Icon Sport

L'Antisèche : un pack de titans et… Machenaud !

L'Antisèche : un pack de titans et… Machenaud !

Le 21/01/2018 à 17:00Mis à jour Le 21/01/2018 à 17:06

A Leicester, les Racingmen disputaient un véritable huitième de finale. Très forts dans le combat d’avants, sereins en défense et portés par le pied droit de Maxime Machenaud, ils ont réussi là où ils avaient échoué l’an passé…

Le match : le Racing à la force du pack

Quel thriller à Welford Road ! Dans des conditions climatiques difficiles et sur un terrain particulièrement lourd, les Racingmen ont du attendre les dernières secondes de cette rencontre pour savourer leur qualification en quarts de finale de la Champion’s Cup. "Ce match ressemblait à un vrai traquenard, confiait Laurent Labit au micro de nos confrères de BeIn Sport. La neige, des Anglais revanchards, un gros enjeu : à Leicester, ce fut vraiment très compliqué".

Terrain de Leicester enneigé contre le Racing 92 le 21/01/2018

Terrain de Leicester enneigé contre le Racing 92 le 21/01/2018Icon Sport

Auteurs d’un excellent début de match et portés par la performance XXL d’un pack de colosses, les Racingmen marquaient rapidement deux essais par Henry Chavancy et Maxime Machenaud : le premier via un maul pénétrant efficace, le second au terme d’une mêlée anglaise démembrée par la première ligne francilienne. Passé l’euphorie, les Ciel et Blanc tombaient alors dans un faux rythme, étaient lourdement sanctionnés par M. Owens et laissaient le buteur adverse George Ford combler l’écart au score.

Au terme d’un haletant chassé-croisé, il fallut donc un dernier coup de rein en mêlée de Ben Tameifuna pour pousser Nigel Owens à accorder aux Racingmen la pénalité de la gagne. En attendant que ne se concrétise la transfiguration de jeu promise dans le "92", force est de constater que ce Racing n’est jamais aussi dangereux que lorsqu’il s’appuie sur les mensurations avantageuses d’un pack de bestiaux...

Le tournant : merci Georgie !

Ce match déroulait ses dernières secondes lorsque M. Owens siffla une ultime pénalité en faveur des Tigers, dans les 22 mètres franciliens. A cet instant là de la rencontre (23-20), trois points auraient suffi aux Anglais et à leur buteur international pour arracher le match nul, sortir des Ciel et Blanc de la qualif’ et propulser les Saracens en quarts de finale. Soucieux d’offrir un succès majuscule à un public en mal de gloire depuis plusieurs saisons, George Ford décida pourtant de bouder le tir aux buts afin de demander à l’arbitre galloise une nouvelle mêlée. Au terme de celle-ci, les Tigers se firent emporter par la défense francilienne, laquelle gratta même le dernier ballon de la rencontre par l’entremise de Leone Nakarawa. Jeu, set et match !

Le chiffre : 18

On n’arrête plus Maxime Machenaud. Mis sous pression en début de saison par l’éclosion dans les Hauts de Seine de Teddy Iribaren, le vice-capitaine du Racing 92 s’est remis en questions pour reprendre à l’ancien briviste le statut de numéro 1. Auteur de très bons matchs depuis quelques semaines, Machenaud a une nouvelle fois été parfait dans son rôle d’animateur à Leicester. Mieux, il a marqué 18 des 23 points de son équipe (un essai, deux transformations et trois pénalités), quittant Welford Road sur un éloquent 100 %. Le combat, façon de parler, qu’il livrera la semaine prochaine à Morgan Parra et Antoine Dupont pour le strapontin en équipe de France promet donc son pesant d’or...

Machenaud (Racing 92) vs Leicester le 21/01/2018 (Crédit Photo : EPCR)

Machenaud (Racing 92) vs Leicester le 21/01/2018 (Crédit Photo : EPCR)Rugbyrama

L’homme : on a retrouvé Big Ben !

En nettes difficultés depuis un an et demi, Ben Tameifuna (sacré meilleur pilier droit du Top 14 par Midi Olympique lors de la saison 2015-2016) a retrouvé son niveau de jeu. Très à l’aise au coeur d’un match âpre, intense et souvent hâché, Big Ben a irrémédiablement placé ses coéquipiers dans l’avancée, permettant à Rémi Talès et Maxime Machenaud de jouer dans un fauteuil ou presque. Sûr de son fait en mêlée fermée, l’international tonguien a même offert, d’un ultime coup de rein et en emportant son vis à vis Mulipola avec une déconcertante facilité, la pénalité de la gagne à Maxime Machenaud (76 ème minute).

Contenus sponsorisés
0
0