Icon Sport

Jelonch : "Aucun problème à jouer en huit"

Jelonch : "Aucun problème à jouer en huit"

Le 19/01/2018 à 15:00

Convoqué par le nouveau sélectionneur Jacques Brunel, le troisième ligne castrais nous livre ses impressions sur un groupe dans lequel il compte déjà plusieurs amis et évoque aussi sa polyvalence en huit, poste auquel il a été formé.

Rugbyrama : Comment avez-vous appris votre deuxième convocation avec le XV de France ?

Anthony Jelonch : Tout simplement, en découvrant la liste... Après, je dois reconnaître que Christophe Urios m'en avait parlé, mais vaguement... Il m'avait confié que le staff du XV de France me suivait. Cela n'enlève pas le fait que ce fut une très bonne surprise.

Qu'est ce que cela vous fait ?

A.J. : Je suis très content d'avoir été appelé, et cela récompense aussi le club et tout le monde au club....

Craigniez-vous de ne pas y être ?

A.J. : Pas vraiment... Honnêtement, je ne me serais pas mis la tête au fond du seau si je n'y avais pas été car je dois reconnaître que quelques pépins physiques m'ont privé de certains matchs ces derniers mois. A chaque fois ce n'était pas grave, mais je devais m'arrêter une semaine, dix jours... Aujourd'hui c'est derrière et je peux à nouveau enchaîner alors je suis très heureux. Je reviens bien.

Anthony Jelonch

Anthony JelonchIcon Sport

Avez-vous échangé avec Jacques Brunel ?

A.J. : Non je ne l'ai pas eu encore...

Vous devriez bien vous entendre entre Gersois...

A.J. : (rires) C'est vrai que les Gersois ont tendance à bien s'entendre ! Le Gers c'est assez famille ! Je l'ai d'ailleurs peut-être déjà croisé mais on ne s'est jamais parlé.

Vous avez été appelé au poste de troisième ligne centre, votre poste de prédilection en équipes jeunes mais auquel vous ne jouez que rarement en club, est-ce normal ?

A.J. : Je n'ai pas eu d'échange avec Jacques Brunel donc il me serait difficile de répondre. En tout cas, Christophe m'avait prévenu que le staff songeait à me faire jouer en troisième ligne centre. Cela ne me pose pas de problème : comme vous dites, je n'y joue que ponctuellement en club, mais j'ai fait toute ma carrière en jeune à ce poste, jusqu'en équipe de France de moins de 20 ans. D'ailleurs mon premier match en pro était au poste de numéro huit ! Je m'en souviens bien, c'était au Stade français l'année dernière en tout début de saison. Depuis, il m'arrive de glisser dans le couloir en cours de match, alors j'y ai gardé mes habitudes.

Marco Tauleigne est toutefois le seul vrai spécialiste du poste...

A.J. : Oui mais Kévin Gourdon y joue régulièrement aussi, ainsi que moi-même... Je pense que la polyvalence de chacun peut être un atout.

Quel est votre sentiment sur cette liste ?

A.J. : Je suis heureux de retrouver plusieurs joueurs que je connais bien, notamment ceux de la génération 95-96 avec qui j'ai joué dans les équipe de France jeunes. Il y a Antoine Dupont bien sûr, mais aussi Camille Chat, Sekou Macalou, Anthony Belleau... cela fait pas mal de joueurs qui se connaissent bien. Le staff a pris les joueurs en forme du moment ainsi que quelques nouveaux, je trouve ça bien. Cette liste me plaît.

Antoine Dupont sous le maillot du Castres Olympique en septembre 2016

Antoine Dupont sous le maillot du Castres Olympique en septembre 2016Icon Sport

Vous serez également avec un coéquipier, Geoffrey Palis, dont la convocation a été une petite surprise...

A.J. : Oui, et je suis très heureux pour lui. Geoffrey a fait un excellent retour et son match à Clermont lui a fait marquer beaucoup de points. Il n'a pas donné l'impression de revenir d'une grosse blessure, tant il était à l'aise. Il revient vraiment en forme. Cela ne m'étonne pas, car il courait bien depuis un moment aux entraînements. Il n'avait plus d'appréhension, ni de douleur... je savais qu'il allait revenir fort.

Vous n'avez que peu joué pendant les tests de novembre. Retrouvez-vous l'équipe de France avec l'ambition de jouer davantage ?

A.J. : Bien sûr ! Après, ce sera le choix des entraîneurs. Les tests de novembre ne m'avaient pas frustré pour autant... J'étais déjà tellement heureux de participer à ces deux matchs ! Même si l'on ne joue pas, il ne faut pas en faire une histoire : il n'y a qu'à bosser davantage et essayer de faire mieux.

Quel regard portez-vous sur l'Irlande ?

A.J. : C'est l'équipe en forme du moment. En Coupe d'Europe, les franchises du Leinster et du Munster tournent vraiment fort, avec de joueurs d'excellente qualités. Ils passent beaucoup de temps ensemble, alors ils se trouvent bien sur le terrain. J'avais joué contre le Munster il y a quelques mois, et c'était quelque chose. Stander avait fait un sacré match.

0
0