Midi Olympique

Challenge Cup - Morgan Parra : "Nous allons affronter une autre équipe des Saints"

Parra : "Nous allons affronter une autre équipe des Saints"

Le 09/01/2019 à 17:41Mis à jour Le 09/01/2019 à 19:08

CHALLENGE CUP - Seule équipe invaincue de la compétition, l’ASM peut valider son billet pour les quarts de finale en battant Northampton, 2e de la poule à 5 points des Jaune et Bleu. Mais Morgan Parra, le capitaine et demi de mêlée clermontois s’attend à une forte opposition des Saints, une formation qui a encore des ambitions.

Rugbyrama : Le match aller à Northampton avait été un gros match au niveau du temps de jeu effectif. Vous vous attendez encore à une forte opposition samedi soir au Michelin ?

Morgan Parra : Oui car c’est une équipe qui a changé sa façon de jouer et qui a retrouvé du jeu et une conquête. Elle tient plus le ballon et nous savons que ce sera un gros match de Coupe d’Europe. Il faut valider notre ticket pour le quart de finale et essayer d’agripper une qualification à la maison. Mais le match aller ne reflète pas le niveau actuel de cette équipe (Victoire 40-21 avec 6 essais inscrits ndlr). Je pense que nous allons affronter une autre équipe au niveau de la conquête, en mêlée et en touche. Défensivement ils sont mieux et offensivement les Saints ont battu Exeter avec un gros match (31-28. Et ils viennent de perdre aux Wasps 27-16 ndlr). On sait comment les jouer mais ce ne sera pas la même équipe. On s’en méfie et on veut gagner de n’importe quelle manière. Cela va être un gros combat car cette formation ne lâche jamais rien.

Vous êtes la seule équipe invaincue dans cette compétition. Comment est née cette envie collective d’aller chercher ce trophée ?

M.P. : Nous avons pris des points lors de ce match à Northampton. Ce n’était pas un signal envoyé aux autres équipes mais entre nous on s’est dit : "on la joue à fond". Aujourd’hui, quand tu évolues à l’ASM, tu as un effectif pour jouer sur les deux tableaux alors si nous ne sommes pas capables de nous engager à fond dans cette compétition ce n’est pas bon. Nous sommes dans un club avec un "standing", avec un groupe pour jouer tout à fond. Et on le fait depuis le début.

" L’aventure avec Bourgoin et cette finale contre Northampton, cela reste un souvenir énorme""

Personnellement, vous aviez déjà joué une finale avec Bourgoin en 2009...

M.P. : Contre Northampton (rires). Je m’en souviens parfaitement. Oui, c’est le match où Courtney Lawes me plaque durement mais cela fait partie du rugby, cela reste une anecdote. C’était incroyable car avec Bourgoin, nous ne devions pratiquement pas nous qualifier. On se qualifie, c’est un miracle et derrière on fait le quart, une demi-finale et on va en finale (Défaite 15-3). Nous n’avions plus que ça à jouer à fond et c’est un souvenir énorme. En plus c’est l’année où je dois aller à l’ASM et j’aurais aimé partir sur un titre avec le CSBJ et valider mes années passées avec ce club. Cela se joue à peu, on démarre mal le match mais cela reste une superbe aventure car nous étions focalisés sur notre survie en championnat et une fois sauvés nous avions joué le coup à fond.

Top 14 - Morgan Parra (Clermont) contre Montpellier

Top 14 - Morgan Parra (Clermont) contre MontpellierIcon Sport

Avec Greig Laidlaw, vous tournez bien au niveau du temps de jeu. Comment voyez-vous cette forte concurrence pour lui comme pour vous ?

M.P. : C’est bien pour nous deux. On ne se prend pas la tête. L’important pour lui comme pour moi, c’est l’équipe avant tout et avant le cas personnel. A partir de là, ça marche. On apprend de chacun, on travaille ensemble, on partage que ce soit sur le ressenti d’un match ou sur le jeu.

2019 sera une grosse année pour vous. Qu’est-ce que l’on peut vous souhaitez ?

M.P. : Je joue d’abord au rugby pour me régaler, pour prendre du plaisir, sans me blesser. Avec ce club, vivre des titres et pourquoi ne pas gagner la Challenge Cup puis derrière revivre un titre de champion de France, ce serait énorme. Et jouer avec l’équipe de France mais en voulant là aussi gagner des choses et aller en Coupe du monde pour faire quelque-chose. Cela reste un privilège de jouer pour les Bleus, de porter ce maillot et de représenter la France face aux autre Nations. Le Tournoi des VI Nations reste quelque-chose de spécial. C’est comme la Coupe d’Europe mais en mieux.

Contenus sponsorisés
0
0