Icon Sport

Montpellier victorieux de la Challenge Cup, les Héraultais peuvent savourer

Montpellier victorieux de la Challenge Cup, les Héraultais peuvent savourer
Par Julien Plazanet via Midi Olympique

Le 21/05/2021 à 22:54Mis à jour Le 21/05/2021 à 23:28

CHALLENGE CUP - Finale très âpre à Twickenham, et qui a basculé en faveur des Montpelliérains, victorieux des Leicester Tigers (17-18). Pourtant bousculé, et longtemps indiscipliné, le MHR s’est appuyé sur une grosse solidarité et une belle défense pour renverser ce match.

Les Montpelliérains seront passés par toutes les émotions tout au long de cette finale, pour finalement terminer cette rencontre sur de la joie, avec des sourires logiques. Car cette saison longtemps qualifiée de galère prend un tout autre visage avec ce deuxième succès européen – après cette victoire acquise face aux Harlequins à Lyon en 2016. Les Héraultais ont pour cela réussi à renverser un scénario de match qui leur était défavorable jusqu’à la 58e minute, jusqu’à cette chevauchée de Gabriel Ngandebe parti depuis son camp, et permettant une action sur l’autre aile, ponctuée par du jeu après-contact de Jan Serfontein, un relais d’Anthony Bouthier, et une finition décisive de Johan Goosen (58e, 17-18).

L’indiscipline aurait pourtant pu être fatale à Montpellier, notamment après les cartons jaunes contre Alexandre Becognee (30e) et Guilhem Guirado (46e), tous les deux suivis d’un essai concédé. La première infériorité numérique s’est soldée par la réalisation d’Harry Wells sur un pick and go consécutif à un ballon porté sur 20m (33e, 10-10), et la seconde par l’intermédiaire de Jasper Wiese dans un registre similaire (46e, 17-10). Car c’est bien là que les Tigers ont fait du mal aux Cistes, dans ce combat d’avants, dans ces épreuves de forces, sur des ballons portés utilisés parfois à outrance et qui ont surement causé la perte des Anglais à ne vouloir insister que sur ce registre, à défaut de vraiment envoyer du jeu.

Une défense de fer

L’énergie mise par le MHR dans ce duel qui a donné parfois le sentiment – trompeur – de se jouer sur un faux a permis de tenir dans l’adversité, notamment quand Leicester est parvenu à inscrire un 14-0 venu réveiller les 10 000 spectateurs réunis à Twickenham pour cette finale. L’intensité a toujours été très élevée, les corps ont souffert et Montpellier a tenu bon. Le coaching en seconde période a fait du bien, et il a permis de conserver l’avantage sur les 20 dernières minutes, sans retomber dans une indiscipline qui aurait sans doute été fatale.

On retiendra également de cette finale cet essai de Vincent Rattez en début de rencontre, plein d’opportunisme suite à un coup de pied à suivre d’Anthony Bouthier, en venant surgir au nez et à la barbe de Matías Moroni (14e, 3-7). Et l’on relèvera les larmes – malgré lui – de Fulgence Ouedraogo sorti dès la 26e minute, et celles de Guilhem Guirado dans le final, comme des marques d’un état d’esprit au sein d’un groupe qui a souffert tout au long de cette saison, qui a connu la tempête et qui là peut profiter d’un joli soleil, et d’un trophée.

Le film du match

Contenus sponsorisés