Icon Sport

La Coupe d'Europe et La Rochelle, une occasion pour continuer à se faire du bien

La Coupe d'Europe et La Rochelle, une occasion pour continuer à se faire du bien

Le 27/03/2019 à 16:01Mis à jour Le 27/03/2019 à 16:36

CHALLENGE CUP - Bien que battus (19-23), les Rochelais ont retrouvé de l’enthousiasme et de l’allant sur le terrain, dimanche contre Toulouse. Le quart de finale de Challenge Cup, dimanche à domicile contre Bristol, est une occasion à saisir, avec la perspective d’une demi-finale dans trois semaines à Deflandre, en cas de succès contre les Anglais.

La lumière après l’obscurité. Dans les actes, et malgré la défaite (19-23), La Rochelle s’est retrouvée, dimanche, contre Toulouse. Ce quatrième revers de suite, agrémenté du bonus défensif alors que le club n’avait plus rien grapillé depuis la 16e journée, est toutefois bien différent des trois autres. “Notre plan de jeu était à l’opposé d’Agen, où l’on avait hésité. Là, les joueurs ont joué avec envie, ont fait de gros efforts”, souligne Jono Gibbes, le responsable sportif des Maritimes. Il est évident qu’après trois défaites, et des questions de plus en plus pressantes sur les maux de l’équipe, joueurs et staff avaient envie de voir une réaction. “Sur nos trois dernières sorties (face à Paris, le Racing 92 à Nanterre puis à Agen, NDLR), cela a été très compliqué. On a rectifié le tir mais on part peut-être de trop loin pour pouvoir passer, reconnaît Romain Sazy, capitaine dimanche soir. Sur les premières minutes, on fait pas mal de jeu, on a la possession. On est loin d’être ridicules.”

Challenge Cup - Arthur Retière (La Rochelle) célèbre un essai avec ses coéquipiers contre les Zèbres

Challenge Cup - Arthur Retière (La Rochelle) célèbre un essai avec ses coéquipiers contre les ZèbresIcon Sport

L’adversaire n’était pas n’importe lequel, Toulouse et sa folle série d’invincibilité, portée à 14 matchs sans défaite ce week-end en Top 14. Les efforts ne masquent pas la déception mais ce n’est pas à passer sous silence. “Il y a eu beaucoup d’investissement, mais c’est une nouvelle défaite à la maison, dit encore Gibbes, lucide. Leur défense a vraiment été efficace. Notre intensité, notre attaque étaient bonnes, mais on subit un essai à l’issue de la réception d’un coup d’envoi, puis un autre après deux phases de jeu.”

Contre Toulouse, La Rochelle a proposé un jeu qu’on lui connaît, et appliqué ce que disait le centre et vice-capitaine Pierre Aguillon, à deux jours de la rencontre. “Aujourd’hui, la meilleure manière de se mettre la tête à l’endroit, c’est de se concentrer sur les choses simples, les fondamentaux et de mettre énormément d’intensité, d’engagement dans ce que l’on fait. Quitte à réduire la voilure parce qu’on est dans le dur, pour reconstruire notre rugby”, indiquait le Gersois, remplaçant contre Toulouse, qui préfère les actes aux belles paroles. Avec 52 points, La Rochelle est septième, à égalité avec l’UBB. “Il reste 6 journées, 3 réceptions, 3 déplacements. On va tous les jouer à fond, on fera les comptes à la fin”, glisse Romain Sazy, avec des mots qui ne surprennent plus à ce moment de la saison.

" Pas de tout à rien"

Place ce dimanche (13h45) au quart de finale de Challenge Cup à la maison contre Bristol. C’est un de ces rendez-vous printaniers que les Jaune et Noir chérissent, autant que leur public. Personne n’a oublié la déconvenue en phase de poule face à ces mêmes Anglais, en décembre à Deflandre (3-13). C’était une semaine après avoir été gagner à l’Ashton Gate (22-35). Les Bears de Bristol, eux, ont perdu le week-end dernier à domicile contre Worcester en Premiership (25-27).

Arthur Joly et Romain Sazy (La Rochelle) contre Toulouse

Arthur Joly et Romain Sazy (La Rochelle) contre ToulouseIcon Sport

Sortis premiers de poule, les Jaune et Noir reçoivent donc avec une sérieuse option pour une demi-finale, fin avril, à la maison, en cas de succès dimanche. Mentalement, il y a donc des sources de motivation évidentes. Surtout que le contexte de l’équipe, entre retours des internationaux, ou encore celui du Fidjien Levani Botia au centre contre Toulouse, vire au positif. Ce match couperet et la perspective d’une demie à Deflandre dans trois semaines, les Rochelais l’ont intégré. “On donnera tout pour avoir une demi-finale à Marcel-Deflandre. On ne peut pas passer de tout à rien”, termine Romain Sazy.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0