Rugbyrama

La Rochelle peut nourrir des regrets

La Rochelle peut nourrir des regrets

Le 30/03/2018 à 20:18Mis à jour Le 30/03/2018 à 23:37

Punis par leur indiscipline et leur imprécision dans le jeu, les Rochelais quittent leur 1ère Champions Cup au stade des quarts de finale, battus 29-17 par les Scarlets. Il y avait pourtant la place pour écrire encore un peu plus l’histoire.

Pas d’exploit pour le Stade Rochelais. Le petit poucet de la compétition n’a finalement pas résisté à l’enfer de Llanelli, au Pays de Galles. Dans un Parc y Scarlets plein comme un œuf, les hommes de Patrice Collazo n’ont sans doute pas sorti le match dont ils rêvaient, pour le premier quart de finale de l’histoire du club. Beaucoup trop pénalisés, les Maritimes ont donné le bâton pour se faire battre. Notamment à un Leigh Halfpenny, quasiment chirurgical au pied avec un 7 sur 8 face aux perches. Ils ont pourtant eu les occasions pour renverser le cours de ce premier duel européen du week-end. Mais l’imprécision criante dans les 22m adverses leur coûte très cher au final.

Halfpenny Scarlets - La Rochelle (Crédit Photo : EPCR)

Halfpenny Scarlets - La Rochelle (Crédit Photo : EPCR)Rugbyrama

Des fautes à la pelle

" Il ne faudra pas avoir de regrets au terme des 80 minutes", disait Alexi Balès en début de semaine. Mais, ce quart de finale passé, le demi-de-mêlée rochelais en aura, très certainement, des regrets. Ceux de ne pas avoir livré le match qu’il fallait. En voulant notamment alterner le jeu de son équipe, l’ancien agenais n’a jamais vraiment trouvé la clé au pied. Pire, sa chandelle complètement manquée à la 28e minute aurait pu précipiter l’envol gallois au score.

Scarlets - La Rochelle (Crédit Photo : EPCR)

Scarlets - La Rochelle (Crédit Photo : EPCR)Rugbyrama

Mais les regrets sont surtout à mettre au crédit d’une indiscipline pas loin d’être « impardonnable » à ce niveau. En particulier en première période, où les Rochelais, sanctionnés à huit reprises, n’ont pas réussi à fructifier leur bonne entame et l’essai précoce de Sazy (9e). Plaquage haut, plaquage sans ballon, perte d’appuis dans les rucks...souvent face aux perches. Les Gallois, loin d’être dans un grand jour, en ont profité pour grappiller et virer en tête à la mi-temps (12-10). Avant de négocier parfaitement les temps forts rochelais au retour des vestiaires.

Si près, si loin

Car oui, le dernier demi-finaliste du TOP 14 s’est procuré le droit d’y croire, à une qualification dans le dernier carré. Entre la 50e et la 60e minute, le Stade Rochelais a bien failli renverser la table, sous les consignes d’un Xavier Garbajosa reconverti en porteur d’eau, le temps d’un quart de finale. Mais la malice d’un Beirne, véritable bourreau défensif des Rochelais ce soir, et la maladresse collective après plusieurs touches à 5m de la ligne galloise, ont finalement fait exploser les coéquipiers de Jérémy Sinzelle. Le tournant du match, clairement.

Scarlets - La Rochelle (Crédit Photo : EPCR)

Scarlets - La Rochelle (Crédit Photo : EPCR)Rugbyrama

Mis sur orbite par l’essai décisif de Patchell (62e) dans la foulée, les Scarlets, forts de 13 internationaux ce soir, retrouvent donc les demi-finales de la grande Coupe d’Europe. Une première depuis 2007. Le manager rochelais Patrice Collazo dira sans doute, selon l’une de ses expressions favorites, que ses hommes ont "payé pour apprendre". En l’absence de plusieurs cadres comme Vito, Doumayrou ou encore Eaton, le staff rochelais a offert le droit à certains "minots" de prendre un sacré bol d’expérience pour l’avenir. L’histoire ne dit pas ce qu’il serait advenu du sort de La Rochelle sans la sortie sur blessure de Levani Botia à la 25e. Celui que les Gallois surnomment "demolition man", et craignaient plus que tout avant ce match, est sorti en larmes. Mais, quoi qu’il en soit, la Rochelle quitte la Champions Cup par la grande porte. Et va sans doute tout faire pour y regoûter au plus vite.

Contenus sponsorisés
0
0