Icon Sport

Le RCT au rendez-vous de "sa" finale de Challenge Cup à Marseille

Le RCT au rendez-vous de "sa" finale de Challenge Cup à Marseille

Le 14/05/2022 à 22:49Mis à jour Le 15/05/2022 à 00:26

CHALLENGE CUP - En parvenant à battre les redoutables anglais des Saracens, Toulon a réussi son pari de rejoindre Marseille, pour une finale de Challenge Cup européen. Au terme d’un match difficile, remporté 25-16 dans son stade Mayol, le RCT poursuit sa belle histoire d’amour avec les compétitions européennes et retrouvera Lyon dans une finale franco-française.

Toulon – Saracens, où un remake des années 2010 dans la grande coupe d’Europe. Finalistes en 2014, les deux clubs se sont depuis reconstruit peu à peu, mais pour cette demi-finale de Challenge Cup, c’est à nouveau Toulon qui s’est imposé face aux Anglais. Une victoire obtenue également grâce à l’appui de son public, qui trouvera une juste récompense en pouvant se rendre à la finale, à environ une heure de route de Mayol. Mais que ce fut dur une fois encore, pour des toulonnais en confiance, et qui ne semble nullement subir le contrecoup physique de sa superbe seconde partie de saison.

Porté par la superbe ambiance de son stade, Toulon a démaré fort, et a pu inscrire un premier essai sur un ballon de turnover parfaitement exploité. Après plusieurs temps de jeu dans les 22 mètres, le décalage a été fait pour envoyer Gabin Villière pointer le premier essai du match, après seulement 3 minutes de jeu. Un début de match plein de verve de la part des Varois, mais avec beaucoup d’indiscipline également, qui permettait à Owen Farell de marquer une première pénalité. Puis sur une seconde tentative, l’ouvreur international trouvait le poteau.

Mais Toulon tardait à se dégager et Serin s’est fait contré par Earl, qui pouvait aplatir juste avant la sortie du ballon, le premier essai anglais (7-10, 18e minute). Globalement chahuté dans le premier acte, Toulon pouvait tout de même compter sur une mêlée conquérante pour rester au contact au tableau d’affichage. Avant de reprendre le score en toute fin de première période. Sur une belle action en première main, Ollivon fixait le dernier défenseur, avant de servir Villière dans son couloir gauche, pour un doublé de l’ailier international. Un essai qui a finalement offert l’avantage aux Varois à la pause 15-13.

Une ambiance brulante, Villière incandescent et Carbonel en artificier

Au pragmatisme anglais, Toulon répondait par du panache sur des actions fulgurantes. Un scénario parfait pour exploiter la créativité d’un Gabin Villière, toujours prêt à mettre le feu aux quatre coins du terrain. Dès de le début de seconde période, la guerre des nerfs était alors lancée. Du jeu au pied pour tenter d’occuper le camp adverse, rythmait les dix premières minutes. Et un Gabin Villière toujours «on fire», qui grattait les ballons dans les rucks et permettait à Carbonel de prendre 5 points d’avance (18-13, 53e minute).

Dans le sillage de leur facteur X, les toulonnais défendaient comme des morts de faims, avec beaucoup plus de rigueur qu’en première période, et privait leur adversaire de solution. Le break va intervenir peu après l’heure de jeu, sur une nouvelle fulgurance de Wainiqolo, bien servi par Paia’Aua dans son couloir droit. Le Fidjien faisait parler ses appuis de feu, pour mystifier toute la défense et filer entre les poteaux pour le 3e essai des Varois (25-16, 63e minute). Toulon, qui sur sa superbe défense va résister ensuite dans les ultimes minutes, commettant plus de fautes, mais fort d’un supplément d’âme sur chaque action. Avec la botte de Carbonel, Toulon a géré parfaitement sa fin de rencontre, pour conserver ses 9 points d’avance.

Grâce à ce succès dans son antre de Mayol, Le RC Toulon retrouve l’ivresse d’une finale de la deuxième compétition européenne, 12 ans après avoir perdu au stade Vélodrome contre Cardiff (28-21). Une deuxième finale en trois ans également pour les Varois, qui sera cette fois-ci 100 % française, avec un match qui s’annoncera forcément particulier pour le Lyon OU de Pierre Mignoni, novice à ce niveau-là. Les deux équipes viseront un premier titre dans cette compétition, où les Toulonnais comptent déjà trois défaites en finale.

Contenus sponsorisés