Rugbyrama

L'antisèche : Toulon a fait déjouer Llanelli, en vain

L'antisèche : Toulon a fait déjouer Llanelli, en vain

Le 20/01/2018 à 21:45Mis à jour Le 20/01/2018 à 21:47

Toulon s'incline sur la pelouse des Scarlets (30-27) et abandonne la première place de la poule 5. Mais le RCT, grâce à son bonus défensif, verra quand même les quarts de finale. Pour la septième fois en autant de participations à la "grande" Coupe d'Europe.

Le match : Toulon a enrayé la mécanique galloise, mais ça n'a pas suffi

En sport, il est coutume de dire que les grands matchs appartiennent aux grands joueurs. Samedi, sur la pelouse du Parc y Scarlets, Toulonnais et Gallois ont offert aux spectateurs une performance de très haut-niveau. Pourtant, la rencontre aurait rapidement pu tourner en faveur des Gallois. Mieux entrés dans leur match, il ne fallait que trois minutes aux Scarlets pour ouvrir leur compteur (essai de Prydie), au terme d'une action où ils balayèrent plusieurs fois la largeur du terrain. Le début d'une soirée galère pour le RCT ?

Que nenni, puisque les joueurs répondaient du tac-o-tac, par Duane Vermeulen (6e). Les débats se sont ensuite équilibrés, jusqu'au coup de génie de Chris Ashton (voir le chiffre), qui portait le score à 10-15 et permettait aux Varois de prendre pour la première fois l'avantage. Mais un jeu au pied mal senti d'un Anthony Belleau peu inspiré ce samedi, contré et poussé au pied par Shingler, permettait à Parkes d'aller à dame, de recoller, puis de dépasser le RCT (17-15, 21e). Les Gallois ne lâcheront plus leur avantage. Pire, ils le creuseront par l'intermédiaire de Jones (35e, 27-18). Une pénalité de Belleau permettra au RCT de réduire l'écart avant la mi-temps (27-21).

Jones (Scarlets) vs Toulon (Crédit Photo : EPCR)

Jones (Scarlets) vs Toulon (Crédit Photo : EPCR)Rugbyrama

En revanche, la deuxième mi-temps sera beaucoup moins aérée. Les coéquipiers de Leigh Halfpenny ne pourront plus proposer leur jeu de mouvement. Le large-large qu'imposent les Scarlets pour faire exploser leurs adversaires ne fonctionna pas sur ce RCT, qui enraya parfaitement la machine galloise. Mieux, le coaching toulonnais (Fernandez-Lobbe, Manoa, Setiano, Chiocci notamment) bien senti, accompagné des performances XXL d'Isa, Vermeulen ou Radradra, permettront aux sympathisants du RCT d'espérer un hold-up jusqu'à la sirène. Mais les Toulonnais buteront sur une défense galloise en béton armé (bien aidée par les innombrables contestes de sa deuxième et troisième ligne).

S'ils recolleront au score (30-27, 57e) et seront dans le coup jusqu'à la dernière seconde, le drop manqué de François Trinh-Duc après la sirène crucifia finalement Toulon. Le RCT s'incline les armes à la main, ne recevra pas les quarts de finale à Mayol mais verra malgré tout les phases finales (grâce au point de bonus défensif) pour la septième fois en autant de participations. Et finalement, au-delà de la défaite, les Toulonnais ont rassuré quant à leur capacité à hausser le ton dans les matchs couperets.

Scarlets vs Toulon le 20/01/2018 (Crédit Photo : EPCR)

Scarlets vs Toulon le 20/01/2018 (Crédit Photo : EPCR)Rugbyrama

Le chiffre : 38

En manque de réussite depuis le début de la compétition, Chris Ashton ,meilleur réalisateur de l'histoire de la Coupe d'Europe, n'avait jusqu'alors pas inscrit le moindre essai sous le maillot toulonnais en Europe. Souvent en position de scorer, "l'avant centre du RCT", comme s'amuse à le surnommer Mourad Boudjellal, a enfin ouvert son compteur face à Llanelli. Alors au cœur d'une séquence défensive, l'international britannique montait en pointe et interceptait le ballon à hauteur des vingt-deux mètres varois.

Le temps de chercher du soutien pour gagner quelques précieux mètres ? Que nenni, "Ash" voyait l'en-but au loin, prenait de vitesses cinq Scarlets, résistait à une cuillère à quelques centimètres de la ligne et inscrivait le deuxième essai toulonnais de la soirée. Son 38e essai sur la scène européenne. Il repousse ainsi son plus proche concurrent, Vincent Clerc, à deux longueurs.

Ashton (Toulon) contre les Scarlets le 20/01/2018 (Crédit Photo : EPCR)

Ashton (Toulon) contre les Scarlets le 20/01/2018 (Crédit Photo : EPCR)Rugbyrama

La question : Sur la dernière action, les Toulonnais auraient-ils dû faire preuve de plus de patience ?

Ultra-dominateurs tout au long de la deuxième période, les Toulonnais ont fait mieux que résister aux assauts gallois, en attestent les trois seuls points inscrits par Llanelli lors du deuxième acte. Mais Toulon a également eu affaire à une défense galloise parfaitement en place. Et s'ils ont souvent été pénalisés, les Scarlets ont su garder l'avantage au score. Alors quand, à la 79e minute, après avoir récupéré un ballon dans sa moitié de terrain, les avants toulonnais mettaient leur adversaires sur le reculoir, et avançaient, tant bien que mal, dans le camp adverse, deux solutions se proposaient aux joueurs Toulonnais.

Soit continuer à passer par l'axe, où Toulon était outrageusement dominateur, pour tenter de mettre les Gallois à la faute, au risque de perdre le ballon, que ce soit sur un en-avant ou simplement un énième conteste gallois ; soit tenter le drop par François Trinh-Duc. Les Toulonnais ont finalement choisi la deuxième solution, et ce malgré les quarante mètres qui séparaient l'ouvreur des perches. Et finalement, le ballon est passé à droite des poteaux. Les Toulonnais auraient-ils dû faire preuve d'encore un peu plus de patience, ou l'essentiel était assuré avec le point de bonus défensif ?

Le sondage : Malgré la défaite, les Toulonnais vous ont-ils rassuré quand à leur capacité à élever leur niveau de jeu lors d'un match couperet ?

Sondage
2410 vote(s)
Oui, et Toulon répondra présent au printemps
Non, les joueurs de Fabien Galthié doivent encore monter les curseurs s'ils veulent exister en fin de saison
Contenus sponsorisés
0
0