Rugbyrama

Entre joie et frustration, le paradoxe rochelais

Entre joie et frustration, le paradoxe rochelais

Le 21/01/2018 à 18:02Mis à jour Le 21/01/2018 à 18:36

Victorieux (16-7) des Harlequins à Marcel-Deflandre, tout en profitant de la défaite (26-7) de l’Ulster sur la pelouse des Wasps, les Rochelais s’assurent la 1ère place de cette Poule 1. Mais l’absence de bonus offensif les prive d’un quart de finale à domicile.

Bien que l’on peut comprendre la déception d’avoir laissé filer un bonus offensif et par la même occasion l’opportunité de jouer un quart de finale à domicile, il faut insister sur le mérite qui revient aux Rochelais d’avoir assuré une qualification en quart de finale. Et ce pour leur première participation à la Champions Cup. Dans des conditions difficiles en raison de la pluie et du vent, la seconde période des Maritimes est justement une belle preuve de l’état d’esprit qui règne dans ce groupe. Malgré l’adversité, celui-ci a su assurer l’essentiel.

L’on insistera notamment sur cette énorme défense, comme avec ce contest de Levani Botia à la 68ème minute et consécutif à un long temps fort des Anglais. Un tournant dans ce duel. En effet, les Quins avaient débuté fort le second acte, marquant un essai par Danny Care dans un tout petit espace (47’). Mais les Harlequins n’ont pas réussi à concrétiser davantage cette longue domination, la faute à une conquête défaillante. Les lancers de Dave Ward ont souvent été imprécis et surtout le pack du Stade rochelais a livré une prestation majuscule.

Kini Murimurivalu (La Rochelle) marquant un essai contre les Harlequins le 21/01/2018

Kini Murimurivalu (La Rochelle) marquant un essai contre les Harlequins le 21/01/2018Icon Sport

Les Rochelais ont manqué le coche avant la pause

Une grosse part de la déception repose donc sur cette occasion juste avant la mi-temps, que Jérémy Sinzelle ne peut conclure après un franchissement de Pierre Bourgarit (40’). Initiée sur la relance d’un essai de Kini Murimurivalu, elle aurait probablement changé le scénario car les Anglais n’y étaient plus, mais elle est venue mourir juste avant la ligne. Malgré plusieurs "pick and go", les derniers centimètres n’ont pas pu être franchis. L’arrière de l’ASR avait fait le break peu avant, d’une belle course après une passe de Dany Priso (38’).

Dany Priso (La Rochelle) vs Harlequins le 21/01/2018

Dany Priso (La Rochelle) vs Harlequins le 21/01/2018Icon Sport

La première banderille était l’œuvre de Pierre Aguillon, après un surnombre sur un côté ouvert (20’) et le fruit d’une domination à tout épreuve. 81% de possession à la 17ème minute et encore 67% à la 58ème, La Rochelle a eu le ballon une grosse partie de la rencontre sans pour autant parvenir à forcer le destin. Cela reste malgré tout une énorme performance car cela permet de se hisser dans le Top 8 européen et d’offrir un quatrième représentant français dans ces quarts de finales de la Champions Cup au Printemps prochain.

Contenus sponsorisés
0
0