Eurosport

Imhoff-Andreu : le duel inattendu

Imhoff-Andreu : le duel inattendu

Le 19/04/2018 à 08:40Mis à jour Le 19/04/2018 à 08:41

S’il semble d’ores et déjà acquis que Teddy Thomas débutera dimanche contre le Munster, l’incertitude est plus grande concernant l’autre aile du Racing 92. Laurent Travers et Laurent Labit devront trancher entre Juan Imhoff et Marc Andreu. Un choix qui, en début de saison, s’imposait de lui-même.

Depuis son arrivée au Racing 92 en 2011, Juan Imhoff a rarement été contesté. À juste titre tant sa pointe de vitesse, une des plus impressionnantes du circuit, a fait cauchemarder bien des défenses de Top 14 et d’Europe. Ailier star de la Coupe du monde 2015 avec le Neo-Zélandais Julian Savea, il a ensuite enchaîné 48 titularisations et marqué 23 essais avec le Racing 92 entre son retour du Mondial et la fin de saison dernière.

Vidéo - Agilité, rapidité, déblayage, puissance, défense passive... L'essai du week-end

00:37

Cette année encore, il compte quinze titularisations et sept essais à son actif. Mais un élément est venu changer la donne et il s’appelle Marc Andreu. Promis à un temps de jeu XXS car loin derrière l’Argentin, Teddy Thomas et même Louis Dupichot dans l’esprit de ses deux entraîneurs, l’ailier de poche a su pousser la porte du frigo a grands coup d’essais (9 en 10 titularisations). Si bien qu’il a eu les faveurs du duo Travers-Labit lors du quart de finale de Champions Cup à Clermont (17-28) – match couperet où il a encore fait parler la poudre – aux dépends d’Imhoff, pas dans le groupe. Et tout porte à croire que l’histoire se reproduira contre le Munster.

" Andreu, c’est un petit Dominici"

Pourquoi Juan Imhoff devrait-il plus s’inquiéter que Teddy Thomas ? Parce que les dernières fulgurances de l’ancien Biarrot avec les Bleus, contre l’Irlande et l’Ecosse, ou plus récemment en Top 14 contre le Stade français ont rappelé que, dans un bon jour, il pouvait faire basculer le destin d’un match. Imhoff, lui, y arrive un peu moins dans cette saison particulière où il a reçu le premier carton rouge de sa carrière (en Champions Cup contre Castres, ndlr) et où il a aussi dû dépanner à l’arrière. Poste qu’il occupait dimanche à Toulouse (42-27), avec réussite puisqu’il a été directement impliqué sur deux des trois essais du Racing. Mais sur le troisième, il s’est aussi fait reprendre en poursuite par Gaël Fickou. Un "évènement" si rare qu’il pose la question d’une possible perte de gaz.

Juan Imhoff (Racing 92) contre Toulouse

Juan Imhoff (Racing 92) contre ToulouseIcon Sport

Quand bien même il serait émoussé, le choix entre Imhoff et Andreu demeure un problème de riche pour le staff francilien. Jean-Baptiste Lafond, ancien ailier du Racing, donne, lui, un avantage au moins grand des deux : "Andreu, c’est un petit Dominici, il a des appuis de fou et sur un beau terrain, cela n’a pas de prix. En plus, il est en forme. Imhoff manque peut-être un peu de jus en ce moment. Sur un match où cela se jouera dans des petits périmètres, où il faut des appuis et de l’explosivité, j’opterais pour Andreu. Je trouve d’ailleurs dommage que le Racing s’en sépare mais c’est un peu la spécialité du club, de ne pas garder les match-winners comme il avait lâché Juandre Kruger l’année du titre. Il mérite une belle sortie et une chance d’aller au bout". Le verdict tombera vendredi pour les deux ailiers.

Contenus sponsorisés
0
0