Icon Sport

Challenge Cup - La Rochelle : “Si on veut être ambitieux, ça passe par des matchs comme ça”

La Rochelle : “Si on veut être ambitieux, ça passe par des matchs comme ça”

Le 17/01/2019 à 17:33Mis à jour Le 17/01/2019 à 17:37

CHALLENGE CUP - En tête de la poule 4 avec 20 points, les Rochelais se rendent à Parme, ce samedi, pour le dernier match de la phase de qualification contre les Zebre. Bien que vainqueurs avec le bonus (32-12), les Jaune et Noir avaient été malmenés la semaine dernière par les Transalpins, notamment en première période.

Dans les rangs de La Rochelle, on aborde ce match avec l’esprit d’être déjà en phase finale, bien conscient des enjeux qui découleraient d’une victoire. “C’est un match éliminatoire. On peut ne pas avoir la chance d’aller plus loin.” Le pilier rochelais Arthur Joly résume plutôt bien et en deux phrases l’enjeu contenu dans ce dernier match de poule de Challenge Cup, samedi à Parme face aux Zebre. En tête de leur poule et seconds derrière Clermont au nombre de points (20) de l’ensemble des cinq groupes, les Rochelais pourraient vivre un heureux printemps en cas de victoire en Italie. C’est du moins ce qu’ils pourraient commencer à entrevoir.

Un succès leur donnerait en effet le droit de recevoir en quart puis lors d’une éventuelle demi-finale. Dire cela, c’est s’avancer au-delà du prochain week-end. Et c’est certainement beaucoup pour les Charentais-Maritimes qui ont pu prendre le pouls de la formation transalpine la semaine passée. Certes vainqueurs avec le bonus (32-12), les hommes de Jono Gibbes ont eu de la peine, ne retournant la tendance en leur faveur qu’en milieu de seconde période. “Le boulot est loin d’être terminé quand on voit la première mi-temps contre les Zebre", dit l’un des vice-capitaines Romain Sazy. "Ils nous ont mis en difficulté. C’est une équipe avec beaucoup d’arguments qui fait tout à 200%. J’avais prévenu la semaine dernière car il y a trois ans, on avait pris une trentaine de points là-bas (25-5, ndlr) et il n’y avait pas eu photo."

Challenge Cup - Les joueurs de La Rochelle célèbrent un essai contre les Zebre

Challenge Cup - Les joueurs de La Rochelle célèbrent un essai contre les ZebreIcon Sport

Pour l’entraîneur des avants rochelais Grégory Patat, l’une des forces des Italiens réside sur leur défense très agressive. “Ils ont eu la faculté de tenir le ballon. Nous n’avons pas su inverser la pression, ni s’adapter à cette défense inversée dans les premières minutes. On s’est fait rentrer dedans et dans ce sport, c’est toujours plus difficile.” L’opposition sera encore solide, n’en doute pas Grégory Patat. “Les Zèbre veulent rester invaincus à domicile sur cette compétition. Ils ont battu Bristol, ne n’oublions pas. Nous n’avons pas su les battre. On connaît le rugby italien, avec beaucoup de valeurs et d’intensité. Ils veulent promotionner leur sport. On sait où on va mettre les pieds.”

" Honnêtement, qui n’a pas envie de la gagner ?"

Le contexte de ce match aux Zebre est donc limpide. Et n’a échappé à personne. Le vice-capitaine Romain Sazy insiste encore : “La situation, elle est simple. Si on gagne, on reçoit en quart. A nous de voir après jusqu’où on veut aller. Une campagne de Challenge, même si ce n’est pas la grande Coupe d’Europe, honnêtement, qui n’a pas envie de la gagner ? On est là pour la jouer à fond, on est compétiteurs. Là, c’est un match éliminatoire. Tout joueur de rugby de n’importe quel niveau joue pour ça, ces matchs de phase finale. Tout commence à l’école de rugby mais nous en avons aussi envie, on joue pour ça”.

Patat le Gersois est, lui, sur la même longueur d’onde que le vice-capitaine Romain Sazy. “Nous prenons ce match comme l’un de phase finale puisque nous voulons gagner et avoir notre destin entre nos mains. Si on veut être ambitieux, ça passe par des matchs comme ça, et il faut savoir les gagner à l’extérieur.”

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0