Icon Sport

L'antisèche : le Racing n'était pas d'humeur blagueuse

L'antisèche : le Racing n'était pas d'humeur blagueuse

Le 01/04/2018 à 17:22Mis à jour Le 01/04/2018 à 18:45

Au terme d’une rencontre haletante où les deux équipes se sont rendues coup pour coup, le Racing 92 a finalement disposé de l’ASM Clermont Auvergne au Michelin (17-28). Les Ciel et Blanc retrouveront le Munster en demi-finale.

Le film du match

La bête était bien blessée. Auteur d’une grosse entame de match, les Clermontois acculaient les Racingmen dans leurs 22 mètres lors des 15 premières minutes. Une pression concrétisée par la pénalité de Morgan Parra (3-0, 6e). Le danger auvergnat venait de partout. Au près, avec la puissance du troisième-ligne Fritz Lee, sur la largeur avec Damian Penaud très en jambes. Alors que Rémi Grosso était tout près d’inscrire un essai après un coup de pied par-dessus millimétré de Morgan Parra, la nervosité de Bernard Leroux offrait trois nouveaux points aux Jaunards (9-0, 20e).

Patricio Fernandez (Clermont) contre le Racing 92

Patricio Fernandez (Clermont) contre le Racing 92Icon Sport

La réaction du Racing 92 était toutefois immédiate mais l’arbitre de la rencontre Waynes Barnes refusait logiquement un essai à Vakatawa pour une obstruction de Camille Chat sur Rémi Lamerat (22e). Loin d’être abattu par cette décision arbitrale, le Racing 92 revenait immédiatement à la charge avec un contre de Marc Andreu éliminant 5 défenseurs clermontois pour offrir à Leone Nakarawa le premier essai de la rencontre (9-7, 24e). Un essai relançant complètement les Ciel et Blanc dans ce quart de finale avant cette prise d’intervalle au cœur du jeu de Morgan Parra décalant le trois-quarts Peter Betham pour le premier essai des Jaunards (14-10, 36e).

Avec un petit point de retard à la pause (14-13), les Racingmen prenaient alors les commandes dès l’entame de la seconde période par l’intermédiaire de Maxime Machenaud (14-16, 42e). Sur le renvoi, il manquait quelques centimètres à Nick Abendanon pour aplatir sur la ligne d’en-but (44e). Mais les deux équipes se rendaient coup pour coup avec Morgan Parra trouvant les perches (17-16, 46e) pour maintenir un suspense de tous les instants. L’entrée de Dan Carter à l’heure de jeu, décrié depuis le début de la saison, allait éclairer le jeu francilien dans le money time. A deux reprises, le demi d’ouverture all black trouvait l’intervalle pour initier deux essais de son équipe (Andreu et Palu). Deux essais en moins de cinq minutes propulsant le Racing 92 vers une qualification en demi-finale où les Ciel et Blanc retrouveront le week-end du 21/22 avril, au stade Jacques Chaban-Delmas de Bordeaux, le Munster Rugby. Pour les Clermontois, hors-course pour les phases finales du TOP 14, cette saison est définitivement à oublier…

Le tournant du match

64e minute de jeu : sur une accélération de Dan Carter à l’entrée des 22 mètres, le demi d’ouverture néo-zélandais trouvait Marc Andreu sur l’aile. Une passe visée légèrement en-avant. Après l’intervention de l’arbitrage vidéo, Wayne Barnes accordait malgré tout cet essai ciel et blanc assommant les Clermontois (17-21). Une décision arbitrable qui fera sans doute couler beaucoup d’encre…

Wayne Barnes, arbitre du match ASM Clermont - Racing 92

Wayne Barnes, arbitre du match ASM Clermont - Racing 92Icon Sport

Il s’est distingué

Une relance impressionnante de 40 mètres (24e), un essai décisif (64e) : une nouvelle fois, Marc Andreu a démontré à quel point il était précieux dans la ligne d’attaque francilienne. Meilleur marqueur d’essais du Racing 92 en TOP 14 (8 essais en 8 titularisations), Marc Andreu (32 ans), désigné homme du match, a toujours des cannes de feu.

La stat

44. Comme le nombre de défenseurs clermontois battus par les Racingmen. Les coéquipiers de Maxime Machenaud n’ont pas hésité à envoyer du jeu avec 559 mètres parcourus balle en main, 7 défenseurs battus et 11 passes après contact…

La décla

"Il y a des victoires très importantes moralement. Même si on n’a encore rien gagné, ça nous fait du bien. On a gagné ce match à 23. On a cru en notre rugby. C’est magnifique. On savait que Clermont allait tout donner. On a fait le dos rond, on est resté solidaire. On va rester calme et continuer notre chemin. On sait qu’on est capable de faire de belles choses." Yannick Nyanga, troisième-ligne du Racing 92

Contenus sponsorisés
0
0