Icon Sport

Leur jour de gloire

Leur jour de gloire

Le 16/10/2020 à 08:51Mis à jour Le 16/10/2020 à 09:03

CHALLENGE CUP - Invaincu depuis le début d'une compétition démarrée il y a quasi un an, le RCT se prépare à affronter Bristol en finale de Challenge Cup. De quoi renouer avec son glorieux passé européen, mais surtout écrire la première page du "RCT nouveau", qui voit le jour depuis bientôt deux saisons.

Parce que la compétition a démarré il y a maintenant plus de onze mois, et parce ce groupe s'était promis d'aller au bout pour effacer un exercice 2018/2019 décevant, cette finale de Challenge Cup récompense le travail et l'investissement d'un groupe sur une saison à rallonge. "On arrive sur le dernier match, on ne le doit qu'à notre travail, notre implication et la performance des joueurs, commentait Patrice Collazo lors de la conférence de presse d'avant-match, jeudi. Ce qui nous attend demain est un challenge très excitant. Depuis deux ans on est en reconstruction, avec un groupe composé de jeunes joueurs, de mecs du centre de formation et de joueurs expérimentés. Il y a vraiment beaucoup d'excitation, d'envie. C'est peut-être le match le plus important de leur carrière pour certains, même si on espère qu'il y en aura d'autres à l'avenir. Jouer une première finale dans une carrière, ça compte. D'autant plus quand c'est au niveau européen, face à une belle équipe de Bristol. Le groupe s'est donné les moyens de vivre ce moment, et à partir de là il ne faut pas se poser de questions, donner le meilleur et ne pas avoir de regret à la fin".

Contraints de venir sur Aix en Provence dès le mardi, afin de s'isoler et de préserver la bulle sanitaire, les joueurs ont préféré voir le verre à moitié plein, et considérer que c'était l'occasion, non pas de se retrouver, mais de se resserrer, à quelques jours de ce qui deviendra le plus grand rendez-vous de la carrière de certains joueurs. Car si le RCT a ultra-dominé le rugby européen au cours de la dernière décennie, c'est une toute nouvelle page de l'histoire du club qui pourrait s'écrire sur la pelouse de Maurice-David ce vendredi. Et après cinq saisons de disette, le RCT semble enfin avoir retrouvé un nouvel élan.

Anthony Étrillard : "Quelque chose de fort qui est en train de se créer"

Le fruit du travail mené de concert par Patrice Collazo, Laurent Emmanuelli et Bernard Lemaître depuis bientôt deux saisons ? La preuve en tout cas que le modèle du club étoilé mis en place par Mourad Boudjellal pouvait faire place à un "RCT nouveau", repensé autour de la formation et où la stabilité devait supplanter la culture de l'instant. Comprenez que les Wilkinson, Botha ou autres Giteau qui s'offraient un triplé européen entre 2013 et 2015, ont désormais passé le flambeau à une jeunesse dorée, qui s'est promis de replacer Toulon au cœur de l'Europe du rugby.

Vous dîtes ? De Charles Ollivon à Louis Carbonel, en passant par Baptiste Serin, Gervais Cordin, Jean-Baptiste Gros ou Gabin Villière, le "RCT nouveau" est en marche. Et le club qui a mangé son pain noir pendant une demi-décennie, retrouvera ce vendredi soir le goût des "grands rendez-vous". "Quelque chose de fort qui est en train de se créer, admettait Anthony Étrillard, arrivé en 2015 sur la rade, et devenu le capitaine toulonnais cette saison. On a un groupe assez jeune et la vie de groupe est agréable. Ça peut être déterminant lors de ces gros matchs".

Carbonel : "Les dernières finales du RCT ? J'étais derrière ma télé"

Dans un autre style, Louis Carbonel s'impose également comme l'un des symboles de cette renaissance du RCT. Et s'il a tout gagné chez les équipes de jeunes -et notamment trois titres de champion de France et deux de champion du monde u20- le jeune ouvreur sait que ce rendez-vous face à Bristol sera à part. De supporter en 2015 à titulaire indiscutable en 2020, ce Toulonnais pur sucre attend cette finale comme le plus grand rendez-vous de sa jeune carrière : "Les dernières finales du RCT ? J'étais devant ma télé, donc j'ai vraiment à coeur que celle-ci se passe bien, s'amusait le minot, sourire aux lèvres jeudi. À l'époque j'étais derrière la télé, super heureux, et j'espère procurer autant de plaisir aux supporters, maintenant que je suis de l'autre côté".

Clôturer de la meilleure des manières la saison 2019/20, lancer parfaitement l'exercice 2020/21 et écrire le premier chapitre de la nouvelle ère dans laquelle le RCT est entré depuis maintenant deux ans ? "On connaît l'histoire du club, et on ne peut pas l'oublier, mais désormais c'est à nous de prendre les choses en main. C'est à nous de prendre la plume et d'écrire les premières lignes de l'histoire de ce groupe, commentait après la victoire contre Llanelli Gabin Villière. Ce serait vraiment magique qu'on arrive au bout de cette compétition. Ce serait incroyable de vivre cela, d'autant que nous sommes toujours dans la continuité de la saison passée, la première de ce "nouveau chapitre du RCT"".

S'ils espèrent que cette finale en appellera d'autres, les Toulonnais attendent en tout cas Bristol de pied ferme, bien conscients qu'ils donneraient encore davantage de crédit à leurs rêves de grandeurs, qu'ils pourraient écrire une nouvelle (première pour certains) ligne à leur palmarès, qu'ils obtiendraient le dernier trophée qui manque au glorieux palmarès du RCT (deux fois finaliste, en 2010 et 2012), mais également qu'ils offriraient un immense bol d'oxygène à des supporters qui, malgré les années de disette, n'ont jamais quitté le navire.

Contenus sponsorisés