Getty Images

Agen - Gloucester : loin du compte et pourtant

Agen - Gloucester : loin du compte et pourtant
Par Rugbyrama

Le 13/01/2018 à 11:29Mis à jour Le 13/01/2018 à 11:42

Les Agenais n’ont rien pu faire hier soir face à Gloucester (24-45). Le club anglais, directement concerné par la qualification, a donné une leçon de réalisme et de gestion à la jeune garde agenaise.

Le match aurait pu s’avérer long, très long… Déjà éliminés, menés 21-0 au bout de 17 minutes, les Agenais ont pourtant trouvé des ressources pour ne pas totalement sombrer et réagir, notamment en deuxième période. Agen est même parvenu à marquer 4 essais, synonyme du bonus offensif. Anecdotique, certes, mais intéressant pour le staff agenais, qui a pu observer hier une belle réaction des jeunes en deuxième période, bien aidés par les vieux briscards (Qera, Kotze, Januarie rentré en jeu).

Au coup d’envoi, on pouvait noter la présence de 11 joueurs de moins de 25 ans dans le XV titulaire. Pour la plupart très peu utilisés en championnat, le Challenge européen représente donc une vitrine parfaite pour montrer son talent et essayer de se faire une place dans l’équipe pour la deuxième partie de saison.

Valentin Saurs fait partie de ces joueurs. Gravement blessé au genou il y a quelques saisons et alors qu’il a effectué toutes les sélections avec les jeunes du XV de France, il revient juste d’une longue pubalgie. Titularisé à l’aile contre La Rochelle, il retrouvait hier son poste de prédilection, l’arrière. Comme toute l’équipe, il a d’abord subi les vagues d’attaques anglaises. Il a semblé, dans un premier temps, souvent en retard dans son placement. Pour autant, le jeune arrière de 22 ans a aussi réalisé de belles choses. Il est d’abord à l’origine d’une des premières belles action agenaise en première période. Au sortir d’un dégagement anglais, le numéro 15 perce la défense grâce à ses appuis et effectue un petit coup de pied pour un de ses coéquipiers. Cela n’aboutit pourtant pas à un essai. Dommage, mais le joueur a pu exprimer toutes ses qualités sur cette action. En deuxième période, celui qui a débuté le rugby aux Quatre-Cantons vers Castillonnès (Lot et Garonne) est à l’origine du troisième essai agenais. Décalé sur l’aile, il joue parfaitement un petit coup de pied par dessus la défense, qu’il récupère. S’il ne conclut pas l’action lui même, Qera s’en chargera quelques temps de jeu plus tard, pour donner du relief à sa performance.

" Pour Marchois et Fouyssac, c’était difficile aussi il y a deux ans"

Aux abords des vestiaires après le match, les réaction se faisaient rares. Forcement déçus, les joueurs agenais ne se sont pas attardés près des micros. Matthieu Barrau, le préparateur physique, a lui voulu relativiser cette défaite : "Une petite déception. Après on a rencontré une équipe qui n’avait pas le même objectif que nous. Pour nous, ce sont des matchs pour apprendre".

Un apprentissage donc pour des jeunes au temps de jeu faible en Top 14. Il y a deux ans, Denis Marchois et Pierre Fouyssac s’étaient retrouvés dans la même situation. "C’était très difficile pour eux. On se rappelle les avoir vu et connu en difficulté à ce moment. Mais on voit surtout où ils en sont deux ans plus tard." En effet, Denis Marchois, pour ne citer que lui, a déjà été titulaire 12 fois en Top 14 cette saison. Hier, il faisait partie des plus expérimentés sur le terrain côté Agen. Un rôle de leader qu’il a tenté de tenir dans la difficulté notamment au début du match.

Denis Marchois (Agen) - Top 14 2017-2018

Denis Marchois (Agen) - Top 14 2017-2018Icon Sport

Au final, et malgré la déception d’une lourde défaite sur son terrain, les jeunes pousses d’Agen ont pu apprendre face à l’actuel quatrième du championnat anglais. Un match pour du beurre peut être sur le plan du résultat mais qui comptera, à coup sûr, pour la carrière des jeunes présents hier soir.

Contenus sponsorisés
0
0