rochelle comme une énorme opportunité pour nous, pour le club et pour les supporters et on l’a saisie des deux mains".

Scarlets - La Rochelle (Crédit Photo : EPCR)

Scarlets - La Rochelle (Crédit Photo : EPCR)Rugbyrama

Au plus grand désarroi du peuple rochelais, qui découvrait la Champions Cup cette saison. Cette inexpérience, couplée à de trop nombreuses absences (Vito, Murimurivalu, Jordaan, Doumayrou, Lacroix, Qovu, Forbes…) ainsi qu’à la blessure précoce et préjudiciable de Botia a rendu la tâche trop compliquée pour les hommes de Patrice Collazo.

Frustration majeure pour Toulon

Pour le RCT, la montagne nommée Munster a été un peu trop raide même s’il s’est donné toutes les chances de la gravir (20-19). Les Varois ont sorti leurs tripes et livré un formidable combat à Thomond Park. Mais ils ont trouvé en face d’eux une très belle mécanique de précision, portée par son seizième homme et un peu aussi, disons-le, par un dix-septième en la personne de Nigel Owens.

La joie des joueurs du Munster après leur victoire sur Toulon

La joie des joueurs du Munster après leur victoire sur ToulonIcon Sport

Toulon aurait dû bénéficier d’un essai de pénalité et d’une supériorité numérique dès l’entame mais l’arbitre gallois en a décidé autrement, se montrant bien plus sévère au moment de sanctionner les Toulonnais. Ces derniers nourriront d’autant plus de regrets qu’ils ont perdu la partie sur un essai facilement évitable, dû à un mauvais jeu au pied de Trinh-Duc. Dur pour des Rouge et Noir qui restent en rade au stade des quarts de finale pour la troisième année consécutive.

Le Racing envoie Clermont en vacances

Le Top 14 était assuré d’avoir au moins un représentant en demies avant ce week-end et il n’en aura pas un de plus. C’est le Racing 92 qui portera, seul, les espoirs de reconquête française en Champions Cup, après avoir fait tomber le vice-champion d’Europe à Marcel-Michelin (17-28). Et comme Toulon, Clermont est sorti frustré de son match car lésé sur l’essai d’Andreu. Celui-là même qui fait plonger les Jaunards et qui est resté en travers de la gorge de son manager Franck Azéma : "Il y a un en-avant d'un mètre sur le truc de Carter, si on accorde ça, tu vois ce que je veux dire... Morgan Parra, il prend l'avant-bras de Le Roux dans la gueule, c'est une simple pénalité… Il y a des choses qui sont choquantes".

Equipe du Racing après la victoire contre Clermont

Equipe du Racing après la victoire contre ClermontIcon Sport

Il serait toutefois erroné de parler de vol pour des Clermontois longtemps en dessous de 60% de réussite au plaquage et qui sont tombés sur un sacré os en termes d’engagement. Solides et appliqués, les Franciliens ont aussi marqué ce qui restera peut-être comme le plus bel essai de la saison dans la compétition. Ils joueront "à domicile" une place en finale contre le Munster, qu’ils ont déjà affronté (et battu) en poules.

Le tenant du titre sorti par un impressionnant Leinster

L’évènement de ces quarts de finale a eu lieu dimanche à l’Aviva Stadium de Dublin, où le règne des Saracens a pris fin. Le dernier représentant de sa Majesté est tombé avec pertes et fracas contre le Leinster (30-19), laissant le dernier carré sans club anglais, une première depuis 2012. Pragmatique, hermétique en défense, la province de la capitale irlandaise a confirmé son statut de meilleure équipe de la phase de poules. Elle recevra, une nouvelle fois, les Scarlets lors du prochain tour. Et vu ce qu’elle a encore démontré face aux Sarries, il sera dur de la détourner de Bilbao, lieu de la finale. Avec 50% des protagonistes des demies, l’Irlande peut de toute façon croire fort en un second triomphe en 2018, après le Grand Chelem du XV du Trèfle.

Garry Ringrose (Leinster) contre Saracens

Garry Ringrose (Leinster) contre SaracensIcon Sport

Contenus sponsorisés
0
0