Icon Sport

Steyn, le revenant chasseur de Lions

Steyn, le revenant chasseur de Lions
Par Rugbyrama

Le 08/08/2021 à 17:06Mis à jour Le 08/08/2021 à 17:10

LIONS 2021 - Plus sélectionné avec l’Afrique du Sud depuis près de cinq ans, l’ouvreur vétéran Morné Steyn (37 ans) a offert la victoire aux siens ce samedi, au Cap. Comme un air de déjà-vu… En 2009, lors de la précédente tournée des Lions en terres sud-africaines, l’ancien Parisien, alors âgé de 24 ans, avait également passé le coup de pied de la gagne.

Dans une tournée fastidieuse et un "decider" aux airs de pétard mouillé, il y aura au moins une belle histoire à retenir. Celle d’un vétéran en fin de carrière, qui n’avait plus enfilé l’uniforme pour représenter la nation arc-en-ciel depuis exactement 4 ans et 303 jours, lors d’un match de la honte pour le rugby sud-africain (le 8 octobre 2016, les Boks avaient été humiliés 57 à 15 par les All Blacks, à Durban). Cette histoire est celle de Morné Steyn qui, après avoir vécu une longue traversée du désert, s’est présenté en sauveur surprise des Springboks, ce samedi soir, dans l’enceinte du Cape Town Stadium.

Entrant peu après l’heure de jeu (65e) à la place d’un Handré Pollard pas dans son assiette et alors que le score est de parité (13-13), le demi d’ouverture des Bulls de Pretoria doit endosser le rôle de chef d’orchestre. Ainsi, aussitôt a-t-il foulé la pelouse du Cap qu’il doit se servir de sa botte à la précision bien connue pour trouver une touche, à la suite d’une pénalité en faveur des locaux. Celle-ci débouche sur une nouvelle sanction à l’encontre des Lions. Et voilà que Morné Steyn peut permettre à son équipe de mener au score.

Presque cinq ans après... le retour du chasseur de Lions

À plus de 40 mètres des poteaux, dans un angle difficile, le pied droit de l’ancien joueur du Stade français (2013-2019) trouve la cible (16-13). Et si l’Écossais Finn Russell lui répond huit minutes plus tard (16-16), l’artificier de 37 ans n’a pas dit son dernier mot.

Bien décidé à soigner son surprenant retour sous le maillot vert et or, Steyn bénéficie d’une pénalité à 35 mètres en face des perches. Et ce à moins de deux minutes de la fin du temps réglementaire… Du pain béni pour l’homme aux 68 sélections. C’est en plein dans le mille, et l’Afrique du Sud repasse devant (19-16). On connaît la suite. Ce même Morné Steyn expédie le cuir en tribunes après un énième bras tendu de l’arbitre français Mathieu Raynal en faveur des siens ; les Boks l’emportent et s’offrent donc la série de tests, au nez et à la barbe de Lions britanniques et irlandais achevés par un ouvreur vétéran.

Au final, ce scénario a comme un air de déjà vu… Douze ans plus tôt, les hommes en rouge, alors dirigés par le sélectionneur écossais Ian McGeechan, partent en tournée dans la nation arc-en-ciel. Lors du test-match inaugural, un jeune ouvreur de 24 ans pointe pour la première fois le bout de son nez avec la sélection : Morné Steyn. Ce dernier participe alors au succès des siens (26-21) et, la semaine suivante, les locaux sont ainsi en mesure de remporter la série, au Loftus Versfled de Pretoria.

2021, "remake" de 2009 à la sauce Steyn

À l’image du match de samedi soir, le deuxième test est alors âpre et disputé, il est également arbitré par un Français (Christophe Berdos), et c’est là aussi vêtu d’un maillot floqué du 22 que Morné Steyn entre à l’heure de jeu, pour remplacer Ruan Pienaar.

Le visage évidemment un peu moins marqué par les années qu’aujourd’hui, mais finalement pas si différent que cela, le jeune Steyn, 24 ans, enquille d’abord quelques coups de pied. Les ultimes secondes approchent et les "Sudafs" obtiennent une pénalité dans l’axe des poteaux, celle de la victoire (le score est alors de 25-25). À quasiment 55 mètres, Steyn, deux capes seulement, envoie la balle entre entre les perches d’un coup de pied de mammouth et offre aux siens la victoire (28-25), ainsi que le triomphe dans la série (2-1 au final). C’est en partie comme cela qu’il gagna ses galons de titulaire pour les années qui suivirent.

En 2009, Morné Steyn avait déjà inscrit la pénalité de la victoire face aux Lions britanniques et irlandais.

En 2009, Morné Steyn avait déjà inscrit la pénalité de la victoire face aux Lions britanniques et irlandais.Icon Sport

Plus de douze ans plus tard, l’histoire s’est donc répétée. Le vétéran, qui vit probablement ses derniers matchs sous les couleurs de la nation arc-en-ciel, en a profité pour signer l’un de ses derniers coups d’éclat… Ou du moins laisser son empreinte dans l’histoire des mythiques tournées des Lions. Comme un fantôme qui aurait refait surface pour mater une nouvelle fois Britanniques et Irlandais, voire un spectre qu’Alun Wyn Jones - déjà vaincu douze ans plus tôt - n’oubliera sans doute jamais. Un revenant réapparu pour chasser les Lions.

Par Dorian VIDAL

Contenus sponsorisés