Icon Sport

Moyano : "Il m'a fallu cinq jours pour m'engager avec Toulon"

Moyano : "Il m'a fallu cinq jours pour m'engager avec Toulon"

Le 07/12/2019 à 12:00Mis à jour Le 07/12/2019 à 15:51

CHALLENGE CUP - Surnommé "Rama" -comme "rugbyrama", s'amuse son ami de toujours, Facundo Isa- Ramiro Moyano (29 ans, 35 sélections) fera sa grande première avec le club toulonnais cet après-midi. Arrivé en cours de saison, le polyvalent argentin compte bien montrer qu'il a bien fait de venir tenter sa chance en Europe.

Ramiro, comment se sont passés vos premiers jours à Toulon ?

Il fait beau, la ville est chouette et je me sens bien. Le groupe est sympa également. Je suis heureux. C'est ma première expérience en Europe. Je suis pressé de démarrer, j'ai énormément d'envie et de grandes ambitions.

Qu'est-ce qui vous a motivé à quitter l'Argentine ?

J'avais déjà eu la possibilité par le passé, mais cette fois l'opportunité était très intéressante. Que ce soit pour moi ou ma famille (N.D.L.R. qui le rejoindra prochainement), ça va être une expérience très enrichissante.

Comment se sont passés les contacts, pour rejoindre le RCT en cours de saison ?

Ç'a été extrêmement rapide. Il m'a fallu cinq jours pour m'engager avec Toulon. Entre la prise de contact et la signature, tout est allé très vite. Pourquoi quitter l'Argentine ? Je connaissais le Super Rugby et j'avais envie de découvrir un nouveau championnat. D'autant que c'est une compétition fatigante, avec beaucoup de voyages, donc je voulais également chercher de la stabilité familiale. Et venir en France était un rêve, alors je n'ai pas hésité.

" Tu regardes de loin, tu vois Jonny Wilkinson, Juan Martin Fernandez-Lobbe et tu te dis que signer ici, ce serait complètement dingue"

En cinq jours, votre carrière, mais également votre vie prennent un virage à 90 degrés...

Oui, mais j'y pensais depuis longtemps. J'aurais regretté de ne pas tenter l'expérience en Europe. Je ne l'ai pas décidé en trois minutes. J'avais la possibilité de prolonger avec la Fédération argentine, mais pour moi il était clair depuis un moment que je voulais venir en Europe. Donc c'est allé vite, oui, mais en même temps c'était quelque chose que je voulais vraiment.

Pourquoi Toulon plus qu'un autre club ?

Je pouvais prolonger avec les Jaguares. Mais j'ai refusé. J'ai longuement discuté avec mes dirigeants, avec Gonzalo Quesada et nous nous sommes quittés en bons termes. Ils ont compris ma demande. Ensuite j'ai eu une opportunité au Japon, mais Toulon est rapidement devenu ma priorité. Parce que c'est un grand club, où sont passés d'immenses joueurs. Le RCT est très connu, il représente beaucoup pour les Argentins, et avoir cette opportunité était merveilleux. Puis j'ai un super ami (N.D.L.R. Facundo Isa) ici, donc j'ai foncé. Puis Toulon...

On vous écoute.

Quand tu es jeune, tu rêves de venir à Toulon. Tu regardes de loin, tu vois Jonny Wilkinson, Juan Martin Fernandez-Lobbe et tu te dis que signer ici, ce serait complètement dingue.

Vous connaissiez bien Facundo Isa, avant de venir ?

Nous avons joué ensemble, avec la sélection évidemment, mais également chez les jeunes. Je suis de Tucuman, Facu' de Santiago del Estero, juste à côté, et nous avons d'abord été adversaires, avant de jouer pour les mêmes équipes, à savoir les Pampas, Argentina XV et enfin les Pumas. On se connaît bien. Est-ce que j'ai appelé Facundo avant de m'engager ? Bien sûr ! J'ai également appelé Corcho (N.D.L.R. Juan Martin Fernandez-Lobbe) et d'autres joueurs passés par le RCT, et ils ont fini de me convaincre.

En revanche, en venant en Europe, vous savez que vous vous fermez peut-être la porte de la sélection...

J'en suis bien conscient. Mais c'est la vie d'un joueur. J'ai choisi une nouvelle aventure, en pesant le pour et le contre, et j'ai fait le choix de privilégier ma vie de famille. J'ai connu de nombreuses sélections avec les Pumas, j'ai vécu de belles compétitions, et j'aime porter ce maillot, mais j'ai de nouvelles envies désormais.

Votre contrat porte jusqu'à la fin de saison. Est-ce un choix de votre part ?

C'est ce qu'on m'a proposé. C'est une demande du club, et on verra en fin de saison ce qui se passera. Mon objectif ? Rester le plus longtemps possible en Europe. Si j'ai fait un pas en avant en quittant l'Argentine, c'est pour vivre l'expérience à 100%. Et pourquoi même ne pas finir ma carrière ici, sur ce continent... Maintenant, bien évidemment, j'aimerais que ce soit à Toulon, mais ce ne sera pas ma décision. On en saura plus en fin de saison.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0