Icon Sport

Bristol, un titre pour rugir sur l'Europe

Bristol, un titre pour rugir sur l'Europe
Par Rugbyrama

Le 16/10/2020 à 18:02

CHALLENGE CUP - Alors que le RCT part légèrement favori pour la finale de Challenge Cup prévue ce soir (21h) à Aix en Provence, Bristol représente bien plus qu'une menace. Durant la semaine, le manager Pat Lam et le deuxième ligne Dave Attwood ont insisté sur l'importance de cette finale pour le club anglais, qui était encore en deuxième division anglaise il y a trois saisons.

Les Toulonnais ont été prévenus, il ne faudra pas vendre la peau des "Bears" avant de les avoir battus. Et l'adage est on ne peut plus vrai à quelques heures du coup d'envoide la finale de cette Challenge Cup. Encore en deuxième division anglaise il y a trois saisons, le club s'est reconstruit ces dernières années et ne cessent de gravir les échelons du ruby anglais. Le premier pas dans ce changement a été la modification de l'appelation du club, de "Bristol Rugby" à "Bristol Bears". Des ours qui ont finalement eu l'attidude de prédateurs et qui se montrent de plus en plus dangereux.

Face à Toulon, les Bears ont l'occasion de mettre leur patte sur le rugby européen. "C'est géant pour nous" expliquait Pat Lam en milieu de semaine par rapport à cette rencontre. "On veut ramener quelque chose à nos fans mais surtout pour les joueurs qui été présents durant ces années difficiles". Car oui, Bristol a un groupe très soudés avec des cadres qui ont tout connu avec un montée dans l'élite puis une relégation. Un jeu d'ascenseur qui aura finalement amené les Bears en finale de Challenge Cup. "Avoir un trophée serait un coup de boost majeur pour tout le club, c'est ici que l'ont veut être chaque année" expliquait un Pat Lam plein d'ambition et manager des Bears depuis 2017.

Des grandes ambitions

Bristol vise clairement quelque chose de grand ce soir. Le club voit à court mais aussi à long terme. "On veut être dans cette compétition pour la dernière fois, certes, on sera en Champions Cup la saison prochaine, mais on veut aussi y rester sur les années suivantes. Ce n'est que le début de ce que l'on compte produire sur plusieurs saisons" argumentait Pat Lam. Une soif des grandeurs qui s'est aussi traduit sur le marché des transferts lors duquel Bristol a frapper un grand coup à l'intersaison. Des joueurs de classe internationale comme Nathan Hughes, Kyle Sinckler, Charles Piutau ont rejoint succesivement le club.

Mais l'exemple marquant qui est aussi l'attraction phare de cette équipe est Semi Radradra, l'ancien joueur de l'UBB et... du RCT. "Semi Radradra ? Pour moi, c’est le meilleur joueur avec lequel j’ai joué. C’est une force de la nature" avouait le deuxième ligne Dave Attwood. Une recrue de poids qu s'est très vite adapté au club anglais, lui qui a déjà marqué trois essais depuis son arrivée.

Attwood : "Je parle sur les réseaux sociaux avec Charles Ollivon, Romain Taofifenua"

Cette finale européene sera particulière bien sûr pour Semi Radradra mais aussi pour Dave Attwood. L'Anglais n'a passé qu'une seule saison et n'a joué que neuf matchs avec les RCT mais l'expérience sur la Rade a marqué l'expérimenté joueur de 33 ans. "J’adore Toulon, la ville, l’équipe. J’ai de très bons souvenirs. J’ai vraiment aimé jouer pour cette équipe. J’ai conservé des amis. Je parle sur les réseaux sociaux avec Charles Ollivon, Romain Taofifenua. On s’est parlé cette semaine (sourire)" confiait même le deuxième ligne.

Mais aujourd'hui, l'Anglais est focalisé à 100 % sur son équipe. "C’est une formidable opportunité pour Bristol de remporter un trophée depuis très longtemps. On est très excités de pouvoir offrir ça au club" avant d'ajouter sur un côté plus personnel : "à cinq jours de la finale, je suis très excité. Je me sens très bien. C’est un grand match. Un but dans la vie d’un joueur de pouvoir disputer de tel match. Tu joues au rugby pour vivre ces moments". Il analyse aussi ses adversaires et est conscients de la difficulté de la tâche à venir pour les Bears : "Toulon possède un très grand pack avec Sergio Parisse, Eben Etzebeth, Romain Taofifenua, Raphaël Lakafia, ce sont tous de très grands joueurs. Il faut que nos avants réalisent un grand match pour s’imposer".

Les Bears, contrairement à Toulon n'ont pas préparé de la meilleure des manières cette finale avec une lourde défaite chez les Wasps lors de la demi finale de Premiership (47-24). "On a perdu la demi-finale de la Premiership face aux Wasps. On a fait de mauvais choix. On était très triste après la rencontre mais nous n’avons pas le temps d’y penser. Cette finale de la Challenge Cup est notre dernière chance de remporter un trophée" dixit Dave Attwood. Même son de cloche pour Pat Lam. "Ce n'est jamais plaisant de perdre, on a vraiment pas fait un bon match mais heureusement pour nous, ce n'était pas la fin de la saison".

Toulon est donc averti. En plus d'un match importantissime pour eux, les Bears voudront se racheter de cette claque reçue à la Ricoh Arena et montrer les crocs à l'Europe entière.

Contenus sponsorisés