Icon Sport

Le dépaysement de la U Arena, un vrai atout pour faire tomber le Munster ?

Le dépaysement de la U Arena, un vrai atout pour faire tomber le Munster ?

Le 14/01/2018 à 08:57Mis à jour Le 14/01/2018 à 09:53

Le Racing 92 joue ce dimanche sa survie dans la Champions Cup face au Munster (16h15). Comme Toulouse et Clermont, la province irlandaise pourrait connaître des premières minutes de flottement, le temps d’appréhender la U Arena et ses spécificités. Aux Franciliens d’en profiter.

Le 22 décembre dernier, le Racing 92 est entré dans une nouvelle ère en jouant son premier match dans sa nouvelle "maison". Et les craintes d’un couac ont vite été dissipées avec deux essais transformés dès le premier quart d’heure.

Un départ canon qui a été l’élément clé de la victoire, finalement étriquée (23-19), des Ciel et Blanc contre le Stade toulousain. Deux semaines plus tard, il y eut beaucoup moins de suspense pour la réception du champion clermontois décimé (58-6). Et là encore, les Racingmen avaient fait le break dès le début de match avec un cinglant 17-0 au bout de vingt minutes.

Maxime Machenaud (Racing 92)

Maxime Machenaud (Racing 92)Icon Sport

Une simple coïncidence ? Peut-être, mais les partenaires d’Henry Chavancy ne nous avaient pas vraiment habitué à des départs en fanfare du temps de Colombes cette saison. Leur total de 3 essais marqués (sur 17) dans la première demi-heure, en 6 rencontres de Top 14 disputées dans le vieux Yves-du-Manoir, tranche avec les jouissances précoces de la salle de spectacle de Nanterre. Tôt dans la semaine, l’entraîneur des arrières du Racing, Laurent Labit, étayait d’ailleurs la thèse d’un "effet U Arena" pour l’adversaire en début de match : "Quand on y vient pour la première fois, c’est assez bizarre et impressionnant. Pour en avoir parlé avec nos adversaires toulousains et clermontois, ils ont eu un temps d’adaptation un peu difficile".

" L’avantage du terrain est valable pour chaque équipe"

Histoire de maintenir ses troupes sous pression maximale dimanche dès le coup d’envoi, Laurent Travers a quant à lui réfuté l’idée d’un quelconque avantage : "Si Toulouse et Clermont ont mal débuté contre nous, ce serait la faute du terrain ? Alors merci la U Arena ! Mais c’est vexant pour mes joueurs". Et ? Ce n’était certainement pas pour faire des emplettes dans le quartier de la Défense que le staff francilien y avait délocalisé des entraînements trois semaines avant la réception de Toulouse, afin que les Racingmen s’habituent à son toit, sa soft grass, sa température régulée, son écran gigantesque et tout ce qu’on ne retrouve pas dans les autres stades de rugby de France et d’ailleurs.

Pour les Munstermen, habitués à jouer selon les bourrasques de vent et la pluie battante de l’hiver irlandais - et qui excellent sous ces conditions - le changement risque d’être brutal. Mais finalement pas beaucoup plus que pour les Racingmen à l’aller.

Maxime Machenaud (Racing 92) lors du match contre le Munster le 21/10/2017

Maxime Machenaud (Racing 92) lors du match contre le Munster le 21/10/2017Icon Sport

"J’ai joué dans beaucoup de stades dans ma carrière mais quand on est allé à Thomond Park en octobre, je n’avais jamais vu ça, se rappelle le flanker Yannick Nyanga. Le vent et la pluie non-stop, avec cette intensité… c’était les pires conditions que j’ai connues ! Donc l’avantage du terrain est valable pour chaque équipe. Chaque terrain a des sensations qui lui sont propres, qu’il soit en soft grass ou en pelouse naturelle. Aujourd’hui, on a un nouveau terrain qui nous donne un avantage sur les autres équipes mais ce n’est pas nouveau". Face à un adversaire qu’il doit battre de plus de 7 points pour rester maître de son destin, l’« avantage U Arena » ne serait de toute façon pas de trop pour aider les Ciel et Blanc.

Contenus sponsorisés
0
0