Icon Sport

Regard : "Je ne vais pas pousser le vice de marquer encore avec une seule chaussure"

Regard : "Je ne vais pas pousser le vice de marquer encore avec une seule chaussure"

Le 15/12/2021 à 16:15Mis à jour Le 15/12/2021 à 16:55

CHALLENGE CUP - Le LOU se déplacera à Newport, au pays de Galles, ce vendredi (21h) avec l’ambition d’enchainer un second succès dans une compétition où il se montre ambitieux. Et pour l’occasion, son trois-quarts centre Thibaut Regard disputera son 200e match sous le maillot lyonnais, 10 ans jour pour jour après le premier, déjà en Challenge Cup…

Des paroles aux actes, vous avez débuté cette Challenge Cup par une victoire contre Gloucester (19-13), comme vous l’ambitionniez.

Thibaut Regard : Bien sûr, il est primordial dans cette compétition de démarrer par une victoire, d’autant plus à domicile. On sait que tous les points vont compter. Ce fut compliqué contre cette équipe de Gloucester. On aurait aimé aller chercher plus mais il ne faut pas, non plus, sous-estimer l’adversaire. C’était une très belle équipe et on est quand même content d’avoir commencé cette compétition par une victoire. Maintenant il faut aller valider ça. Pour pouvoir se qualifier, il faudra aller gagner à l’extérieur. Dès la 2ème journée, ce serait important pour bien se placer dans la compétition.

Cette année, on a le sentiment que cette Coupe d’Europe est un objectif affiché et assumé ? Et ce pour la première fois avec le LOU ?

T.R. : Peut-être… Mais les années passées, c’était la Champions Cup où nous n’avions que peu de références à notre actif dans cette compétition. Cela aurait été un peu prétentieux de dire que l’on pensait la remporter. Là, on la joue à fond. On a des ambitions mais on sait qu’il y a de très belles équipes en face. Il ne faut pas se croire arrivé. On a vu que le premier match a été compliqué. Il y a de belles équipes aussi en face donc on va vraiment jouer les matchs à fond pour aller le plus loin possible. Il ne faudra pas encore penser à la suite mais à ce prochain match qui est important.

On peut penser que le LOU représente, cette saison, l’une des plus belles chances françaises dans cette compétition, au regard de votre effectif ?

T.R. : Peut-être, après je ne sais comment les autres équipes françaises abordent cette compétition. En plus, le Covid est en train de rebattre toutes les cartes. On se concentre vraiment sur nous et pas sur le fait de savoir si on peut être l’équipe française qui peut remporter cette Challenge Cup. On se concentre sur notre groupe pour impliquer tout le monde. Bien sûr, il y aura de la rotation et c’est normal, mais on sait que l’on a l’effectif pour répondre présent. J’espère un bon match à Newport.

Ce premier match laisse penser que vous avez pris la mesure de ce qu’il faut faire en Coupe d’Europe pour performer. Vous avez de l’expérience mais l’on attend que vous performiez à l’extérieur.

T.R. : Exactement. L’arbitre est différent et laisse un peu plus jouer. Il y a plus de temps de jeu, plus de rythme. Les clubs britanniques ne lâchent jamais rien et ce sont vraiment des poisons. On y est préparé. On savait à quoi s’attendre. J’espère que l’on va mettre la même implication et que l’on va réussir à faire un beau match là-bas, avec le résultat et donc la victoire.

Top 14 - Thibaut Regard (Lyon)

Top 14 - Thibaut Regard (Lyon)Icon Sport

Disons que le LOU aurait peut-être perdu ce type de match il y a quelques mois, quand ça ne tournait pas en sa faveur. Là, il y a eu du calme.

T.R. : On avait un certain sentiment de sérénité. On va dire que l’on avait le match en mains mais on a fait quelques petites erreurs qui les ont remis dedans. Ils nous ont quand même fait douter à la fin. Mais encore une fois on a su tenir. On a cette confiance en nous. On sait que ce groupe, dans la difficulté, a prouvé que sur des fins de matchs tendus, il pouvait tenir un résultat et ne pas encaisser d’essai. On sait de quoi on est capable surtout défensivement et j’espère que l’on va réussir à gommer ces petites erreurs offensives pour vraiment faire un match complet.

