Icon Sport

Gibbes : "Tout le monde a hâte d’être à dimanche"

Gibbes : "Tout le monde a hâte d’être à dimanche"

Le 29/03/2019 à 17:21Mis à jour Le 29/03/2019 à 18:06

CHALLENGE CUP - Jono Gibbes est optimiste avant le quart de finale contre Bristol, dimanche (13h45) à Marcel-Deflandre. Le responsable sportif de La Rochelle ne veut surtout pas que ses joueurs baissent dans l’engagement. Contre Toulouse, ils en ont fait preuve malgré la défaite. Et ça doit continuer...

Rugbyrama : Jono, comment sentez-vous l’équipe à deux jours de ce quart de finale à la maison ?

Jono Gibbes : L’enthousiasme est là pour ce match de phase finale à la maison. Ce n’est plus le Top 14, c’est la Challenge Cup. On a passé une bonne semaine d’entraînement. Tout le monde a hâte d’être à dimanche pour jouer un match important.

Dans pareil cas, peut-on mettre de côté la série de quatre défaites en Top 14 ?

J. G. : Non, ce n’est pas complètement à côté. C’est une compétition différente contre un adversaire différent qui joue avec un style différent. C’est stimulant pour le groupe mais personne ne va oublier ces quatre défaites, c’est sûr. On a passé trois matchs avec la tête qui n’était pas en place (Stade français, Racing 92 et Agen, ndlr), avec un manque de concentration.

Challenge Cup - Uini Atonio (La Rochelle)

Challenge Cup - Uini Atonio (La Rochelle)Icon Sport

Contre Toulouse, vous avez perdu mais il y avait plus de positif à en tirer que lors des rencontres précédentes...

J. G. : C’est important d’analyser les choses. Oui, c’est différent entre les trois premières défaites et la dernière contre Toulouse. Ce qu’il faut voir, c’est en quoi le visage du groupe était différent, en quoi c’était différent dans la performance. C’est évident que si l’on continue dans la même direction que contre Toulouse avec notre attaque, dans le même engagement avec notre défense, et un niveau de performance en conquête encore meilleur, nous finirons bien par gagner à nouveau. On a, je pense, besoin de continuer dans la même voie, dans l’engagement, l’enthousiasme et l’envie. Toulouse était un adversaire avec un jeu vraiment structuré, avec un haut niveau de skills dans l’attaque. Bristol, c’est un style différent que celui du Top 14. C’est un défi et le groupe veut continuer sur la lancée de Toulouse. Ce n’est pas un moment de vérité car il y aura d’autres matchs après.

" Toulouse était une défaite mais il y avait plus de certitudes"

Est-ce que ça peut avoir une influence d’affronter une équipe contre qui vous avez perdu à domicile en phase de poule (3-13) ?

J. G. : C’était en décembre, c’est déjà loin (sourire)... On vient de passer un mois assez difficile. Le match de dimanche dernier contre Toulouse était une nouvelle défaite mais il y avait plus de certitudes et certaines choses dans la performance. Même si ça reste une défaite !

Challenge Cup - Jean-Charles Orioli (La Rochelle)

Challenge Cup - Jean-Charles Orioli (La Rochelle)Icon Sport

Ce qu’il faut, c’est maintenir voire accentuer le facteur concentration ?

J. G. : Oui, c’est le défi. Avant Toulouse, nous étions en manque de confiance et peut-être que c’était le meilleur adversaire pour nous. Je pense que la réponse du groupe était la bonne. Maintenant, c’est un défi de garder le même niveau d’engagement.

Bristol, que pouvez-vous nous en dire ?

J. G. : La philosophie de Pat Lam (entraîneur en chef de Bristol depuis 2017, ndlr), c’est que le 5 de devant est obligé de faire des passes. Je connais bien Pat Lam. Ses attentes ne sont pas individuelles, ça concerne les 23 sur le terrain. Tout le monde a des responsabilités. Charles Piutau ne jouera pas, il a un jeu exceptionnel mais ce n’est pas ce qui compte. Ce qu’il faut voir, c’est que les 23 joueurs de Bristol seront confiants, ils ont gagné ici la dernière fois.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0