Icon Sport

Comme un parfum de Crunch

Comme un parfum de Crunch

Le 18/04/2019 à 18:22Mis à jour Le 19/04/2019 à 13:48

CHALLENGE CUP - Cette affiche entre l’ASM et les Harlequins offrira plusieurs duels dignes d’un France-Angleterre. Au-delà des nombreux internationaux qui composent ces formations, ce duel Franco-anglais se ressent aussi dans le style de jeu des deux équipes.

"Encore une fois, cela va être une bonne façon de se juger face à des piliers internationaux". Etienne Falgoux, bien reposé après son premier Tournoi des VI Nations sait à quoi s’attendre samedi soir. Si le joueur aux trois sélections n’a pas encore été piqué par le XV de la Rose au niveau international, il connait la saveur de ces matches entre "Froggies" et "Rosbeefs". Et le caractère de ces équipes d’Outre-Manche. "Cela va être le même style d’équipe que Northampton, une formation accrocheuse, qui ne lâche rien poursuit le pilier gauche. On peut leur mettre trente points sur la première mi-temps et ils ne vont rien lâcher ni abandonner. Ce sera dur, âpre, il ne faudra pas céder d’un centimètre. D’autant plus qu’il y a la pression d’une demi-finale."

Falgoux retrouvera sur sa route Kyle Sinckler le pilier droit et ses 22 sélections. Ses coéquipiers ne seront pas en reste : Lapandry face à Robshaw, Iturria face à Jack Clifford ou Fofana face à Mike Brown… Ces duels dans le match donnent à cette affiche un véritable parfum de "Crunch". Et encore, Morgan Parra se retrouvera face à Sam Hidalgo-Clyne, titulaire en l'absence de Care, et Rabah Slimani face à Joe Marler.

Top 14 - Morgan Parra (Clermont) a enfilé les pénalités comme des perles contre Agen ce samedi 23 mars

Top 14 - Morgan Parra (Clermont) a enfilé les pénalités comme des perles contre Agen ce samedi 23 marsIcon Sport

Clermont devra se méfier de cette équipe. Le triple vainqueur de l’épreuve ne réussit pas aux Français. Ces trois titres, les Quins les ont gagnés face à des clubs du Top 14 : Narbonne en 2001, le Stade français en 2011 et l’ASM en 2004. Ce 22 mai 2004, à Reading, les Clermontois s’inclinaient sur le gong d’un point (27-26) avec un carton rouge donné à Raphaël Chanal à la 79e. Mais le MHR a mis fin à cette mauvaise série en 2016 à Lyon en venant à bout des Londoniens (26-19). Mais il est inutile de faire de cette équipe un monstre du rugby européen.

Une seule fois champion d’Angleterre, en 2012, les Harlequins ne sont jamais allé plus loin que les quarts de finale de la grande Coupe d’Europe contrairement à ses voisins des Wasps ou des Saracens. Battus à Grenoble et à Trévise en phase de poule, les Harlequins sont loin du niveau des Saracens et d’Exeter. Clermont, vainqueur de ce trophée en 1999 et 2007, a de solides arguments dans toutes les lignes et dans tous les secteurs pour venir à bout de cette équipe. Et on ne parle même pas de l’expérience...

Premiership - Harlequins

Premiership - HarlequinsIcon Sport

" J’espère que cela ne finira pas pareil que le Crunch de cette année. Mais si on pouvait battre les Anglais… Cela fait toujours plaisir"

L’ASM, comme La Rochelle face à Sale, plus tôt dans la journée, défendra l’honneur du rugby français dans ce mini "Crunch". Et l’idée d’un certain style de jeu. Les Quins sont une véritable équipe anglaise, solide devant et pragmatique. Sans être géniale contre Worcester en quart, cette formation est passée. Battus à Sale puis à domicile face à Northampton, les Londoniens, actuellement 4e de leur championnat (à 10 points de Gloucester, 3e et à 6 points devant Sale, 8e ndlr) restent une valeur sûre avec une équipe construite autour de ses "grognards" Chris Robshaw, Danny Care, James Horwill et Mike Brown. Mais la relève est là avec Clifford (10 sélections), Sinckler ou le jeune ouvreur Marcus Smith, international U20.

Benjamin Kayser, ancien Tigre de Leicester, connait bien cette équipe, que l’ASM n’a plus jouée depuis la saison 2013-2014 et une phase de poule de H Cup (2 victoires). "Ce sera un match similaire que face aux Saints avec une équipe aux grosses individualités, avec un rugby offensif et rapide, centralisé autour de Robshaw, Care et Brown, avec un entraîneur, Paul Gustard, que l’on connait bien car il a longtemps entrainé aux Saracens analyse le talonneur. Il a vraiment mis sa pâte sur l’équipe. C’est un gros match qui nous attend. Si on passe notre temps à défendre, ce sera compliqué mais si on arrive à mettre la main sur le ballon et à maîtriser le tempo de la partie, on pourra rivaliser."

Comme les Saracens, les Harlequins sont capables de chasser l’adversaire sous les ballons hauts. Ils récupèrent un nombre incroyable de ballons dans les rucks dans le championnat anglais (134, meilleur total). "Cette équipe a beaucoup d’expérience et d’internationaux, c’est une belle affiche, cela a une belle saveur avoue Franck Azéma. Les Quins sont dirigés par un grand entraineur, un spécialiste du jeu défensif, de la sortie de camp et de l’usure. Il a apporté cette plus-value avec sa philosophie. Nous devons bien nous préparer pour être vite en place sur notre zone de rucks et absorber la pression qu’ils vont mettre avec du jeu au pied. Mais on connait ça aussi dans le Top 14."

A Toulouse dimanche dernier et ailleurs, l’ASM a aussi montré son efficacité dans ce domaine. Cela promet une belle bagarre au sol et dans les airs. Pour sa quatrième demi-finale de Challenge Cup à domicile (zéro défaite), l’ASM espère sortir vainqueur de ce duel et valider son billet pour Newcastle. "J’espère que cela ne finira pas pareil que le Crunch de cette année (Défaite 44-8 ndlr) rappelle Arthur Iturria. Mais si on pouvait battre les Anglais… Cela fait toujours plaisir."

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0