Icon Sport

EPCR-Boudjellal : je t'aime, moi non plus...

EPCR-Boudjellal : je t'aime, moi non plus...

Le 05/07/2018 à 08:46Mis à jour Le 05/07/2018 à 10:30

Dans le collimateur de l'EPCR pour des déclarations tapageuses, le président du RCT, Mourad Boudjellal, était convoqué ce mercredi par la commission de discipline. Cette semaine, l'échange de courriers s'est prolongé jusqu'au bout... Verdict la semaine prochaine.

Mourad Boudjellal était convoqué ce mercredi en commission de discipline par l'EPCR pour des propos tenus dans une interview parue sur Rugbyrama.fr dans laquelle le président du RCT craignait "le côté mormon des instances européennes". Déclarations survenues quelques heures après l'insulte homophobe prononcée par Mathieu Bastareaud à l'encontre d'un joueur italien, en janvier dernier, lors du match Toulon-Trévise. La décision a été mise en délibéré et ne devrait pas être rendue avant la semaine prochaine.

L'affaire s'est encore compliquée ces dernières semaines alors qu'avait été porté au dossier un SMS d'insultes adressé à Liam McTiernan (commissaire à la citation de l'EPCR), soit disant émis d'un des téléphones de Boudjellal.

Le "SMS Gate" s'est rapidement éteint. Après vérifications, il s'agissait d'un faux qui a été supprimé du dossier. Boudjellal a porté plainte, suivi par l'EPCR et son employé.

Boudjellal et son avocat dénoncent un abus de pouvoir

Reste la convocation pour "conduite inappropriée" qui sera jugée cet après-midi. Boudjellal risque de se voir infliger une amende dans le cas où la commission de discipline reconnaitrait sa faute. Dans cette optique et en vue de l'audience, les avocats de l'instance ont écrit cette semaine au président toulonnais pour connaître sa solvabilité, en s'appuyant sur des informations parues dans la presse. Démarche classique précédant l'audience, dit-on du côté de l'instance disciplinaire. Boudjellal et son avocat dénoncent eux un abus de pouvoir ; ils considèrent que la commission de discipline n'est pas habilitée à produire une telle demande portant sur le patrimoine privé.

Boudjellal conteste le fond de l'affaire autant que les formes employées avec notamment les très nombreux courriers en anglais qui lui ont été adressés par l'instance disciplinaire, sans traduction en français (les accords de participation aux Coupes d'Europe signés par tous les clubs prévoient que les convocations et décisions de la commission de discipline soient produits en anglais). De son côté, le président du RCT a systématiquement renvoyé des messages en français, sans répondre aux questions posées et sans aucun lien avec l'affaire. Il a même porté plainte au pénal contre l'EPCR il y a dix jours, pour harcèlement.

Comme prévu, Boudjellal et son avocat ne se sont pas présentés à l'audience, devant la commission de discipline.

Contenus sponsorisés
0
0