Midi Olympique

Metge : "Agen n'est pas encore sauvé"

Metge : "Agen n'est pas encore sauvé"

Le 11/04/2018 à 13:54

Auteur de l'essai le plus rapide de la saison, le week-end dernier lors de la victoire contre Oyonnax, l'ailier agenais Nicolas Metge enchaîne les titularisations depuis quelques semaines. Le joueur de 23 ans s'impose après plusieurs mois de galère. Il se confie sur cette fin de saison avec le maintien en ligne de mire.

Rugbyrama : Vous avez inscrit l'essai le plus rapide de la saison au bout de quinze secondes de jeu face à l'USO. Cela vous était déjà arrivé de marquer si vite ?

Nicolas Metge : Jamais ! Après, c'était juste la conclusion d'un super travail d'équipe. Cet essai nous a surtout mis dans le rythme immédiatement et permis de démarrer la rencontre sur de bonnes bases pour une fois. C'était bien de démarrer comme ça parce qu'on peine en début de match habituellement. Nous avions vraiment ciblé l'entame de cette rencontre.

Vous avez joué à Oyonnax pendant deux saisons. Ce match était-il particulier pour vous ?

N. M. : Je venais d'Oyonnax et je retrouvais mon ancienne équipe alors sur le papier, c'était particulier en effet. Après, on m'a parlé de revanche et ce n'était pas du tout le cas. J'ai joué contre mon ancienne équipe et mes anciens coéquipiers mais ça ne m'a pas mis plus de pression que ça. J'étais content de les retrouver et de les affronter, je suis encore plus content qu'on ait gagné, mais ça ne va pas plus loin.

Nicolas Metge (Agen)

Nicolas Metge (Agen)Midi Olympique

Quand on est ailier, c'est intéressant de jouer dans une équipe portée sur le mouvement comme Agen ?

N. M. : C'est intéressant et c'est surtout pour ça que je suis venu. Le projet m'a attiré d'abord parce qu'à Agen, on joue au ballon. On parle beaucoup de jeu à la toulousaine mais je pense que le jeu à l'agenaise a aussi son sens. C'est vraiment agréable de jouer dans un tel collectif, je m'y retrouve complètement.

Vous avez disputé quatre matchs de Top 14 cette saison (trois titularisations). Quel regard portez-vous dessus ?

N. M. : Je suis content d'enfin mettre les pieds sur le terrain et d'avoir laissé les blessures derrière moi. J'ai eu une entorse au genou, une déchirure des ischio-jambiers qui m'a empêché de disputer les matchs amicaux et le début du championnat puis quand j'ai été aligné face aux Zebre pour le premier match de Challenge cup, je me suis fait une luxation du coude. J'ai mis trois ou quatre mois à revenir et j'ai commencé à jouer au Stade français. Je suis très enthousiaste du coup. Content d'avoir la confiance des coachs aussi, j'essaie de la rendre. Pour résumer, je suis soulagé d'en avoir fini avec les galères.

Nicolas Metge (Agen)

Nicolas Metge (Agen)Midi Olympique

D'autant que vous revenez au bon moment alors que des joueurs à votre poste vont quitter le club l'an prochain, à l'image de George Tilsley et Filipo Nakosi.

N. M. : C'est vrai. Je suis un compétiteur et j'apprécie la concurrence. J'aime bien « me tirer la bourre » avec mes coéquipiers et j'aimerais prendre la place de George l'an prochain vu qu'il part. Ce ne sera pas chose simple, c'est sûr et certain, car il y aura de très bons joueurs. Jim (Rokoduru, N.D.L.R.), avec qui j'ai joué à Albi, va arriver, Vilikisa Salawa va revenir... Il y aura vraiment de très bons ailiers et donc de la concurrence. Mais avant d'y penser, je veux bien finir cette saison.

Pau a perdu à Bordeaux la semaine dernière et doit absolument gagner samedi pour espérer se qualifier. A quoi vous attendez-vous pour ce match ?

N. M. : Ils jouent une place dans les six alors ils vont avoir à cœur de faire un gros match chez eux. On s'attend à tout. A faire la guerre en premier lieu. C'est une équipe qui joue très bien au ballon et est portée par des individualités au-dessus du lot alors on devrait pas trop rigoler...

Nicolas Metge (Agen)

Nicolas Metge (Agen)Midi Olympique

Entre le Top 14 et la Challenge cup, vous avez affronté trois fois la Section cette saison, pour trois défaites. Cela compte au moment de préparer ce match ?

N. M. : Lors de ces matchs, le groupe n'était peut-être pas encore arrivé à maturité et n'était pas prêt, tout simplement. Mais nous avons travaillé et nous pouvons rivaliser avec ce genre d'équipe désormais. Nous avons retrouvé de la confiance. Ça ne veut pas dire qu'on manque d'humilité mais on sait qu'on peut compter les uns sur les autres.

Agen a fait un grand pas vers le maintien en battant Oyonnax. Comment rester concentré en vue des derniers matchs ?

N. M. : On a fait le boulot contre Oyonnax et on est dans une position favorable mais chacun sa route... Nous avons fait un grand pas vers le maintien mais il n'est pas acquis mathématiquement. Agen n'est pas encore sauvé alors nous sommes tous conscients qu'il va encore falloir gagner. C'est très bien d'avoir battu l'USO, l'euphorie était présente mais il a vite fallu redescendre et se reconcentrer sur les matchs à venir, à commencer par celui de ce week-end.

Contenus sponsorisés
0
0