Icon Sport

Champions Cup - Bordeaux-Bègles n'a pas l'intention de changer une formule qui gagne

Bordeaux-Bègles n'a pas l'intention de changer une formule qui gagne

Le 15/12/2016 à 09:53Mis à jour Le 15/12/2016 à 09:54

CHAMPIONS CUP - La victoire ramenée d'Exeter (13-7) dimanche dernier ne change rien aux plans de l'UBB qui continuera de faire la part belle à la rotation lors de la réception de ces mêmes Anglais samedi à Chaban.

Pourquoi déroger à ses principes quand tout le monde y trouve son compte. Bordeaux-Bègles est un club à part dans le paysage français. S'il n'a pas les capacités financières et d'effectif des ténors du Top 14, il ne galvaude pas pour autant la scène continentale avec déjà deux victoires au compteur et une défaite bonifiée, en faisant à chaque fois tourner son XV de départ.

Clermont ne compte pas se faire avoir une seconde fois

On s'en était aperçu la saison dernière pour sa première expérience en Champions Cup. L'UBB avait donné du temps de jeu à l'ensemble de son groupe et su rivaliser dans la poule la plus ouverte et équilibrée de l'histoire (3 équipes à 16 points, 1 équipe à 15 points) avec le mémorable déplacement victorieux à Clermont en guise de dessert. Sans regret apparemment.

L'appétit vient certes en mangeant, cette saison il y a d'autres données qui entrent en jeu du côté de Moga, où on a fait les comptes. Sa poule actuelle est dominée par Clermont (12 points) qui a fait de l'Europe son objectif et n'a pas l'intention de revivre la même mésaventure que l'hiver dernier. Les Auvergnats peuvent faire un grand pas vers la qualification s'ils s'imposent dimanche face à l'Ulster, qui plus est avec Exeter, qui sera alors éliminé, au menu du Michelin lors de l'ultime journée pour valider éventuellement un quart à domicile.

Une mêlée lors d'Exeter - Bordeaux-Bègles

Une mêlée lors d'Exeter - Bordeaux-BèglesIcon Sport

Un turnover obligatoire

Il y a aussi cette règle en Coupe d'Europe qui lui interdit d'utiliser plus de deux "étrangers" (Australiens ou Néo-Zélandais pour faire simple) et donc de composer en fonction. L'UBB en compte sept dans son effectif, donc là aussi des choix doivent être faits. Par ailleurs, vu le pedigree de ses absents (le 2e ligne Jandre Marais, le pilier Jefferson Poirot, le 3e ligne Peter Saili et l'ailier Met Talebula sont blessés, le pilier Vadim Cobilas est en reprise alors que le flanker Luke Braid est suspendu), de ceux à qui l'UBB doit des vacances après la Tournée d'automne (le talonneur Clément Maynadier et le pilier Steven Kitshoff) ou ceux qui ont beaucoup trop joué selon sa base de données (le centre Julien Rey, l'ailier Blair Connor, le 2e ligne Luke Jones), on comprend mieux sa stratégie d'ouverture.

Enfin, et peut-être surtout, il y a cette 6e place en Top 14 à défendre avec d'ici le nouvel an deux matches contre Pau (le 23 décembre) et à Lyon (le 30 décembre), que le club girondin considère comme des concurrents directs à maintenir à distance, voire à éloigner au classement. L'Europe l'an prochain passe par un Top 6 en juin.

Jean-Marcellin Buttin (Bordeaux-Bègles)

Jean-Marcellin Buttin (Bordeaux-Bègles)Icon Sport

Aucune garantie de sortir meilleur deuxième de poule

Un troisième succès en quatre journées samedi contre Exeter -- qui, au delà d'une revanche éventuelle à prendre en Gironde aura en tête la réception de Leicester qui le devance d'un point la veille de Noël -- lui permettra de rêver encore un peu, mais sans garantie pour l'obtention d'une des deux dernières places de meilleurs deuxièmes restantes -- dans l'esprit d'Ibanez, un meilleur deuxième sortira automatiquement de la poule des Zebre.

Ce serait faire injure aux groupes alignés jusque-là, qui ont quand même dominé l'Ulster et Exeter, d'écrire que Bordeaux-Bègles ne joue pas le jeu à fond. Prenez Marco Tauleigne, peu aligné en début de saison quand toute la 3e ligne était apte. Là, il profite à plein de cette Coupe d'Europe pour montrer sa valeur.

Marco Tauleigne (Bordeaux-Bègles)

Marco Tauleigne (Bordeaux-Bègles)Icon Sport

Tauleigne : "Tout le monde est impliqué"

Élu homme du match dans le Devon, il assure qu'ainsi "tout le monde est impliqué, que ce soit par le Top 14 ou la Champions Cup. L'effectif tourne plutôt pas mal. Peut-être que c’est dur pour certains d'accepter, de se dire 'je ne fais pas le Top 14, je ne fais que la Coupe d’Europe'. Moi, je suis content de jouer la Coupe d'Europe, d'être titulaire en Top 14 parfois, même d'être remplaçant. Tant qu'on joue, on est content".

Secteur clé à Exeter, la défense unioniste a excellé, en étant très peu sanctionné. La conquête aussi, avec les rentrées gagnantes de toute la première ligne (dont le vétéran Jean-Baptiste Poux, 4 matches cette saison) qui a concassé la mêlée du vice-champion d'Angleterre. En termes de concurrence, les présents ont mis du coup une forte pression sur les absents qui devront eux aussi monter le curseur dans ces domaines quand le championnat reprendra, avec de nouvelles rotations en perspectives.

Contenus sponsorisés