" Remporter un titre de 1ère division avec Lyon, c’est l’objectif que je me suis fixé"

À titre personnel, face à Newport vous allez disputer votre 200e match en pro avec le LOU. Vous rentrez dans un cercle très fermé, devenant le 2e joueur le plus capé de l’histoire du club derrière Xavier Fiard (328).

T.R. : Oui, je suis apparemment le deuxième joueur à atteindre ce score. Je suis très content et fier d’en arriver là (on sent de l’émotion, ndlr)…

200 matchs sous un seul et même maillot, ce n’est quand même pas anodin !

T.R. : Oui, vu qu’il y a de plus en plus de transferts… Moi aussi j’ai été tenté, à un moment, de partir. Après, j’ai aussi eu la chance de ne pas trop me blesser. Cela fait partie de ma chance, et des coaches qui m’ont fait jouer. Je suis attaché à ce club. C’est le club qui m’a fait démarrer, qui m’a fait débuter et c’est là que j’ai été formé. Je suis en plus originaire de Lyon, j’ai toute ma famille et mes amis ici donc cela a été un choix plutôt facile de vouloir rester dans ce club. Surtout, c’est un club qui n’a plus eu de titre de 1ère division depuis 1933 donc c’était mon choix de rester là pour pouvoir remporter un titre de 1ère division, donc de TOP 14, avec Lyon. C’est l’objectif que je me suis fixé. Il me reste encore deux ans de contrat donc j’espère encore atteindre cet objectif, un titre, des victoires et pourquoi pas monter à 250 matchs !

Top 14 - Le centre lyonnais Thibaut Regard face à Montpellier

Top 14 - Le centre lyonnais Thibaut Regard face à MontpellierIcon Sport

Entre vouloir rester dans son club, et pouvoir, ce n’est pas pareil… Car il fallait aussi avoir les qualités pour passer de la PRO D2, quasiment à vos débuts, aux premières places du TOP 14. Vous avez progressé.

T.R. : Bien sûr qu’il y a cette fierté d’avoir toujours eu la confiance des coaches mais ce sont des concours de circonstances aussi, un peu de chance, et je me suis fait pour atteindre ces 200 matchs. Pierre Mignoni m’a fait confiance et a voulu me garder quand, peut-être, je voulais partir. Il a su me dire les bons mots pour me faire rester. J’ai également une belle bande de potes avec qui j’aime passer du temps et cela a joué dans ma décision. Il y a pleins de facteurs. Ce n’est pas facile, maintenant, d’atteindre 200 matchs dans un même club.

Surtout que ce 200e match arrive précisément 10 ans, jour pour jour, après votre premier match. C’était déjà en Challenge Cup, à Petrarca, et vous aviez marqué un essai en perdant une chaussure. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire face à Newport…

T.R. : Oui, c’était déjà à l’extérieur en Challenge Cup. On a regardé cela il y a trois semaines, et l’on a vu cette incroyable anecdote. Il y a pleins de symboles. C’était surement un signe du destin pour que cela arrive le même jour. Je ne vais peut-être pas pousser le vice jusqu’au bout car on m’a encore demandé de marquer avec une seule chaussure ! Je me contenterai de reproduire la victoire à l’extérieur que j’avais pu avoir sur ce premier match.

Mine de rien, ce parcours de dix années marque l’histoire du club. Il est au-delà de vos espérances ou bien était-ce un véritable objectif ?

T.R. : Je ne m’attendais pas à ça. Quand j’ai démarré, on était l’une des moins bonnes équipes de TOP 14. Ma première saison de PRO D2, on termine 8e… Je ne m’imaginais pas en arriver-là, l’envie était simplement de jouer en professionnel avec mon club. Je ne m’étais pas mis comme ambition de jouer le titre de TOP 14. C’est sûr que ce n’est que du plus. Je profite. Je suis très content d’en arriver-là et il me manque juste d’amener le club sur la première marche. Il ne me manque donc qu’un titre. J’espère y arriver dans ces prochaines années.

Contenus sponsorisés