Icon Sport

Clermont au presque parfait

Clermont au presque parfait

Le 21/01/2018 à 11:16

Si les Auvergnats se sont faits peur au moment d’assurer leur qualification, leur campagne européenne n’en demeure pas moins remarquable puisqu’elle leur a notamment permis d’éliminer le double champions d’Europe en titre.

Elle était présentée, comme tant d’autres, comme la "poule de la mort", entre le double tenant du titre des Saracens, le champion de France et dauphin européen clermontois, les redoutables Ospreys et la valeur sûre de Northampton. Sauf que, très rapidement, il s’est avéré que cette poule 2 serait ouverte à tous les possibles. En raison ? Les piètres performances des protagonistes dans leurs championnats domestiques, entre des Saints en perdition, des Ospreys avant-derniers de leur groupe en Ligue Celte, et les gros bras des Saracens et de Clermont obligés de composer avec des cascades de blessures, parmi leurs cadres...

Morgan Parra (ASM Clermont) vs Ospreys le 20/01/2018

Morgan Parra (ASM Clermont) vs Ospreys le 20/01/2018Icon Sport

Le grand mérite des Clermontois ? Il aura été, justement, de bien négocier la double confrontation face aux Saracens, au moment précis où l’infirmerie des deux équipes était la plus remplie. Si bien que c’est probablement la profondeur des effectifs qui a fait la différence entre les deux cadors européens, les Clermontois étant par ailleurs bien contents de pouvoir (encore…) compter sur Alivereti Raka au match aller, auteur d’un triplé qui fit probablement toute la différence (46-14). Un match disputé dans un scenario rocambolesque, avec ce report grotesque au lundi soir, qui constitua probablement l’acte fondateur de l’ASMCA dans cette compétition.

Alivereti Raka (ASM Clermont)

Alivereti Raka (ASM Clermont)Rugbyrama

Et même si les Auvergnats gâchèrent leur première occasion de valider leur qualification à Northampton, ces derniers ont toutefois su assurer l’essentiel devant leur public face aux Ospreys, obtenant une victoire synonyme de quart de finale à domicile. "C’était une semaine spéciale, soufflait le troisième ligne Alexandre Lapandry. Il fallait à tout prix l’emporter pour se qualifier, et on pouvait tout perdre en cas de défaite. C’était tout sauf évident face à une équipe très joueuse, qui nous a posé des problèmes en conquête. Mais contrairement au match face à l’UBB il y a deux ans, nous n’avons pas tremblé. On s’était construit notre Coupe d’Europe et on ne voulait pas trébucher si près du but. Désormais, il nous reste trois matchs pour être champions d’Europe."

Alexandre Lapandry (Clermont) - 18 février 2017

Alexandre Lapandry (Clermont) - 18 février 2017Icon Sport

" On ne sera pas bons à prendre"

Un parcours qui débutera donc par un quart de finale au Michelin, pour lequel les Auvergnats auront probablement retrouvé de nombreux cadres, à l’image d’un Noa Nakaitaci ou Greig Laidlaw, de retour sur le banc ce samedi. "En ce moment, on prend tout ce qu’il y a à prendre, souriait Benjamin Kayser. Noa n’avait pas joué depuis 9 mois, Greig depuis trois, mais leur présence fait du bien à tout le monde dans les esprits. Je pense que dans un mois, nous ne serons pas bons à prendre, surtout devant notre public. On est heureux d’amener ce quart de finale à nos supporters, qui seront un soutien de poids. Sans compter que cela peut souligner le rayonnement de notre club au niveau européen."

Benjamin Kayser (ASM Clermont)

Benjamin Kayser (ASM Clermont)Icon Sport

L’opposition, pour cette échéance ? Elle ne sera déterminée que par les résultats de la journée de dimanche, que les Clermontois attendront tranquillement dans leur canapé. Reste qu’au vu du niveau de jeu remarquable qu’ont pu atteindre les Jaunards dans cette compétition lorsqu’ils en avaient réellement envie, on serait plutôt enclins à penser que le principal adversaire des Clermontois demeure eux-mêmes...

Contenus sponsorisés
0
0