Icon Sport

Collazo : "On a fini le job"

Collazo : "On a fini le job"

Le 19/01/2020 à 09:09Mis à jour Le 19/01/2020 à 09:13

CHALLENGE CUP - Pas totalement convaincu par la prestation -et notamment la première période- de son équipe, Patrice Collazo est malgré tout satisfait que ses joueurs aient trouvé les solutions pour venir à bout de Bayonne (50-6) et s'assurer une place de meilleurs premiers, synonyme de quart de finale à domicile, mais également d'une éventuelle demi-finale.

Rugbyrama : Avec ce nouveau succès, c'est désormais officiel : vous recevrez en quart de finale à Mayol. On imagine que c'était important...

Patrice Collazo : Nous n'avons rien gagné et ce soir on a finit le job de la première phase. On sort premier sur le classement général des phases de poules, c'est positif. Je pense que les joueurs ont su aller la chercher, même si ce n'était pas simple. Nous avions l'opportunité de terminer premiers, mais il fallait se donner les moyens d'y parvenir. Je suis content, mais le quart est au mois d'avril. On aura le temps d'y penser.

Désormais, vous retrouvez les Scarlets, que vous avez déjà battu deux fois cette saison. Est-ce une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

P.C. : Je pense qu'il faudra se préparer pour mettre le réveil dès les premières minutes, contrairement à ce que nous avons fait aujourd'hui. C'est une équipe composée de nombreux internationaux, et on peut être certains qu'ils vont se préparer en conséquence pour venir à Mayol. Ce sera une belle opposition. Je ne dirais pas que c'est un bon, mais plutôt un gros tirage.

Malgré votre large succès (50-6), vous avez été bousculés en première période. Quels enseignements en tirer ?

P.C. : Nous sommes sortis du match au bout d'un quart d'heure. À partir de là on a commencé à subir, à regarder les Bayonnais et ils nous ont mis en difficulté. Ils se sont rendus compte qu'ils pouvaient nous prendre dans l'axe et qu'ils pouvaient déplacer le ballon. Du moment où on nous sommes spectateurs et pas acteurs, c'est compliqué. Ç'aurait pu être une désillusion mais finalement la deuxième mi-temps est plus conforme avec ce que l'on produit depuis quelques mois. Maintenant, on a pris 0 essai, c'est le point positif.

Vous avez réalisé quatre changements à la pause, était-ce une sanction ?

P.C. : Ce n'était pas uns sanction, mais il fallait apporter quelque chose à l'équipe. J'aurais pu en sortir un paquet. J'aurais pu changer 12-13 joueurs. Alors on a cherché des solutions, pour replacer les choses dans leur contexte, remettre la tête à l'endroit et mettre coup de boost à l'équipe. Nous étions mal embarqués et on allait droit dans le mur, donc on a cherché des solutions.

Top 14 - Gabin Villière (RC Toulon) contre le Stade français

Top 14 - Gabin Villière (RC Toulon) contre le Stade françaisIcon Sport

Un mot sur la performance de Gabin Villière ?

P.C. : Ce n'est pas une surprise, je connais ses qualités. Il revient de blessure (N.D.L.R au tibia), n'est pas encore à 100% car ce n'est pas totalement cicatrisé mais il se donne les moyens d'être compétitif. C'était important pour lui de revenir, pour la confiance. Je voulais qu'il joue et qu'on fasse les comptes à la fin de la rencontre. C'est positif. Mais au-delà d'être content pour le sportif, je suis content pour l'homme. Ça va lui faire du bien.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés