Icon Sport

Les tops et flops de la 4e journée avec Nadolo et les adieux à Colombes

Les tops et flops de la 4e journée avec Nadolo et les adieux à Colombes

Le 18/12/2017 à 15:57Mis à jour Le 18/12/2017 à 16:30

Nadolo qui poursuit sa démonstration, Parra toujours aussi magistrale, l’au-revoir réussi à Colombes, la méforme de Tuisova, l’expulsion d’Imhoff ou la première défaite de La Rochelle… Voici nos tops et flops de la 4e journée de Coupe d’Europe.

Les tops

Le récital de Nadolo :

C’est l’un des très grands bonhommes du week-end européen. Et, plus largement, de la première partie de saison montpelliéraine. Car si le MHR se trouve dans le wagon de tête du Top 14 depuis l’entame de l’exercice, il doit en grande partie à Nemani Nadolo. Et si le club héraultais est toujours vivant en Champions Cup, l’ailier fidjien en est le principal artisan. Encore face à Glasgow samedi, Vern Cotter a pu chaleureusement remercier son joueur, auteur d’un match dantesque. Un essai personnel mais surtout des intervenions décisives sur au moins deux autres et des exploits en tous genres. La puissance de Nadolo a fait des ravages dans la défense écossaise. Et ses statistiques sur la scène européenne sont exceptionnelles : cinq essais en quatre rencontres mais aussi la tête du classement des défenseurs battus (29) et des franchissements (12).

La régularité de Parra :

S’il est une constance dans les prestations de Clermont depuis de longs mois, elle tient dans l’incroyable niveau de performance de Morgan Parra. Dimanche, dans un duel cette fois très serré contre les Saracens, il a encore offert un récital. D’abord au pied avec un six sur sept face aux poteaux. Mais aussi et peut-être surtout dans le jeu, où son influence sur le cours de la rencontre fut impressionnante. Il a constamment animé avec beaucoup de justesse et ses inspirations furent aussi nombreuses que décisives. Entre jeu autour, passes allongées vers les extérieurs ou subtiles coups de pied pour occuper le camp adverse, il a donné le tempo du match. Et mené les siens vers un précieux succès.

Les adieux à Colombes :

Il ne fallait pas rater ça. Samedi, contre Castres, les Racingmen disputaient leur ultime match dans l’enceinte historique de Yves-du-Manoir à Colombes. Là où ce club mythique du rugby français a tout connu, de ses plus grandes heures de gloire et à des jours plus sombres. Un stade chargé de souvenirs et d’émotions. Dès le week-end prochain, les hommes du président Jacky Lorenzetti vont investir leur nouveau domicile, la U Arena au cœur du quartier de la Défense, contre le Stade toulousain. Mais pour cette dernière, il s’agissait surtout de soigner les adieux. Ce fut chose faite avec une victoire propre et bonifiée contre Castres (29-7).

Racing 92 vs Castres

Racing 92 vs CastresIcon Sport

Les flops

Le fantôme de Tuisova :

Mais où est passé le meilleur ailier du dernier championnat de France ? Il y a encore peu, Josua Tuisova terrorisait toutes les défenses de l’Hexagone et du continent. Mais, depuis plusieurs semaines, le surpuissant Fidjien ne fait plus peur à grand-monde et erre comme une âme en peine sur les terrains de France et d’Europe. Samedi, à Bath, il a frisé l’indigence. Absolument transparent, il a marqué cette rencontre pour son absence totale sur le deuxième essai de Watson. Débordé, Tuisova n’a même pas cherché à accélérer et a fait preuve d’une nonchalance ahurissante. Alors il n’y a aucune raison que le joueur ne retrouve pas très vite son meilleur niveau mais le plus tôt serait le mieux pour une équipe toulonnaise qui a besoin de retrouver son bulldozer.

Le carton rouge de Imhoff :

Si le Racing s’est imposé pour la dernière à Colombes face à Castres, Juan Imhoff a de son côté traversé un enfer. Repositionné à l’arrière, l’Argentin a d’abord été contré sur son premier coup de pied de dégagement et ainsi offert le seul essai adverse à Kockott. Ensuite maladroit sous une chandelle, il s’est surtout illustré par un coup de tête asséné au même Kockott. Rien de très méchant mais cela a suffi pour pousser l’arbitre de la rencontre à l’expulser. Un geste pourtant totalement évitable qui devrait le priver de compétition pour plusieurs semaines. Une mauvaise nouvelle pour lui, et pour son club.

La première défaite de La Rochelle :

Attention, il n’y a pas lieu là de s’alarmer. Mais La Rochelle avait tellement bien habitué depuis le début de cette Coupe d’Europe et tellement impressionné. Avant leur rencontre à Coventry contre les Wasps, les Maritimes restaient tout simplement sur trois succès bonifiés pour leurs trois premières sorties de l’histoire dans la compétition. Dimanche, ils ont été nettement dominés par les Anglais dans tous les compartiments du jeu (3-21). Une défaite venue rappeler aux troupes de Patrice Collazo les exigences de cette Champions Cup. Ce groupe est encore en apprentissage et nul doute que cette contre-perfromance s’avérera utile pour l’avenir, surtout que les Wasps ne sont pas parvenus à engranger le bonus offensif, mais les Rochelais savent désormais ce qui ne sera plus permis pour garder de hautes ambitions.

La Rochelle vs Wasps (Crédit photo : EPCR)

La Rochelle vs Wasps (Crédit photo : EPCR)Rugbyrama

Contenus sponsorisés
0
0