Icon Sport

De retour en finale, l’ASM ne s’enflamme pas

De retour en finale, l’ASM ne s’enflamme pas

Le 23/04/2019 à 09:36Mis à jour Le 23/04/2019 à 09:39

CHALLENGE CUP - Après leur victoire contre les Harlequins, les Clermontois ne s’enflammaient pas. Newcastle et La Rochelle peuvent bien attendre car, avant, l’ASM doit conforter sa deuxième place en Top 14 et gommer ses baisses de régime de fin de matches.

Contrairement à la Yellow Army, en fusion samedi soir, les joueurs clermontois n’étaient pas dans l’euphorie après leur qualification en finale de Challenge Cup. Plutôt dans la satisfaction du devoir accompli, déjà tournés vers le déplacement au Stade français en Top 14 dimanche pour consolider sa seconde place, synonyme de qualification directe pour les demi-finales.

La force de l’habitude

L’ASM va disputer sa 4e finale européenne en sept saisons. Après les trois finales de Champions Cup (2013, 2015, 2017), cette nouvelle année impaire offre à ce groupe Clermontois et à son staff l’occasion de remporter enfin un titre européen. Il validerait l’investissement de tout le groupe dans cette compétition et enclencherait une nouvelle dynamique positive. "C’était l’objectif du club sur ce début de saison explique Bernard Goutta. Il va falloir aller affronter La Rochelle et on ne se voit pas favori. C’est loin encore. Par rapport au vécu, peut-être qu’il y a un avantage mais c’est sur le terrain que cela se joue. Une finale, c’est du 50-50."

Challenge Cup - Victoire de Clermont sur les Harlequins

Challenge Cup - Victoire de Clermont sur les HarlequinsIcon Sport

Ce sera la quatrième finale de Challenge Cup pour l’ASM qui a déjà remporté deux fois ce trophée (99, 2007). "On s’est donné le droit d’aller en finale mais rien n’est fait avoue Camille Lopez. On se donne rendez-vous à Newcastle dans trois semaines." Si Clermont a l’habitude de ces rendez-vous, il ne banalise par l’évènement. Un titre, même de Challenge Cup, reste un titre.

Un adversaire français, encore

"On ne voulait pas décevoir notre public et c’est chose faite : on va en finale. C’est spécial une finale franco-française. Il faudra la jouer. Nous en avons eu dans le passé contre Toulon et maintenant ce sera la Rochelle." Pour Morgan Parra comme d’autres, affronter une équipe française cela a moins de charme même si la finale s’annonce spectaculaire. Entre l’expérience clermontoise et la découverte rochelaise, ce dernier acte sera intéressant à plus d’un titre. "Peut-être que nous avons l’expérience mais cela reste un match prévient Parra. Cela va être dur jusqu’au bout. Dans trois semaines, ce sera un gros match, ce sera la première pour La Rochelle et elle fera tout pour la gagner. Nous aussi. "

Les deux clubs ne se sont pas affronter en Challenge depuis 2011 (Victoire de l’ASM à Deflandre en quart de finale, 13-23) et sur terrain neutre depuis le 23 mars 1975 en championnat. Vingt ans après le premier sacre contre Bourgoin à Gerland en 1999, ce serait l’occasion de marquer le coup pour les Jaunards, à nouveau contre une équipe française.

" Avant de penser à cette finale, nous avons déjà basculé sur le match au Stade français pour essayer de rester coller à cette deuxième place. Ça revient vite derrière."

Des trous d’air à combler

Impériale en touche et dans la discipline, l’ASM a pioché en fin de rencontre, comme souvent cette saison. Un mal déjà identifié contre Northampton en poule et en quart de finale. Ou même contre le Racing 92 en Top 14. "C’est un peu notre fil rouge cette année, on aime bien se faire peur avouait Camille Lopez. On a conscience de ça, on s’est fait peur mais on a montré aussi du caractère. L’important c’était de rester souder pour aller chercher ce billet pour la finale." Heureusement, Clermont est costaud et a encore montré des ressources dans cette fin de match pour s’en sortir. Mais avant de se replonger dans la Challenge Cup, il y avait l’urgence de solutionner ces manques.

"Nous n’avons pas le temps de savourer car il y a eu des bonnes choses mais on se fait des frayeurs encore analyse Bernard Goutta. On est bien rentré dans le match sur l’abnégation et la solidarité. En fin de première mi-temps on prend un essai trop facilement face à une équipe stratégiquement bien en place. Sous pression nous avons eu du mal à sortir de notre camp. Mais notre conquête a été bonne. Il va falloir corriger ces trous d’air qui nous arrivent dans les vingt dernières minutes. Mais on sait comment, nous avons identifié nos problèmes et nous allons travailler ça."

Valider son billet pour le dernier carré

Avant de songer à Newcastle, il faut penser au Top 14 et au Stade français. Après son match nul contre le Racing 92 et son point de bonus offensif glané à Toulouse, l’ASM reste deuxième avec 7 points d’avance devant le LOU Rugby. Pour maintenir cet écart, le relâchement est interdit. "Si on peut aller chercher la qualification et encore mieux, ces deux premières places, on va bien sûr essayer rappelle Camille Lopez. Il y a deux matches importants avant cette finale, des rencontres à prendre très au sérieux si on veut marquer des points dans ce championnat." Lors des deux prochaines journées, le LOU ira à Agen puis recevra Bordeaux.

Top 14 - Morgan Parra et Camille Lopez (Clermont)

Top 14 - Morgan Parra et Camille Lopez (Clermont)Icon Sport

Après le voyage à Paris, Clermont recevra l’USAP et comme le rappelle Morgan Parra : "Tous les points comptent, on le sait." Samedi, dans les couloirs du Michelin, quelques minutes après la victoire, le Stade français était déjà dans les têtes asémistes. "Avant de penser à La Rochelle, nous avons déjà basculé sur le match au Stade français pour essayer de rester coller à cette deuxième place avouait Bernard Goutta. Ça revient vite derrière. Il y a deux matches avant le 10 mai pour pouvoir assurer cette place qualificative. Cela nous ferait du bien en jouant sur les deux tableaux de s’éviter un match de barrage."

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0