Icon Sport

Slimani : "Cela peut être un match piège"

Slimani : "Cela peut être un match piège"

Le 16/01/2020 à 18:55

CHAMPIONS CUP - Le pilier droit international sait que les Harlequins voudront se battre jusqu’au bout. Rabah Slimani s’attend à un nouveau combat, notamment en mêlée fermée, où les Londoniens possèdent, eux aussi, de sérieux clients.

Rugbyrama : Vous êtes qualifiés en quart de finale après cette victoire contre l’Ulster. Désormais, vous devez remplir la deuxième partie du contrat...

Rabah Slimani : C’était important de se qualifier en quart de finale, c’est la 10e fois de son histoire que le club atteint ces phases finales. C’est une très bonne chose pour les supporters, les joueurs et le club. Maintenant, il y a une victoire à aller chercher aux Harlequins pour jouer on l’espère un quart à la maison. Cela va être aussi solide que samedi dernier contre l’Ulster.

Contre une équipe déjà hors course depuis plusieurs journées, cela peut-il être un match piège ?

Rabah Slimani : Oui car quand on a joué les Harlequins en novembre, il manquait pas mal de mondialistes. Ils ont récupéré tout leur effectif et nous avons vu le match qu’ils ont fait à Bath la semaine dernière et ils seront revanchards par rapport à la défaite au Michelin au match aller (53-21, 1re journée ndlr). Après, si on met la même envie que contre l’Ulster, on peut faire quelque-chose de bien et de beau là-bas. Mais en face, il y aura une énorme opposition.

Notamment en mêlée. Contrairement au match aller, les internationaux Joe Marler et Kyle Sinckler devraient être présents…

Rabah Slimani : Ce sont de gros atouts pour eux dans le pack et dans le jeu courant. Et bien sûr dans la mêlée où ils récupèrent deux piliers de classe mondiale. C’est sûr que cela ne sera pas la même chose qu’au match aller. On connait les qualités de Joe Marler à gauche et ce sera à nous d’essayer d’être au-dessus pour marquer cette équipe des Harlequins et ramener la victoire. Sinckler a fait une très belle Coupe du monde et malheureusement, il sort sur KO en finale. Mais il apporte tout son potentiel aux Harlequins. Mais contre l’Ulster, en mêlée, nous avons été présents. On a dû le retravailler depuis le début de la saison et on revient doucement. C’était une bonne chose mais on ne peut pas rester là-dessus.

Coupe du monde 2019 - Kyle Sinckler et Joe Marler (Angleterre) à l'issue du quart de finale contre l'Australie

Coupe du monde 2019 - Kyle Sinckler et Joe Marler (Angleterre) à l'issue du quart de finale contre l'AustralieIcon Sport

Est-ce que l’on peut s’attendre samedi à un match avec moins de combat et plus débridé que lors de ASM-Ulster ?

Non je ne pense pas, cela va taper autant que samedi dernier et même plus peut-être car les Harlequins auront un esprit revanchard. Ils voudront aussi marquer le coup. À nous d’être vigilant et de redoubler d’effort.

" Je suis supporter de l’ASM, pas des Saracens. Les autres, on n’y fait pas attention. Il faut déjà aller gagner aux Harlequins."

Le pack de l’Ulster avait identifié vos carences sur les groupés pénétrants, notamment en Top 14, en décidant d’aller en touche plutôt que de prendre les points. Cela vous a-t-il agacé ?

Rabah Slimani : Bien sûr, cela fait quelques matches que nous n’étions pas bon là-dessus et on a su les contrer sur ce secteur. Cela nous a remis dans le match et en confiance. L’Ulster c’est l’une des plus grosses équipes que nous ayons jouées cette saison. On savait que ce serait tendu, on l’a vu dès le début du match. On le savait mais nous n’avons rien lâché et c’est ce qui nous a fait gagner. Malgré les blessures (Iturria et Lee NDLR), les remplaçants et toute l’équipe aussi, nous avons su nous adapter. C’est une bonne chose. Cette victoire fait du bien à la tête et à tout le monde mais le chemin n’est pas terminé. Même si la qualification est assurée en quart de finale, ce n’est pas fini. Et pour le moral de l’équipe c’est encore mieux d’aller gagner aux Harlequins.

Pour recevoir, il faudra compter aussi sur une contre-performance des autres leaders…

Rabah Slimani : Les autres, on n’y fait pas attention. Cela nous importe peu. Il faut déjà aller gagner aux Harlequins.

En avril 2018 vous avez connu votre premier quart européen avec l’ASM, face au Racing 92. On imagine que vous avez envie de revivre cette ambiance-là...

Rabah Slimani : Bien sûr. L’an dernier nous avons eu un quart de finale de Challenge Européen à la maison et il y avait déjà une énorme ambiance et on a tous envie de revivre ça à la maison pour ces quarts de finale. Je sais ce que c’est de jouer un quart européen au Michelin. C’est très important pour nos supporters et pour nous aussi. Contre l’Ulster, cela faisait longtemps, depuis les phases finales l’année dernière que nous n’avions pas ressenti cela au niveau de l’ambiance. Quand on voit ça on se dit qu’il y a quelque chose d’important à aller chercher samedi à Londres.

Challenge Cup - Rabah Slimani (Clermont)

Challenge Cup - Rabah Slimani (Clermont)Icon Sport

Cela aide-t-il à se transcender ?

Rabah Slimani : Oui cela nous pousse car quand c’est un peu tendu avec des moments compliqués, cela nous booste.

Votre quart de finale qui se dessine pourrait presque être un derby pour vous qui avait joué au Stade français. Comme en 2018, face au Racing 92 ?

Rabah Slimani : On verra bien ce qu’il se passe. En tout cas, je suis supporter de l’ASM, pas des Saracens. Que le meilleur gagne.

Pour finir comment avez-vous vécu le fait de ne pas être retenu dans le groupe de 42 joueurs pour préparer le Tournoi des 6 Nations avec l’équipe de France ?

Rabah Slimani : C’est comme ça, il y a des choix qui sont faits et on les respecte. En espérant qu’ils fassent un très bon Tournoi. Je n’ai pas arrêté le rugby donc c’est toujours un objectif de jouer en équipe de France. On verra bien…

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0