Icon Sport

Servat : "Un match de phase finale"

Servat : "Un match de phase finale"
Par Rugbyrama

Le 13/01/2018 à 20:02

Dimanche le Stade Toulousain se déplace au Pays de Galles pour y affronter Cardiff, premier de son groupe. Un match déjà décisif pour les hommes de Ugo Mola car le résultat pourrait d'ores et déjà sceller leur avenir européen.

Ça passe ou ça casse. C'est un peu l'expression qui est dans toutes les têtes côté Toulousain cette semaine. Troisième de son groupe à 5 points de Cardiff, Toulouse est dans l'obligation de s'imposer s'il veut croire encore à une qualification en quart. Problème, face à eux se présente une équipe de Cardiff "joueuse" qui aura l'avantage du terrain, estime Richie Gray. "Avec le synthétique ils vont mettre du rythme pour nous fatiguer", dit-il. Même sentiment pour William Servat, il se méfie des Gallois et surtout de leur pelouse : "C'est une surface qui favorise le jeu. C'est inhabituel pour nous, il va falloir s'adapter. Cette semaine, l'approche tactique a été différente".

Richie Gray (Toulouse)

Richie Gray (Toulouse)Icon Sport

Les Blues à l'aise en Challenge Cup, un peu moins en championnat. Quatrièmes avec huit défaites en treize matchs joués (seul les trois premiers se qualifient), et la qualification qui risque de s'éloigner un peu plus quand les Cheetahs (3èmes) auront joué leurs deux matchs en retard. Un déplacement compliqué donc pour Toulouse face à une équipe qui jouera son va-tout.

Baille et Fritz au repos, Maestri touché n'est pas du déplacement

"Ce déplacement est un match de phase finale. Selon le résultat, la dernière rencontre sera anecdotique, ou pas", confie William Servat. Un match de phase finale, avec l'ensemble de l'effectif, hormis Cyril Baille et Florian Fritz. Le pilier Toulousain qui a enchaîné trois rencontres consécutives, juste après sa longue blessure, sera ménagé par le staff Rouge et Noir. Yoann Maestri, touché ne sera pas non plus de la partie. "Le but c'est de redonner du temps de jeu à certains joueurs et d'en intégrer d'autres", explique l’entraîneur des avants.

Par Pierre Daudies

Yoann Maestri

Yoann MaestriGetty Images

0
0