Icon Sport

Challenge Cup - Une compétition rafraîchissante pour La Rochelle

La Challenge Cup, une compétition rafraîchissante pour La Rochelle

Le 17/10/2018 à 12:10Mis à jour Le 17/10/2018 à 12:15

CHALLENGE CUP - Poussifs en Top 14, les Rochelais ne l’ont pas été le week-end dernier en Russie. S’il faut évidemment tenir compte du niveau de l’adversaire, l’approche du match a été positive, tout comme le contexte qui a permis de serrer encore les liens. Le succès 82 à 21 est aussi le premier depuis près d’un an à l’extérieur. La Challenge Cup, La Rochelle y trouve donc beaucoup de positif.

“On s’était dit qu’il fallait y aller avec la bonne humeur, on y est allé, ça a marché. C’était un grand moment, très sympa.” Finalement, la Challenge Cup et un déplacement de plusieurs milliers de kilomètres jusque dans le centre de la Russie pour affronter l’équipe d’Enisei de la ville de Krasnoïarsk n’aura pas déplu aux Rochelais et au deuxième ligne Thomas Jolmes, en fin de semaine dernière. C’est même le contraire. “Dans des voyages comme ça, les liens se resserrent”, glisse Jolmes. Avec 34 heures de voyage aller-retour, plus le séjour sur place, les Maritimes auront eu le temps de le faire dans un début de saison et un Top 14 nerveux où ils sont neuvièmes, avec des difficultés récurrentes, notamment à l’extérieur.

La victoire en Sibérie 82 à 21 (12 essais à 3) n’est bien évidemment pas du même éclat que celle de Clermont, il y a une dizaine de jours (16 à 12). Mais cette compétition européenne a d’ores et déjà apporté de la fraîcheur, un bon bol d’air aux Jaune et Noir. Et ce n’est pas seulement une question de température. Questionnés chaque semaine sur leur mise en route poussive, ils trouvent certainement leur compte à souffler un peu avec ça. Il faudra s’y remettre dès la semaine prochaine à Toulon mais pour le moment c’est la Challenge Cup. En Russie, le succès est aussi venu débloquer le compteur.

Du positif en somme. “Ce que je vais retenir ? C’est la première victoire à l’extérieur de la saison”, souligne Romaric Camou, titulaire à l’arrière samedi dernier. Xavier Garbajosa, lui, pousse un peu plus loin. “Je me souviens qu’on n’avait pas gagné depuis un an à l’extérieur. Un an, c’est long”, mentionne le coach des lignes arrières, qui se rappelle donc que la dernière fois c’était à Lyon en Top 14, en novembre 2017 (19 à 15).

Les cinq points dans le viseur vendredi

Si tout n’a pas été parfait face à Enisei, notamment les essais encaissés peu de temps après les renvois des locaux (“on prend deux essais rapidement, c’est un comportement qui me dérange”, relève Garbajosa), ce match et surtout l’entame tranche tout de même avec le contenu des rencontres de Top 14 de La Rochelle jusqu’à maintenant. “On a bien encaissé le voyage parce qu’au début du match, on n’était pas trop fébriles. Contrairement à d’autres matchs cette saison, on a bien entamé la première mi-temps. Ca ne nous a pas trop gêné. Dès qu’on a pu mettre notre jeu en place, on les a pris de vitesse sur les extérieurs pour marquer des essais”, loue Romaric Camou.

" Il faut garder la même concentration et application pour chaque match"

Avec cinq points à l’extérieur, les Rochelais ont bien lancé leur Challenge Cup où ils avaient atteint les demi-finales en 2017. Ce vendredi pour le match retour contre Enisei, il y aura encore potentiellement cinq points à prendre. Avec 10 points, La Rochelle aura fait le plein en deux matchs. Pas de quoi faire naître des ambitions pour cette compétition, car elles sont bien là. “Il faut garder la même concentration et application pour chaque match”, insiste Thomas Jolmes, qui regarde vers un nouveau bonus offensif. Certains Rochelais devraient bénéficier de temps de jeu vendredi soir, ce qui n'avait pas été le cas jusqu'à présent. “On va rester sur la même dynamique, en tenant compte des blessures (le Stade rochelais a perdu Lopeti Timani le week-end dernier, ndlr) et de ceux qui ont beaucoup de temps de jeu afin de les protéger”, termine Xavier Garbajosa.

Contenus sponsorisés
0
0